AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ


S'effacer - Harmony & Frederic

Invité
Informations


MessageSujet: S'effacer - Harmony & Frederic Mer 14 Jan - 13:43

S'effacer - Harmony & Frederic

"Par Saint Nicolas ! Ca fait combien de temps qu'on se connait ? ... Tu t'en rappelles même pas ? Et bien ça fait CINQ ANS ! Oui, ça fait cinq ans, et c'est la première fois que je te demande un service ! Sérieusement avec tout ce que j'ai de tatoué sur le corps, j'ai du faire ta fortune, payer ta voiture et les paquets de tes enfants ! ... IL S'EFFACE BORDEL ! Parce que ça fait sept mois que je ne l'ai pas fait refaire ! Et si lui s'efface, les autres ne vont pas tarder à ... Non, attends ... LIAM !"

Frederic dut se retenir de lancer son téléphone à l'autre bout de la pièce pleine de cartons. A la place, il le lâcha sur le lit et serra le poing. Il était vert de rage et d'impuissance, encore. La tête de mort tatouée sur sa main gauche était en train de s'effacer. Les tatouages sur les mains et les doigts demandaient énormément d'entretien et comme cela faisait sept mois qu'il ne l'avait pas faite refaire, elle allait s'effacer. Elle et tous les autres. Et à cause de son manque d'argent, il ne pouvait rien y faire. Son tatoueur refusait de lui rendre service s'il ne le payait pas et il savait que ça serait pareil pour les autres.

Son regard tomba sur les nombreux cartons qui envahissaient sa nouvelle chambre. Sa nouvelle chambre. Sa nouvelle chambre au Ruolz. Evidemment, puisqu'il était passé "au niveau supérieur" comme certains disaient, il avait eu droit à une nouvelle chambre, plus grande, plus spacieuse que celle qu'il avait au Zamak. Les deux dortoirs étaient côte à côte mais néanmoins très différent. L'ambiance n'y était pas la même. Et puis il était devenu un Zinc. Il allait surement devoir le dire à ... à Spencer. Mon dieu il allait devoir en parler à Spencer. Il imagina la tête qu'elle ferait quand elle le saurait. La pauvre, elle allait en devenir malade. Quand on lui était venu le voir pour lui annoncer la "bonne nouvelle, l'excellente nouvelle même", il n'avait pas eu de réaction. Sur le moment cela n'avait pas changé grand chose. Mais après il avait du faire ses cartons pour changer de dortoir. Il avait du quitter sa petite chambre, sombre pour une nouvelle un peu plus grande, surement plus confortable.

Son ancienne chambre était plus petite mais elle sentait le tabac froid, le café et la menthe. Ici il ne ressentait encore rien. Ce n'était pas chez lui. Il faudrait peut être qu'il vide ses cartons pour que cela ressemble plus à un "chez lui" mais sur le moment il eut envie de fuir en courant. Mais cela non plus il ne pouvait pas. Il s'allongea sur le lit encore tout frais et fixa le plafond. Il semblait plus haut. Décidément elle était mieux cette chambre. Même s'il n'arrivait pas encore à l'apprécier, elle était mieux pour lui. Il allait plus facilement pouvoir y vivre. Il mit sa main gauche devant les yeux et de nouveau le sentiment de panique l'envahit. Elle s'effaçait vraiment. L'encre était beaucoup moins nette qu'avant. C'était presque effrayant de voir une partir de son identité s'en aller comme ça. Si ses tatouages s'en allaient, il aurait encore plus l'impression de ne pas être lui même. Quand il s'était fait tatoué cette tête de mort, il avait dix sept ans tout juste. Sa mère l'attendait chez eux pour célébrer l'anniversaire de la mort de son père. Mais il avait fuit et par un symbolisme effrayant, avait choisi ce motif dans les pages de Liam. "J'adore les pirates" qu'il avait dit en se marrant. C'était vrai et cela l'est toujours. Néanmoins aujourd'hui il s'effaçait, ce drapeau de capitaine pirate qu'il croyait être. Le reste était flou. Il avait vidé un sachet de cocaïne entier après. Il ne se souvenait même plus de ce qu'il avait fait.

Et puis merde. Il se releva et enfila son blouson. Il ne voulait pas rester dans cette chambre une minute de plus. Ce n'était pas là sa place. Il grimaça dès qu'il posa un pied par terre. Ah oui, il y avait ça aussi. Il soupira et attrapa sa paire de béquille. Il détestait ces trucs. Moins que le fauteuil mais il les haïssait. L'énervement montait, encore et encore. Il aurait bien eu besoin d'un verre. Ou d'autres chose. Mais s'il le pouvait il se soûlerait pour oublier ce qu'il s'était passé ces derniers jours. Il était un Zinc maintenant. Dehors il faisait froid et bientôt nuit. On était dimanche soir. Demain il avait cours. Il allait pouvoir parler à Spencer, à Jethro et à d'autres. Et puis ils le verraient bien, qu'il avait changé de bâtiment. Bordel et comment il était sensé leur dire qu'il était heureux de ce changement ?

Il marcha, longtemps, péniblement, sans vraiment réaliser qu'il marchait et vers où il allait. Il avait une plus belle chambre, plus de confort et certains allaient surement arrêter de voir un "Plomb pestiféré" en lui, comme c'était le cas il y avait encore peu de temps. Il aurait peut être un peu plus de soutien ou alors au moins des cas, on lui foutrait la paix. Et ça lui ferait du bien. Et puis il y avait une possibilité qu'il se fasse opérer du genou. On lui en avait parlé. Cela lui semblait encore un espoir bien trop beau pour qu'il se réalise mais pourtant ... les Platines avaient l'air si reconnaissant envers Gordon de les avoir aider. Peut être que lui aussi pourrait bénéficier de cette aide. Peut être. En tout cas s'il y avait cette possibilité ... Il préférait ne pas trop y rêver.

Il avançait dans beaucoup de lumières. Il leva les yeux. Il était à l'Ouest. Il avait été plus loin qu'il ne l'aurait cru. Il était dans la partie des grands et beaux magasins. Il soupira avec regret. Avant, c'était facile de rentrer dans n'importe quelle enseigne. Maintenant même se tenir là lui semblait détestable. Il lâcha une béquille sur un banc et s'assit pour rouler une cigarette. Son dernier paquet de tabac était presque vide. Il parvient tant bien que mal à se faire une cigarette et l'alluma. Il ferma les yeux pour profiter. Le coté positif pour sa santé était que sa consommation avait baissé de façon drastique. Il savourait chaque bouffée car il était possible qu'elle soit sa dernière. Il y avait décidément beaucoup de lumière dans ce quartier.

Au bout de la rue, il y avait du bruit et un groupe de passants se tordirent le coup pour bien voir. La curiosité des gens de ce quartier était presque malsaine. Non décidément il n'avait plus rien en commun avec eux. Il nota simplement qu'il n'allait pas devoir rester trop longtemps. Même s'il était habitué au froid, il était mordant en ce début de soirée. Et nul doute que personne ne perdrait son temps à lui demander ce qu'il faisait là, sur un banc en face des belles vitrines décorées. Il avait l'air d'un pauvre garçon rêveur. C'était ce qu'il était, mais personne n'aurait surement envie de prendre du retard sur son programme chargé pour lui parler. L'odeur de café lui parvient depuis le salon en face de sa place. Il se sentit minable et il se força à sourire. Un jour il ne le serait plus.




( HS : hum j'suis désolé de faire si court, si t'arrives pas à faire rentrer Harmony là dedans dis le moi et j'éditerai L )

Harmony
avatar
Harmony V. Chanteloup
Informations
AVATAR : Allison Harvard

DC : Calypso R. Storm (à privilégier pour les MPs !), Nine Werthem, James J. Miller et Samson H. Hugher

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : m.bjs

MESSAGES : 74

Date d'inscription : 15/09/2013


MessageSujet: Re: S'effacer - Harmony & Frederic Sam 17 Jan - 21:30

Son corps bougeait au rythme de la musique et ses cheveux virevoltaient, lui brouillant parfois la vue. Le rythme était fort et résonnait partout à l'intérieur de son corps. La petite blonde s'élançait, reculait, sautait, dansait, complétement ailleurs. Elle n'était plus à New-York, elle n'était plus dans la rue : le rythme de basse répété à l'infini l'avait poussée dans une transe terrible. Son corps bougeait, obéissant à des lois variées mais sûrement pas habituelles. Elle n'entendait pas les acclamations ni ne voyait les portables se dresser pour la filmer. La petite blonde dansait. Comme si sa vie en dépendait et comme quelqu'un s'amusait avec les fils de sa marionnette. Lorsque la musique s'arrêta, Harmony reprit conscience et, jetant ses cheveux vers l'arrière, elle entendit des acclamations, des sifflements et des félicitations qui tonnaient pourtant depuis un bon moment. Comment en était-elle arrivée là déjà ? Ha oui. La danse et les basses appuyées...
Harmony se promenait dans la rue lorsque son ouïe avait été attirée par un petit rassemblement d'où jaillissaient des cris et des acclamations. Curieuse, la petite blonde s'était approchée et était tombée sur une battle de hip-hop. Elle était restée à regarder les danseurs et danseuses s'affronter sans se porter de coups. Elle était restée comme scotchée à ces mouvements qui semblaient si inhumains. Ils parvenaient à bouger leurs corps comme s'ils n'avaient pas d'os et chacune de leurs figures était faite à la perfection. Rien n'était laissé au hasard et pourtant le spectateur ne cessait de s'étonner de la prouesse dont faisaient part ces danseurs et danseuses. Harmony s'était fondue dans la masse et lorsque la musique s'était arrêtée, elle avait applaudit à s'en rompre les doigts. La petite blonde était une bonne spectatrice et elle s'était joint aux acclamations sans même se demander si ça ne risquait pas d’entacher sa réputation. Et puis un des danseurs l'avait vue. Petite blonde qu'on avait laissé passer au premier rang à cause de sa petite taille. Il avait reconnu Harmony Victoire Chanteloup, chanteuse officielle du gouvernement, et il l'avait saluée, lui demandant comme elle allait. Harmony, bonne vivante, l'avait félicité et s'était emportée sur la perfection du spectacle qu'ils venaient de donner. Et puis dans la foule, un simple « c'est sûr que c'est plus compliqué que d'chanter ! » avait fondu sur la petite blonde. Elle ne l'avait pas vu venir et ne le prit même pas en compte : danse et chant se ressemblaient, après tout. Le danseur, gêné, ne savait plus trop où se mettre mais la question de Harmony le prit complétement de court.

« Je peux essayer moi aussi ? »

Personne n'aurait osé demander à « essayer » de danser dans la rue, devant des regards inquisiteurs et avides de chutes et d'échec. On essayait chez soit, loin des regards et des moqueries et on ne se montrait en public que lorsqu'on était sûr de soi. Mais pas Harmony. Harmony ne connaissait pas la moquerie et le jugement était quelque chose d'abstrait pour elle. Elle voulait essayer et le fait de le faire en public, juste après une représentation aussi grandiose, ne lui mit même pas la pression. Les danseurs, certains attendris et d'autres moqueurs, lui montrèrent certains mouvements que la blonde enregistra méthodiquement. Et puis la musique commença. Et tout s'effaça autour de Harmony. Elle avait étudié chacun des mouvements qu'elle avait pu apercevoir et la basse forte et puissante entra dans ses entrailles. Une fois sûre d'être complétement possédée par le rythme, Harmony lâcha prise et son corps se mit à bouger sans qu'elle ne réfléchisse. A chaque nouvelle pulsation, son corps augmentait la pression, enchaînant de plus en plus vite des mouvements de plus en plus compliqués. Harmony n'était pas une danseuse de hip-hop expérimentée mais le rythme, ça la connaissait. Elle abandonna très vite l'idée de ne faire que les mouvements qu'elle avait étudié et laissa son corps  faire ce qu'il voulait faire, guidé par la musique. Mêlant différents types de danse, de mouvements et de figures, Harmony se mit à danser comme si son avenir en dépendait. Et c'est justement cet absence de fierté et cette sincérité qui toucha les spectateurs. Ça et le fait que Harmony savait, indéniablement, bouger son corps. Qui l’eut crut ? Cette petite chanteuse capable de faire du lyrique autant que de la variété, haute comme trois pommes et avec des yeux grands comme le monde... eh bien oui, elle était capable de s'adapter à son environnement et tout ce qui contenait une toute petite touche de musique, de rythme ou qui lui permettait de rêver, eh bien elle l'assimilait. Harmony était comme ça, généreuse en tout. Et surtout capable de surprendre ses adversaires sans difficulté. Comme venait de le prouver son solo déchainé.
Essoufflée, la petite blonde ouvrit de grands yeux lorsque le danseur qui l'avait aperçue en premier prit sa main et la leva en l'air, signe de victoire, et que toute la foule amassée scanda son prénom. Décidément, elle provoquait des choses pas possibles sans le vouloir... La blonde s'empressa de rougir et de se cacher derrière le danseur, absolument pas consciente du buzz qu'elle venait de provoquer. Elle prit les noms et numéros des chanteurs après leur avoir proposé de jouer des coudes pour eux. Harmony avait très envie de les revoir danser et elle était sûre que ses producteurs trouveraient des choses à leur faire faire. Généreuse et attentionnée, Harmony s'en alla donc en sautillant, sous les acclamations de la foule et prit une direction quelconque alors que la musique reprenait. Harmony zonait dans la rue lorsqu'une mouche attira son attention. Elle avait une jolie couleur si bien que la petite blonde s'empressa de la suivre, comme un chat après un point rouge. La pauvre mouche accéléra, sans doute paniquée par la blonde la suivant, si bien que Harmony fini par s'arrêter, cherchant du regard ce qu'elle pouvait bien faire ensuite. Ses yeux tombèrent sur un individu assis sur un banc et elle le reconnu immédiatement : c'était son cher Frederic Host ! Il n'avait pas l'air dans son assiette. Encore une fois. Décidément ce pauvre garçon n'arrivait pas à prendre les choses du bon côté. Devait-elle lui conseiller un psychologue ? Quoique, après tout, il avait Hunter Stanton le Grand à Weins, un psychologue ne pourrait rien faire de mieux que cet homme !

« Frederic ! »

Ni une ni deux, Harmony s'affala à côté du garçon et lui fit un câlin, se fichant complétement de la cigarette ou de l'avis de brun.

« Comment vas-tu ? Tu n'as pas l'air en forme ! Tu as un problème ? Ou tu as mal digéré quelque chose ? Tu veux que je t'amène voir un médecin ? J'en connais un très bien et très gentil ! »

Harmony, Harmony... on ne pourrait jamais l'accuser de ne pas prendre soin de son prochain...




« Elle respectait les croyances des autres et acceptait qu'on puisse préférer la main d'un monsieur barbu à celle de Gordon mais on ne la ferait pas changer d'avis. Harmony n'était pas un misérable petit mouton qu'on pouvait rallier à un troupeau pour lui montrer le droit chemin ; Harmony était une licorne, une créature tellement irréelle qu'on ne pouvait pas la contrôler. »

Spéciale dédicace à Thomas *
© chaussette


Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur http://Weins-Academie.forumgratuit.org

Invité
Informations


MessageSujet: Re: S'effacer - Harmony & Frederic Jeu 29 Jan - 21:51

S'effacer - Harmony & Frederic

Il releva la tête à l'entente de son prénom crié dans la rue. Et aussitôt après une tornade blonde était ruée à son cou. Il eut un mouvement de recul comme réflexe puis sourit doucement. Harmony. Cette petite chose avait le don d'apparaître à n'importe quel moment, sans jamais prévenir. D'ailleurs qu'est ce qu'elle faisait là ? Elle était une personne de notoriété publique, elle n'était pas sensé être protégée et ne pas déambuler toute seule dans les rues ? Quoi que, il s'agissait d'Harmony. Elle était capable de fausser compagnie à ses gardes pour se balader en sautillant dans tout New York. Il passa son bras autour de ses épaules pour la tenir contre lui.

Il était content de la voir. Elle lui remettait toujours le sourire aux lèvres et de la joie dans le coeur. C'était peut être très niais mais elle pouvait le faire rire avec sa gentillesse gratuite et ses élans de calins. C'était comme ... une couette douce et chaude dans laquelle on s'enveloppe. Harmony était la couette d'hiver quand on avait froid. Il se força quand même à lui sourire. Un médecin. Comme si ça pouvait suffire. Non, le mal physique, ça allait. Il était juste Zinc quoi. Ca et tout le reste. Mais il ne devait pas lui en parler. Il n'allait pas pouvoir supporter encore de s'étendre sur son malheur. Il pouvait mentir.

Ah. Comme si.

Mais si, il devait. Il devait vraiment commencer à mentir. Il ne pouvait pas toujours aller vers les gens en disant : "non, ça ne va pas, rien ne va, au secours, aide moi". Il devait mentir. Et puis tous les enfants du monde savent mentir. Surtout à une personne aussi gentille qu'Harmony, il ne pouvait pas lui cracher son désespoir en pleine figure. Ce n'était pas quelque chose qui se faisait. Il devait concerner un coté gentlemen au fond de lui. Très très au fond, il pouvait trouver quelque chose à lui faire croire. N'importe quoi.

"Non merci Harmony ... tout va bien. Vraiment. Peut être un peu le mal du pays ! Ca me manque un peu la neige ... enfin, beaucoup de neige."

... Non, il ne mentait pas vraiment. Il éludait les vrais problèmes. C'était quand même déjà bien de la part de ce type. Il choisit de se lever pour s'étirer, au moins pour faire semblant et ne pas rester engourdi. "Et toi alors comment tu vas depuis la mairie ? Je t'ai entendu chanter c'était vraiment génial !" Oui entre deux verres de ... de boissons diverses et variées ... cette nuit était un peu floue dirons nous. Il était avec Caïn quand il avait entendu la jolie voix de la blondinette mais alors après ... il ne se souvenait absolument pas des détails. Ni même de la couleur de la boisson contenue dans son verre à ce moment là. Mais elle avait chanté. Il aurait bien aimé l'entendre plus.

"Quand même ça m'étonne toujours de te croiser comme ça un peu au hasard. Je pensais que t'avais ... des responsabilités, un emploi du temps comme le président ... t'arrives quand même à pouvoir passer du temps comme tu veux ? Et toute seule ?"

Quelqu'un qui serait passé au hasard n'aurait rien remarqué de bizarre dans ses phrases. Quelqu'un qui connaissait Frederic depuis quelques temps aurait remarqué qu'il avait dit "le président" et non pas "Gordon" ou "l'autre au pouvoir" ou tout autre qualificatif.

Il frissonnait. Il avait froid et elle aussi surement. Il aurait bien voulu avoir des gants. Il regarda ses mains. Le tatouage était vraiment en train de s'effacer. Comme tous les autres, ceux de ses doigts. Il n'aimait vraiment pas cet effet flou sur le dessin. Et s'il le repassait au stylo ? Au moins jusqu'à ce qu'il ait assez d'argent pour le faire refaire. Crétin. Il devrait d'abord penser à s'acheter des cigarettes. Ou même d'autres choses à manger que les repas de la cafétéria. Quelque chose. En fait il ne savait même pas. Il n'avait jamais réfléchi à ce genre de problème. Il n'avait clairement pas le sens des responsabilités. Il n'avait pas vraiment de grosses sommes à dépenser vu qu'il était nourri et logé par l'Académie. C'était sans doute aussi pour ça qu'il avait plus ou moins laisser les choses se faire. Il aurait du se battre plus.

Mais non il ne devait pas y penser ! Il devait parler avec Harmony. La distraire. Et se distraire au passage. Pour ne pas penser à toute sa vie qui partait en lambeaux. A toutes ses parties de sa personnalité qui s'effaçait, à toute son identité qui avait changé. Penser à autre chose.

"... tu veux faire un bonhomme de neige ?"

Frederic Host, 19 ans.

Il n'avait pas de gants. Trop tard. Il avança dans le petite jardin, sans doute appartenant au café et palpa la neige de son pied. "On faisait tout le temps ça avec mes cousins. C'est de la bonne neige bien dure ça va être super ..." Les mains dans la neige et en avant. D'ordinaire il aurait été voir Spencer pour lui proposer ça. Il aurait été capable de frapper à sa porte pour lui demander si elle voulait faire un bonhomme de neige. Et elle aurait dit oui, elle aurait même pris une carotte pour faire le nez. Mais voilà, Spencer n'était pas là.

"... C'est con, il va être petit comme il a pas neigé aujourd'hui." Il tourna la tête vers Harmony. Elle était totalement du genre à sautiller dans la neige. Enfin il croyait. Il essayait de la regarder, espérant qu'elle comprenne qu'il avait besoin de mener à bien ce projet extrêmement important. Il avait besoin de construire quelque chose, pour oublier que toute son existence était en train de partir en miette.



Harmony
avatar
Harmony V. Chanteloup
Informations
AVATAR : Allison Harvard

DC : Calypso R. Storm (à privilégier pour les MPs !), Nine Werthem, James J. Miller et Samson H. Hugher

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : m.bjs

MESSAGES : 74

Date d'inscription : 15/09/2013


MessageSujet: Re: S'effacer - Harmony & Frederic Mer 4 Fév - 20:36

La réaction de Frederic fut très différente de celle qu'il avait eu lors de la réception, à la mairie. A ce moment-là, il avait reculé et mit un espace entre Harmony et lui, comme s'il avait honte de la connaître. Harmony n'avait, évidemment, pas prit cela comme ça et ne s'était donc pas sentie blessée dans son amour-propre. Aujourd'hui, Frederic avait prit Harmony dans ses bras et l'avait serrée contre lui. Et la petite blonde en fut ravie. Elle aimait les câlins et encore plus lorsqu'on lui rendait la pareille ! Et puis le garçon s'était relevé et lui avait dit qu'il avait le mal du pays. Le mal du pays... Eh ?

« Mais comment tu peux avoir le mal du pays vu que tu es ici chez toi, aux États-Unis ? »

Visiblement, Harmony n'était pas au courant de la nationalité de base de Frederic et c'était donc tout naïvement qu'elle s'était étonné de l'entendre parler de « mal du pays » alors qu'il était chez lui. La petite blonde ne pouvait déjà, de base, pas comprendre comment on pouvait avoir mal de quelque chose. Mais le mal de pays ? Ça atteignait des sphères de réflexions particulières auxquelles elle ne pouvait visiblement pas avoir accès ! Ce n'était pas faute d'essayer mais la blonde n'arrivait pas à comprendre comment on pouvait avoir mal de ne pas être chez soi lorsqu'on était chez soi. Son cerveau tournait en rond lorsqu'un mouvement au sol attira son attention.

« Et toi alors comment tu vas depuis la mairie ? Je t'ai entendu chanter c'était vraiment génial ! »

La mairie... Ha oui la mairie ! Harmony releva la tête et sourit au garçon. La soirée lui revenait maintenant en mémoire : elle avait beaucoup apprécié et s'y était beaucoup amusée ! Win avait eu une série de réactions un peu bizarres et Rafael était réapparu mais oui, ça avait été un grand moment ! Le compliment sur son chant lui fit chaud au cœur et son sourit s'élargit encore plus, rendant le « merci » presque difficile à prononcer. Le chant était quelque chose de très important pour Harmony. Ça lui permettait de grandir, de découvrir le monde et de nouvelles personnes et surtout ça lui permettait de transmettre ses sentiments. Et cela, pour une chanteuse vivant dans un monde parallèle comme elle, ça n'avait pas de prix. Elle donnait toujours le meilleur d'elle-même lorsqu'elle chantait et elle s'efforçait toujours de transmettre jusqu'à la plus petite parcelle de son être pour éveiller les spectateurs et leur offrir un monde sans mauvais sentiments. Elle vivait dans un rêve et personne n'avait le courage, ou la patience nécessaire, de l'en déloger. Et c'était au final une bonne chose car Harmony était heureuse où elle était et qui aurait pu être assez mauvais pour vouloir empêcher quelqu'un d'être heureux ? De plus, Harmony était un exemple de bonté et de joie de vivre au point de réussir à « contaminer » ses proches ou les personnes un peu « faibles » qu'elle croisait. Harmony était une sorte de grande couverture chauffante permettant à tout le monde de profiter de sa chaleur. Et de part sa popularité, Harmony permettait au gouvernement d'être ce qu'il était actuellement : intouchable.

« Quand même ça m'étonne toujours de te croiser comme ça un peu au hasard. Je pensais que t'avais ... des responsabilités, un emploi du temps comme le président ... t'arrive quand même à pouvoir passer du temps comme tu veux ? Et toute seule ? »

Harmony haussa les épaules et dit, d'un air ravi :

« Personne ne m'empêchera de faire ce que je veux et d'aller où je veux aller ! »

Et c'était malheureusement bien vrai. Les gardes-du-corps s'enchaînaient sans parvenir à la surveiller une journée entière sans la perdre. Sa garde-du-corps en chef était la seule à parvenir à comprendre et suivre Harmony mais les autres... ils n'y arrivaient pas. Et c'était pas faute d'essayer ! Mais Harmony avait un fonctionnement particulier qui rendait les prévisions et les statistiques inutiles. Son cerveau ne fonctionnait visiblement pas comme les autres et cela la rendait complétement imprévisible. Au plus grand désespoir de son entourage professionnel...

« J'ai un emploi du temps assez compliqué mais pas comme celui du président. Il ne chante pas beaucoup lui, je pense... » Harmony, mignonne petite fille... « Pour tout te dire, je ne sais même plus si j'avais un garde-du-corps avec moi tout à l'heure... J'ai dansé avec des gens puis j'ai suivis une mouche et ensuite je t'ai vu. Et je ne sais pas si j'étais accompagnée ou pas. Mais bon... si c'est le cas, il finira bien par me retrouver. Ils finissent tous par le faire ! »

Et de conclure avec un grand sourire comme s'il n'y avait rien de grave à perdre ses gardes-du-corps aux quatre coins de la ville... Mais Harmony était comme ça : tout était traité avec simplicité et manque efficacité. Rien ne lui paraissait compliqué et tout lui paraissait clair comme de l'eau de roche. Ou presque. Il y avait effectivement certaines choses qu'elle ne comprenait pas mais elle parvenait toujours à trouver des solutions, certaines plus foireuses que d'autres cela dit...

« Tu as un emploi du temps compliqué, toi ? Ou alors on ne te laisse pas faire ce que tu veux ? »

S'il posait la question, c'était qu'il devait avoir le problème de son côté, non ? Harmony ne savait pas que Frederic était passé Zinc et si elle l'avait su, elle n'aurait sûrement pas compris pourquoi ça le tourmentait autant. C'était bien d'être Zinc, il n'y avait rien de mal à l'être ! Harmony elle-même avait été Zinc à un moment et elle ne s'en était jamais plainte ! La chanteuse était en train de se remémorer certains épisodes de sa vie à l'Académie lorsque Frederic lui proposa de faire un bonhomme de neige. Un bonhomme de neige. La proposition mit Harmony dans un tel état d'euphorie interne qu'elle n'écouta même pas ce que Frederic racontait sur sa famille ou sur le trop peu de neige. Un bonhomme de neige ! Elle allait faire un bonhomme de neige ! Et la réaction, pour une fois prévisible, explosa après que Frederic ait regardé la chanteuse d'un air interrogatif :

« HO OUI !! FAISONS UN BONHOMME DE NEIGE ! »

C'était du Harmony tout craché ça... Se mettre à hurler de joie dans la rue puis sautiller sur place comme si la honte n'était qu'une légende. Cela dit, elle l'était pour Harmony puisqu'elle n'en comprenait ni le principe, ni l'utilité.
Ni une ni deux, la blonde se jeta sur Frederic, l'écrasant par terre avec l'élan, et dit, avec des étoiles dans les yeux :

« Ça fait tellement longtemps que je n'ai pas fait de bonhomme de neige ! J'ai hâte ! J'ai tellement hâte ! Faisons-en un maintenant ! Ou deux ! Ou trois ! Il manque de la neige ? Eh bien on ira en chercher ailleurs ! »

De gentille fille qui plane, Harmony venait de se métamorphoser en véritable pile électrique. Elle se releva, courut dans un bar, en ressorti avec une grande pelle à neige, courut et se mit à empiler de gros tas de neige à côté de Frederic. Qui avait dit que Harmony n'était pas capable d'être efficace ? La blonde tourna la tête vers Frederic et comprit, enfin, qu'il n'avait pas de gants. Pas de soucis ! Harmony sauta à côté du garçon, enleva un de ses gants et le lui tendit en souriant :

« Comme ça on aura tous les deux froid pareil ! »

Et elle repartit en courant récupérer la pelle. Sauf que la pelle la récupéra avant qu'elle ne la voit... Le manche, levé par l'impact du pied sur la pelle, s'écrasa sur le visage de Harmony qui, sous le choc, tomba par terre. Harmony un jour, Harmony toujours...




« Elle respectait les croyances des autres et acceptait qu'on puisse préférer la main d'un monsieur barbu à celle de Gordon mais on ne la ferait pas changer d'avis. Harmony n'était pas un misérable petit mouton qu'on pouvait rallier à un troupeau pour lui montrer le droit chemin ; Harmony était une licorne, une créature tellement irréelle qu'on ne pouvait pas la contrôler. »

Spéciale dédicace à Thomas *
© chaussette


Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur http://Weins-Academie.forumgratuit.org

Invité
Informations


MessageSujet: Re: S'effacer - Harmony & Frederic Ven 20 Mar - 22:44

S'effacer - Harmony & Frederic

L'énergie d'Harmony était communicative et Frederic se sentit de suite entraîné dans le tourbillon de paillette et de couleurs arc en ciel. Il n'avait plus envie de perdre du temps à répondre à ses questions. Tout oublier, envoyer le monde se faire foutre, faire un bonhomme de neige et hasta la vista. Peut être allait-il refaire un tour par la case enfance. Cela lui éviterait d'aller voir son ancien dealer et de replonger. Ce à quoi il pensait beaucoup ses derniers temps. Replonger. En finir. Peut être prendre la dose de trop. Tu parles, comme si ça lui servirait. Non, Frederic avait décidé d'être fort. De prendre sa vie à deux mains pour avancer et passer à un autre chapitre. Devenir quelqu'un d'autre. Changer. Bouger.

Mais demain. Aujourd'hui, il avait de nouveau huit ans et il s'amusait dans la neige.

Il oublia les questions d'Harmony. Il aurait voulu lui parler de l'Estonie, ce beau pays empli de neige et de Host, où il aimerait être. Elle n'aurait pas compris. Elle ne comprendrait pas parce que les Etats-Unis étaient son Estonie. Son pays, sa patrie, si chère à son coeur. Sa vie, son environnement. Elle n'aurait pas compris qu'il préférerait être ailleurs. Alors il l'avait serré dans ses bras maigres pour oublier qu'il ne serait jamais vraiment chez lui à New York. Il avait d'emblée changer de sujet pour parler de sa voix, de son chant, qui à chaque fois l'emplissait de joie. Sa voix lui donnait envie de décrocher des nuages. L'entendre chanter le rendait puissant et il avait envie de croire en ce qu'elle clamait, même son amour pour Gordon. Il semblait si sincère, si pur et cela le touchait.

" Personne ne m'empêchera de faire ce que je veux et d'aller où je veux aller ! "

Et vlan.

Prends ça dans ta gueule Freddie et réfléchis un peu. Il n'y a pas si longtemps, il pensait exactement comme elle. Grâce à la drogue et à l'adrénaline, il se prenait pour le roi du monde. Il se croyait au dessus des lois. Et Harmony croyait à ce discours. Elle se savait forte. Ce qui lui manquait cruellement. Il la fixa. Elle le surprenait. Elle était tellement intrigante qu'il avait envie de l'écouter des heures durant. Même si elle semblait folle aux premiers abords, elle était si simple qu'elle en était surprenant. Elle lui coupa le souffle. Comme il aurait aimé être comme elle. Pourtant ils étaient si différents. A la mention de la mouche, Frederic se mit à rire nerveusement. Une mouche pouvait attirer son attention ailleurs. Décidément non, elle n'était pas comme les autres.

"T'as tellement de chance Harmony. J'aimerai bien aussi. C'est juste ... pas si facile." Ou peut être était-il juste con.

Un ovni. Un truc bizarre. Qui arrive soudain sans qu'on s'y attente. Et balance en l'air tes convictions et tes envies de sérieux. Qui donne envie de courir dans les champs de pâquerettes. Harmony.

Elle lui demanda si lui ne pouvait pas faire ce qu'il voulait. Ah. Que donc répondre à ça ? Oui ? Non ? Se mettait-il des batons dans les roues tout seul ou est ce que d'autres l'empêchaient d'être vraiment heureux ? Il n'avait pas envie de passer, encore, des heures à se plaindre. Suffit maintenant. Et les deux enfants se prirent par la main, oubliant les cris des adultes, pour aller jouer dans la neige avec l'innocence qui était la leur. Exactement comme ça. Construisons quelque chose, même si cela ne durera pas.

La réaction ne se fit pas attendre, elle sautillait sur place. Elle rayonnait. Elle semblait heureuse. Un rien semblait la mettre en joie. Parfait. Ils allaient tous les deux s'amuser et cela serait très bien. Dans un virevoltement de cheveux blonds, elle se jeta sur lui. Surpris, ils se retrouvèrent têtes dans la neige. Mouarf. Bon sang. Heureusement qu'il y avait la neige. Elle semblait tellement ravie de sa proposition. S'il avait su, il aurait pris une luge quelque part. Il se sentait entraîné dans sa joie. Il sourit avec elle. "Faisons ça ! Une grande famille de bonhommes de neiges !" En avant. Neige. Bonhomme. Harmony. Frederic. Rien d'autres.

Ils se relevèrent, elle partie chercher une pelle et lui commença la sculpture. Il ne savait pas, ne comprenait pas d'où leur venait cette énergie. Mais brusquement il avait envie de faire un truc énorme dont il se souviendrait, dont il serait fier. Il avait envie de construire quelque chose, de faire des efforts pour qu'il tienne debout. Les doigts dans la neige, il frissonna. Il allait se chopper des engelures. Mais il n'en avait que faire. Harmony creusait en riant. Rien qu'à se tenir avec elle, on se sentait bien, on se sentait heureux avec elle.

Elle lui prit les mains et lui donna un gant. Comme ça. Gentilesse. Il leva les yeux au ciel et l'enfila sur sa main droite. A la gauche, il enleva la chevalière et la glissa dans sa poche. Plus que tout il y tenait maintenant. "Merci. Mais si t'as froid je te le ..."

BLAM. Bruit de pelle sur le visage de la blonde. Un instant stupéfait, Frederic éclata d'un rire clair. Ah le rire de Frederic, si doux dans le froid de l'hiver. Cela faisait longtemps que New York ne l'entendait plus. Il s'approcha d'elle et se mit à genoux dans la neige. Aïe. La ferme. Il l'observa en s'efforçant d'arrêter de rire. C'était nerveux.

"Merde, pardon je ... tu vas bien ? Tu t'es pas fait mal avec cette pelle ? Oh ? Harmony ?" Il la regarda. Merde, il n'allait quand même pas avoir un cadavre sur les bras ? Non, elle semblait remuer. Tant mieux. Après la mouche, le coup de pelle. "Eh, relève toi, Monsieur Lumi nous attend !" Il ôta son écharpe et l'enroula autour du cou d'Harmony avant de se relever pour prendre la pelle entre ses mains. La maudite chose ne lui ferait plus de mal, maintenant il allait s'en charger.

"C'est vachement dangereux quand même ... Oh, attends, non, finalement, ne bouge pas." Il planta la pelle dans le sol, bien droite, bien visible et s'allongea à coté d'Harmony. Vu qu'elle ne semblait pas décidé à se relever. Elle semblait être bien. Cinq ans d'âge mental. Il écarta les bras et les jambes, plusieurs fois. "De haut ça doit faire un ange." Tss. Idiot.

Un ange. Franchement. En plus il sentait le sol sous son dos. Nul comme ange. "Vraiment y a pas beaucoup de neige ici. Tu connais pas un endroit où y en aurait plus ? Un grand terrain vague. Immense. Avec ... un arbre au milieu. Un jardin recouvert de neige. Quoi que, non, y aurait tous les enfants." Il se rassit dans la neige et observa Harmony à ses cotés. Arrête de réfléchir on a dit. Ca ne t'amène rien de bon. "Enfin, on s'en fiche, vu qu'on fait ce qu'on veut."



Harmony
avatar
Harmony V. Chanteloup
Informations
AVATAR : Allison Harvard

DC : Calypso R. Storm (à privilégier pour les MPs !), Nine Werthem, James J. Miller et Samson H. Hugher

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : m.bjs

MESSAGES : 74

Date d'inscription : 15/09/2013


MessageSujet: Re: S'effacer - Harmony & Frederic Jeu 9 Avr - 0:40

« Faisons ça ! Une grande famille de bonhommes de neiges ! »

La proposition de Frederic ne fit qu'accentuer l'euphorie de la blonde qui s'empressa de sauter partout pour montrer son enthousiasme. Une famille de bonhommes de neige ! Fantastique ! Ils allaient tellement s'amuser ! Ils feraient Gordon aussi parce qu'il veillait sur toutes les familles du pays ! Comment allaient-ils le représenter vu qu'on ne l'avait jamais vu ? Arf... Eh bien ils le représenteraient en ange ou en petit animal : quelque chose de mignon et d'attachant ! Pour Harmony, Gordon n'était même plus un être humain. De fait, on n'avait jamais vu d'image officielle du président et la jeune femme l'aimait tellement qu'il avait dépassé le stade d'humain. Au mieux il pouvait ressembler à une licorne ou à un ange et des fois à des petits animaux. Après tout Gordon était partout alors quoi de mieux que des petits animaux pour venir s'assurer que tout va bien dans les foyers ? Une licorne c'était quand même pas très discret...
Pendant que Frederic commençait à entasser la neige, Harmony creusait joyeusement pour amasser une plus grande quantité de poudreuse. Tout en creusant, la petite blonde se demanda si tous les enfants avaient la même réaction qu'elle devant la neige. Après tout la neige, c'était tellement génial... C'était froid, certes, mais c'était beau et on pouvait faire tant de choses avec ! Des bonhommes de neige, des photos et même des batailles de boules de neige ! Cela dit, la dernière fois que Harmony avait tenté de déclencher une bataille de boule de neige avec sa garde-du-corps officielle, la femme l'avait regardé d'un air tellement blasé que même Harmony n'avait pas osé lancé une deuxième boule. La petite blonde s'était donc contentée de trébucher et de tomber dans la neige sous les yeux exaspérés de la garde-du-corps. Mais aujourd'hui était un nouveau jour et peut-être que Frederic serait content de faire une bataille de boules de neige avec elle ? Harmony avait beau ne pas aimer la violence, dans la mesure où elle ne pouvait pas aimer quelque chose, elle adorait néanmoins les batailles de boules de neige. Rassembler la neige en une boule, la lancer, en recevoir, rire, courir... Une vraie attitude d'enfant heureux de vivre : tout ce qu'était Harmony. Elle s'apprêtait d'ailleurs à proposer une bataille à Frederic, car oui Harmony n'était pas capable d'agir en fourbe et de frapper avant de demander, lorsqu'elle le vit se frotter les mains. Ni une ni deux, elle lui enfila un gant sur la main pour lui éviter de prendre froid. Et puis elle retourna à sa pelle. Ou plutôt c'était ce qu'elle avait prévu de faire...

Le choc fut si soudain que Harmony en perdit presque conscience. Heureusement pour elle et malheureusement pour le monde, Harmony n'était pas encore capable de perdre connaissance avec un coup de pelle et elle rouvrit donc les yeux pour se rendre compte qu'elle était allongée par terre. Le coup qu'elle avait reçu l'avait complétement sonnée, enfin encore plus qu'elle n'était en temps normal ! Au début, Harmony ne comprit pas pourquoi elle était allongée par terre. Elle marchait, quelques instants plus tôt, alors pourquoi était-elle maintenant vautrée au sol ? Et puis son nez lui fit mal et, en passant sa main sans gant dessus, elle aperçut qu'elle saignait. Elle saignait ? M'enfin pourquoi ? Et puis son regard tomba sur la pelle qui gisait au sol, comme pour s'excuser de son geste. C'était bien Harmony, ça : attribuer des sentiments à une pelle... La petite blonde dit, tout bas, à la pelle :

« Ne t'en fais pas, je ne t'en veux pas ! »

Le rire de Frederic atteint enfin ses oreilles, qui bourdonnaient encore du choc avec la pelle. Sa chute l'avait fait rire ? Eh bien, c'était que le destin avait voulu le faire rire alors. Pauvre pelle, obligée d'obéir à un destin impitoyable... Au lieu de se morfondre sur son nez ensanglantée et sur son mal de tête naissant, Harmony se contenta de sourire en entendant le garçon rire. Elle avait réussit à faire rire Frederic et c'était tout ce qui lui importait. S'il le fallait, elle mettrait des pelles partout devant elle la prochaine fois qu'elle le verrait pour être sûre de s'en prendre au moins une. Harmony voulait que Frederic soit heureux et le rire montrait qu'elle avait bien fait de ne pas perdre espoir. Même si elle avait dû sacrifier son nez pour obtenir le rire. Boarf... Elle n'avait rien de cassé, après tout ! Et puis elle entendit du bruit et Frederic fut à ses côtés avant même qu'elle lui dise de faire attention à la pelle. Il commença à paniquer, la croyant sans doute morte. Ça, pour le coup, ça aurait été une mort stupide. « Ci-git Harmony Victoire Chanteloup, tuée après avoir marché sur une pelle ». Même Harmony pouvait se rendre compte du ridicule que ça aurait été. Remarque, ça aurait pu faire un bon coin de promenade pour rire et se rappeler qu'il y a toujours pire que soit dans la vie ? Il mentionna un certain Monsieur Lumi qui les attendait et le cerveau de la petite blonde se mit en branle mais elle était certaine de ne pas connaître ce cher monsieur. Et si elle le rencontrait pour le première fois, il allait avoir une image un peu particulière d'elle. Hum... Eh bien soit, Harmony était comme elle était et ce Monsieur Lumi n'avait qu'à l'accepter ! Après tout, elle acceptait bien son nom un peu bizarre, à ce Lumi-machin ! Et puis Frederic lui mit son écharpe autour du cou et planta la pelle pour s'assurer que plus personne ne marcherait dessus. Il dit ensuite que la pauvre pelle était dangereuse et Harmony eut un petit serrement au cœur en l'entendant parler ainsi du pauvre instrument du destin.

« Ce n'est pas si dangereux et puis ça t'as fait rire ! C'est ça l'important ! »

Et puis le garçon se mit à gesticuler étrangement et à proférer des choses étranges comme « de haut, ça doit faire un ange ». Avait-il lui aussi été frappé par la pelle pendant que Harmony regardait ailleurs ? Harmony ne tenta pas vraiment de comprendre de quoi il voulait parler et ne voyant ni l'ange ni monsieur Lumi, dont il parlait plus tôt, elle décida d'abandonner les questions. Elle était plutôt bien, allongée par terre. Bon certes, elle commençait à avoir un peu froid car la neige traversait son manteau, mais bon ! Oh et il fallait qu'elle fasse attention à ne pas salir son manteau avec son sang ! Elle passa la main sur son nez une nouvelle fois et put s’apercevoir qu'il ne saignait plus. Tant mieux ! Ça aurait en plus été gênant de tâcher cette belle neige avec du sang !

« Vraiment y a pas beaucoup de neige ici. Tu connais pas un endroit où y en aurait plus ? Un grand terrain vague. Immense. Avec ... un arbre au milieu. Un jardin recouvert de neige. Quoi que, non, y aurait tous les enfants. »

Frederic s'était rassis mais Harmony, elle, ne se sentait pas encore suffisamment forte pour se relever. Elle avait toujours la tête qui tournait et elle était presque sûre d'avoir vu une licorne passer devant elle...

« Enfin, on s'en fiche, vu qu'on fait ce qu'on veut. »

Harmony rit et hocha la tête.

« Pourquoi se mettre des barrières quand il n'y en a pas, hein ? »

La petite blonde prit son courage à deux mains et s'assit lentement. Licornes et elfes se mirent à danser autour d'elle puis disparurent aussi vite qu'ils étaient arrivés. Dommage, ils étaient plutôt mignons...

« Il y a beaucoup de neige dans le Jardin des Hespérides. Ce n'est pas loin, on pourrait y aller ? Et puis c'est très grand, on ne sera pas forcés d'aller avec les enfants si tu ne veux pas ! Et puis on pourra faire pleins de bonhommes de neige sans avoir besoin de pelle, là-bas ! »

Et puis, comme si elle venait de s'en rappeler :

« Et c'est qui Monsieur Lumi ? Il est partit ? »




« Elle respectait les croyances des autres et acceptait qu'on puisse préférer la main d'un monsieur barbu à celle de Gordon mais on ne la ferait pas changer d'avis. Harmony n'était pas un misérable petit mouton qu'on pouvait rallier à un troupeau pour lui montrer le droit chemin ; Harmony était une licorne, une créature tellement irréelle qu'on ne pouvait pas la contrôler. »

Spéciale dédicace à Thomas *
© chaussette


Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur http://Weins-Academie.forumgratuit.org

Contenu sponsorisé
Informations


MessageSujet: Re: S'effacer - Harmony & Frederic



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1