Le monde entier est un cactus | Lexy
Volley
avatar
Spencer J. Fitzpatrick
Informations
AVATAR : Kathryn Prescott

ANNÉE D'ÉTUDE : "En échec scolaire", échappée des griffes du système

DC : Allegra, Tess, Zélis

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : © blimey! (avatar) | © endless love & imagine dragons (signature)

MESSAGES : 157

Date d'inscription : 26/06/2012

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: dix-neuf ans
CAMP: Contre le Gouvernement
JE SUIS: un cas désespéré, le lavage de cerveau ne m'a pas encore eu


MessageSujet: Le monde entier est un cactus | Lexy Mer 19 Aoû - 12:04



Dans leurs coeurs, il y a des cactus
Dans leurs porte-feuilles, il y a des cactus
Sous leurs pieds, il y a des cactus
Dans leurs gilets, il y a des cactus
Aïe aïe aïe, ouille !


Le brouillard l’avait pris par surprise, arrivant sournoisement, masqué par le temps déjà sombre de cette journée d’hiver. Ses vieilles Doc Martens aux pieds l’avaient entrainée hors de l’Académie, errer dans but et cracher son venin sur le Boulevard Weins. Weins, Weins, Weins, ce nom provoquait la nausée. Spencer renifla bruyamment – son début de rhume la faisait souffrir. Si ça se trouve, elle allait en crever ? Ce serait formidable, alors. Plus de soucis. Mais elle savait pertinemment que ça n’arriverait pas. Son facteur poisse dépassait de loin ses espérances…

La jeune fille jeta un regard haineux à un couple d’amoureux qui gazouillait sur un trottoir, et, n’ayant pas envie de se coltiner leur jugement ou leurs paroles mièvres, tourna ostensiblement les talons pour changer de direction, mais fut rapidement confuse : en quelques minutes, la brume avait changé le décor, plongeant la ville dans une épaisse purée de pois. Spencer jura, mais continua d’avancer. Tout, tout serait mieux que de dépérir lentement à l’Académie.

Depuis quelque temps, l’anglaise avait passé un point de non-retour. Une décision avait été prise, irrévocable, éclatant à ses yeux comme une vérité. «  I was blind, but now I see. » Elle voulait fuir. Se casser, se tailler, s’évader de cette putain de prison qui la laissait exsangue jour après jour.  Par tous les moyens. Quitte à foutre une bombe dans l’bâtiment, à zigouiller au couteau ses professeurs, à prendre en otage ses camarades, ouais, elle allait péter les plombs et voler loin de cet enfer. Et rien, rien, ne se mettrait en travers de son chemin. Le reste n’était plus qu’une question de temps.

Elle ne réalisa son erreur que lorsqu’elle entendit un crissement sous ses pieds. Sans même en avoir conscience, elle marchait, probablement depuis quelques secondes maintenant, dans le Parc de Verre. Un rictus mauvais défigura son visage, qui n’avait déjà plus rien de beau. Ce foutu parc où Frederic « traître » Host lui avait promis qu’ils seraient à nouveau amis, qu’ils s’aimeraient. Presque à genoux qu’il l’avait supplié de lui pardonner, de faire table rase et toutes ces conneries qui l’avaient émue. Une rage sourde monta en elle. Pour un peu, elle se serait enfoncée dans le sol, les morceaux de verre comme du cristal tailladant sa peau, laissant un milliard d’éraflures rouge sang, que sa douleur mentale trouve un écho dans une torture physique… ça n’arriverait pas.

Allumant sa cinquième clope depuis le matin, rejetant sur son front une mèche de cheveux, elle chercha un endroit où s’asseoir, puis, avisant le brouillard, et surtout par flemme, se posa par terre. La cherchaient-ils, à l’Académie ? Sûrement pas. On était en week-end. Ses amis supposaient sans doute qu’elle était en train de décuver… même pas. Par contre, elle aurait bien bu un petit remontant. Quoi, Spencer, alcoolique ? Depuis un petit bout de temps, déjà… Fréquenter des gens comme Lexy Winchester et Fred « traître » Host n’avait pas aidé. Spencer pourrissait de l’intérieur, elle n’avait aucune intention de se soigner.

Si ça se trouve, quelqu’un allait lui marcher dessus par inadvertance et allait l’écraser, et de son corps éclaté sortiraient des milliers de cafards.


---------------------------------------------------------------------------

CHAOS ISN'T A PIT
CHAOS IS A LADDER

Voir le profil de l'utilisateur http://projet-weins.forumgratuit.org/

Invité
Informations


MessageSujet: Re: Le monde entier est un cactus | Lexy Lun 24 Aoû - 17:46

Lexy approche de plus en plus de l'état d'épave humaine, ces temps-ci. Oh, son allure ne serait pas si mal si elle lâchait cette foutue boisson. Mais avez-vous franchement déjà vu Winchester lâcher un bon alcool (tout alcool est devenu bon tant qu'il lui provoquait les effets désirés, au moins un peu) ne serait-ce qu'un dixième plein ? En d'autres circonstances, on pourrait juger la Plomb de belle mais cette fois-ci, sa dite beauté prenait un coup dur. Mal peigné, l'haleine discutable, la démarche disgracieuse, voilà ce qui décrit notre petite révolutionnaire. Sa prétention ne va pas en déclinant : figurez-vous qu'elle déclara être la nouvelle Socrate il y a peu. Ses défauts comme accentués par l'abus d'ivresse, on n'hésite guère à lui fausser compagnie quand c'est possible. Déjà qu'elle était une casse-pied avec ses réflexions philosophiques placées n'importe comment…

Elle repensait, posé au pied du lit de sa chambre en désordre, à cette futile soirée à la Mairie. Tous des hypocrites, et des plus grands qu'elle cette fois-ci ! Mémoire aux victimes : ils sont morts, point barre. On leur donne un symbolisme pro-gordonnien puisqu'ils ne peuvent plus parler pour mieux montrer du doigt les méchants opposés à ce gouvernement à la con qui se donne une image divine à elle-même. Les invités étaient des connards, aussi. La seule bonne chose qu'ils aient faite à cette soirée c'est d'offrir un buffet. Il était bien, le buffet, car il y avait de quoi manger et boire. Elle vomissait certes mais ça la permettait de manger encore. Lexy ou comment voir la vie positivement. Sinon, mis à part ça, chaque tête présente lui fournissait un lot d'insultes qu'elle débitait mentalement dans un état mi- éveillé.

La paresseuse jette un œil à sa vilaine mine grâce au miroir. Pas de temps pour les complexes : elle analyse vite fait son visage. Un coup de brosse par-ci, par là, ça devrait suffire, pense-t-elle. Un coup de brosse bon marché accompagné de dentifrice bientôt en rupture de stock ; parfait pour camoufler momentanément l'odeur de son jus préféré. Les autres débiles fanatiques ont du flair, c'est connu. Bon, Lexy réfléchira à des insultes plus complexes et élégantes pour les Platines plus tard. Elle n'est pas au comble de la forme, la pauvre. En ce qui concerne la douche, elle fut courte. Au diable le cliché de la fille qui pompe un temps monstre à faire sa toilette. En ce qui concerne les vêtements, Winchester en renifle quelques-uns. Sélection naturelle faite, elle s'habille. Rien d'épatant. Pas grave, se dit-elle. De toute façon, c'est une retenue qui l'attendait et non sa propre famille à un diner.

Eh oui, la petite révoltée se trouve en vulgaire retenue la fin de semaine. Les retards se paient, dira-t-on. Pas ma faute, rétorquait la Plomb, on a volé mes devoirs et je cherchais le coupable. En fait, elle proférait ses excuses plus pour la forme que pour réellement convaincre puisque de toute manière les professeurs ne la croyaient jamais. Même quand elle était honnête. L’idée de ne pas venir lui frôlait l’esprit jusqu’à en devenir une vraie tentation. À mort le système, non ? Pourtant, elle se ravisa et accepta son sort, à copier phrases après phrases. L’énergie lui manque. Pas de batailles aujourd’hui, juste du plomb contre du papier vierge. Qu’est-ce que c’est long, les retenues…

Heureusement, elle ne mourut pas d’ennui. Lexy sait qu’on est toujours le matin, néanmoins, l’impression de terminer sa journée vient inexorablement la chatouiller. Elle dormirait bien toute la journée, cachée sous ses couvertures, se faufilant de droite à gauche. Dommage que cet après-midi, un gros entraînement-ayant-pour-but-de-construire-l’esprit-d’équipe de volley-ball soit prévu. La bonne blague : c’est encore une fantaisie de Pearl. Elle n’aime pas cette fille. Toujours contente, jamais énervée. En plus, elle veut constamment qu’elle participe. Enfer et damnations ! Si elle ne se doutait pas qu’on vienne discrètement fouiller ses affaires en quête d'un truc compromettant, elle ne se présenterait même pas. Tous ces tracas, ça lui donne soif, d’ailleurs…

Une boisson quelconque translucide baigne dans cette bouteille… d’eau ? Hélas, ça ne la sauvera pas d’un interrogatoire. Toutefois, on ne remarquera pas sa possession au premier coup d’œil. Un peu éméchée, la brune parade de droite à gauche en broyant du noir sur sa journée, le lendemain, le surlendemain, et compagnie. Grognonne malgré l’agréable chaleur qui la pique, elle ne va nulle part : c’est nulle part qui vient à elle. Entre les étudiants, à ses yeux, insignifiants et tout ce qui semble la dégoûter, s’éloigner un peu de l’académie s’avère la meilleure idée qui lui vient à l’esprit. Elle aura le temps de se dégriser avant le volley-ball. C’est sûr. Et perdues entre ses pensées comme un insecte emporté par une tornade, un phare rouge clignote, soudain et aveuglant. Spencer ? Hein ? Mais que fait-elle au Parc des Verres déjà ? Le brouillard et sa condition en général ne l’aident pas à discerner correctement sa camarade Plomb. Lexy a du mal, une fois de plus, à identifier cette fille. La connaîtrait-elle seulement ? Plus qu’elle avance, plus ses soupçons se confirment.

« Manifestement, j’arrive toujours lorsque tu, me semble-t-il, réfléchis en solitaire. Mais… cette fois, aurais-tu un peu de place pour moi ? »

Rien à foutre : Winchester s’étale par terre comme une poupée désarticulée en tendant sa gourde vers Spencer. Étrangement, Lexy ne partage qu’avec elle. Une étrange bienveillance anime l’alcoolique.

« As-tu soif ? Ce n’est pas le meilleur et franchement, poser ses lèvres sur une autre surface que la vitre froide d’une bouteille est médiocre mais les temps sont durs… En tout cas, je suis heureuse que le hasard m’ait… mené jusqu’à toi. »

Si l’amertume ne pousse pas Spencer à être désagréable, pense Lexy, ce sera probablement la meilleure partie de ma sale journée.

Volley
avatar
Spencer J. Fitzpatrick
Informations
AVATAR : Kathryn Prescott

ANNÉE D'ÉTUDE : "En échec scolaire", échappée des griffes du système

DC : Allegra, Tess, Zélis

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : © blimey! (avatar) | © endless love & imagine dragons (signature)

MESSAGES : 157

Date d'inscription : 26/06/2012

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: dix-neuf ans
CAMP: Contre le Gouvernement
JE SUIS: un cas désespéré, le lavage de cerveau ne m'a pas encore eu


MessageSujet: Re: Le monde entier est un cactus | Lexy Mer 16 Sep - 15:03


Ce fut une voix qui perça son brouillard. Une voix qu'elle connaissait bien désormais, une voix un peu rauque aux relents d'alcool et de philosophie. Sa petite carabine, petite Winchester, grande philanthrope, gros déchet aussi à ses heures gagnées. Pas bonjour ni de formule de politesse : on n'en n'a pas besoin quand on est assis à même le sol. De toute façon avec ou sans son consentement, Lexy se serait assise. Et joignant la parole au geste, elle lui tend une gourde probablement à moitié vide (Spencer ne voit plus les choses à moitié pleines depuis longtemps et de toute façon quand elle boit ça se vide et ça ne se remplit jamais). C'eut été un affront terrible que de refuser de boire la gourde de la paix à défaut d'en fumer le calumet : un haussement d'épaules suffit à signifier que c'est déjà bien assez pour elle. Les temps durs, elle les les trimballe avec elle dans ses poches.

« Ça fait du bien de te voir. La dernière fois tu m'as empêchée de sauter, là j'pense que tu m'empêches de me liquéfier sur le sol. »

Elle rend la gourde a Lexy et s'allonge. Le brouillard la couvre presque si ce n'est son halo de cheveux rouges presque redevenus bruns. « Je peux toujours pas croire qu'on a perdu Fred tu sais ?, dit-elle d'une voix neutre. Des nuits de larmes ont tout séché. Je pense pas pouvoir me relever cette fois-ci. C'est trop dur. Je pensais que je n'avais rien à perdre, mais en fait... En fait si, et puis tu sais... Je veux pas mourir ici. Si je reste ils auront ma peau, ces enculés. Faut que je parte, Lexy. Que je fuie. Je sais pas comment et je sais pas quand mais je ne le fais pas... Ils afficheront probablement ma tête sur une pique. »

Elle a parlé d'une voix absente et plutôt sereine, comme si étrangement ça ne la concernait pas. Spencer déraille.

Lexy la connaît bien, suffisamment pour savoir que ça fait bien longtemps que quelque chose a arrêté de tourner rond dans la petite tête de la jeune anglaise. Ce n'est pas la première fois non plus qu'elle évoque sa mort ou sa fuite d'un air sérieux : comme les vieux, elle radote. Comme si elle parlait au passé, ou qu'elle s'accrochait à un avenir qui n'existe pas, à un futur qui lui est pour toujours fermé. Comme les personnes qui annoncent "l'année prochaine je fais ça" et qui ne le font jamais, mais qui continuent de le répéter jusqu'à ce qu'ils soient ensevelis. C'est triste, quand on y pense. Est-ce Spencer finira comme ça ? En pétard mouillé ? Elle qui avait juré de finir en bombe nucléaire, finalement sa poudre n'explosera peut être jamais. Il y aurait des cendres et un peu de fumée mais pas de scandale et pas de blessés : ce serait risible et tragique à la fois. C'est bien parti comme ça... Ses ressources s'amenuisent et son esprit divague. La folie la guette et personne n'écoute les fous.

« Et toi ? Ça donne quoi la vie en ce moment ? Les batailles, les bouteilles ? »

---------------------------------------------------------------------------

CHAOS ISN'T A PIT
CHAOS IS A LADDER

Voir le profil de l'utilisateur http://projet-weins.forumgratuit.org/

Invité
Informations


MessageSujet: Re: Le monde entier est un cactus | Lexy Dim 11 Oct - 17:23

Lexy n’est pas la demoiselle la plus sensible du monde mais ça ne l’empêchait de ressentir une onde de choc lorsque Spencer se tenait près du vide. Soit, cet épisode semblait loin de ses émotions. Un sourire avenant se dessine momentanément sur le visage de la philosophe comme pour signifier qu’elle se faisait un plaisir, mais surtout un devoir, de l’attraper lorsqu’elle chute. Si elle ne ressent pas une compassion particulière envers Spencer à l’instant, ça ne l’empêche en rien de la préférer joyeuse et, comme qui dirait, pas trop dépressive plutôt que suicidaire. Elle l’apprécie plus que les trois quart de Weins (et encore, c’est généreux de s’arrêter à cette fraction) donc forcément elle veut le meilleur pour sa personne, en dépit de son impuissance.

« Tu es la bienvenue. » répond-elle, accueillant les mots comme de jolis compliments en son rôle de support moral. Winchester ne rate jamais une occasion d’ajouter un éloge à soi-même à l’intérieur de son immense égocentrisme. Au moins son orgueil ne prend pas de haut son interlocutrice, ce qui est en soi une bonne chose pour la conversation à venir.

La Plomb reprend la gourde et l’agite de gauche à droite pour évaluer les restes. Il n’y en a plus beaucoup. Dommage, pense-t-elle en dépit de sa promesse intérieure de ne plus boire avant le volley. Elle avale un fond d’un trait désespéré avant de ranger l’objet. Capable de gérer la conversation et son inventaire, un rictus se lit sur le visage de la jeune femme. Frederic ? Elle avait fait des efforts pour jeter ce type au fin fond de l’oubli et le voilà qui refait surface, comme une plante vivace au printemps. Non, elle n’apprécie pas ce mec, depuis cette soirée au bar où il a dit les mauvaises choses. Ce qu’elle peut être rancunière, Lexy, parfois ! Bon, elle l’admet, tous les deux avaient un peu bu et la petite moralité (selon l’alcoolique) de son compagnon n’a rien aidé au déroulement mais quand même… Winchester ne trouve aucune sympathie en elle pour lui. Comme si le sujet n’agaçait pas assez, Spencer met sur la table ces idées de fuite, nageant dans une certaine ambiguïté. Suicide ou fugue ? En effet, il n’y a rien de nouveau aux propos de Fitzpatrick. Aucune surprise pour la brune qui semble réfléchir. Elle ne veut pas sortir des répliques vaseuses, pas comme quoi l’autre fois. Comment les choses pourront-elles changer si elle, révolutionnaire désignée par elle-même, ne fait qu’accumuler les répliques connes les unes après les autres ?

« Si tu veux mon avis, Frederic ne mérite pas qu'on s'y attarde plus que ça. Il a déjà eu assez d'attention et le mieux pour tout le monde c'est qu'il se fasse oublier. Malheureusement, je pense que ça te concerne aussi. »

Le sérieux prend place sur les traits de Lexy comme dans sa voix. Aucune animosité, aucune amertume : qu'une froide objectivité auto-proclamée par sa philosophe respective subsiste.

« Tu as des raisons valables de vouloir partir comme tu l'entends et ce n'est pas moi qui te ferai la morale mais… prends le temps de réfléchir avant toute chose, s'il te plaît. Ne te limite pas à deux ou trois choix : sinon je serais forcé de croire qu'on t'a définitivement lavé le cerveau. C'est le comble d'une dictature que de nous faire croire à aussi peu de possibilités. »

La demoiselle n’a pas toujours l’éloquence au bout des lèvres lorsqu’il est question d’aider autrui mais on ne peut pas la reprocher de faire un effort. Surtout quand on sait à quel point elle déteste se forcer pour quoique ce soit, qu’elle cherche à ne pas trop dire de bêtise en étant un peu soûl relève de l’exploit. Malheureusement, la philosophe n’est pas suffisamment lucide pour remarquer à quel point sa copine sombre. Ou est-ce une question de sensibilité ? Quand le temps vient de parler d’elle, Lexy retrouve subitement une meilleure inspiration.

« Je survis. C’est de moins en moins facile de boire mais je m’en sors plutôt bien, pour l’instant. J’ai connu de meilleurs jours. J’observe la dégradation intellectuelle des académiciens : je pensais que j’étais habitué à la bêtise mais forcé de constater qu’on atteint des records, je reste surprise. Les extraterrestres doivent rigoler s’ils nous observent, à supposer qu’ils existent… Ah et sinon je m’ennuie beaucoup. Les journées se ressemblent, aucun avenir intéressant ne semble s’offrir à moi… Dit, est-ce que tu viens au volley aujourd’hui ? Ça pourrait être amusant : énerver quelques gradés du club, imiter les joueurs professionnels jusqu’à l’excès, discuter de tout et de rien sur le banc, faire preuve de mauvaise foi envers notre vice-capitaine blonde platine… Rire un peu. Ce serait agréable pour le temps que ça dure. »


Un vent passager souffle.

Volley
avatar
Spencer J. Fitzpatrick
Informations
AVATAR : Kathryn Prescott

ANNÉE D'ÉTUDE : "En échec scolaire", échappée des griffes du système

DC : Allegra, Tess, Zélis

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : © blimey! (avatar) | © endless love & imagine dragons (signature)

MESSAGES : 157

Date d'inscription : 26/06/2012

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: dix-neuf ans
CAMP: Contre le Gouvernement
JE SUIS: un cas désespéré, le lavage de cerveau ne m'a pas encore eu


MessageSujet: Re: Le monde entier est un cactus | Lexy Ven 18 Déc - 13:22


Elle pourrait ne pas l'écouter. C'est ce qu'elle fait d'habitude, quand une conversation l'agace: elle part. Avant, elle se donnait la peine de prévenir, d'avertir, maintenant, non. Elle tourne juste les talons, laisse son interlocuteur avec ses mots qui ne la touchent pas. Mais Lexy est peut-être sa seule alliée sur cette Terre, alors bien sûr qu’elle ne va pas s’en aller. Bien sûr qu’elle va rester, l’écouter, acquiescer. Même si les mots ne percutent pas vraiment son cerveau, au moins, elle ne s’évaporera pas. Lexy ressemble à ces ancres rouillées, battues par les flots et les fonds marins, mais qui retiennent quand même les épaves coulées de remonter à la surface et de se briser au contact de l’air. Elle représente le peu de sanité qui encadre les pensées de Spencer. C’est dire… Lexy a plein de problèmes aussi. Elle est pleine de contradictions et elle est carrément cinglée, parfois. Mais c’est la petite lueur de la jeune fille, l’épaule solide sur laquelle elle se repose depuis que Frederic s’est dissout.

Ainsi, Spencer écoute Lexy, en fermant les yeux. Non, Fred n’en vaut pas la peine, non. Oui, fais-toi oublier, deviens transparente, fonds-toi dans le mur, peut-être que tu finiras par ne faire qu’un avec le vent. Ne pas se limiter à deux ou trois choix ? Elle est marrante. Marche ou crève c’est le seul choix de l’humanité, ça l’a toujours été. La vérité est encore plus criante ici. Ne me dis pas qu’on possède plusieurs choix… Moi, en tous cas, je n’en ai pas.

« Hm hm. » Plus inexpressif, tu meurs. Elle sent le mal de tête s’approcher. Lexy enchaîna sur une autre proposition que Spencer repoussa avant même qu’elle ait fini.

« Merci pour la proposition. C’est gentil. Mais non. Ça fait trop longtemps que je fais ça, c’est plus drôle. Si je refous les pieds dans ce club c’est pour y foutre le feu. » Oui, là aussi sa voix sonne grave. Sérieuse. Comme une promesse. « Mais j’ai une question. C’est une vraie question cette fois parce-que ce que tu me dis… bah, j’sais bien qu’c’est vrai mais… mais c’est trop tard maintenant. Je veux dire c’est trop tard pour de vrai. » Bla bla bla. Est-ce que Lexy l’écoute ? Ça ne serait que justice si elle ne lui rendait pas son attention.

Spencer se redresse. Sa voix soudain se grippe. « Lexy… est-ce que… » Non, ça ne va pas. Elle prend une inspiration, tente de regarder son amie dans les yeux. « Si je pars, est-ce que tu veux partir avec moi ? » On dirait une enfant en plein délire, une enfant perdue qui demande si on veut jouer avec elle. Ça fait bien longtemps que la vie n’a plus rien d’un jeu.

Son projet d'évasion est bien réel. Depuis le temps qu'elle en parle, ça a fini par faire "clic". Maintenant, elle va le mettre à exécution. Elle ignore encore quand, comment, mais c'est en marche. N'importe quelle occasion sera la bonne, elle saisira toutes ses chances, elle se brisera les bras à taper contre les murs, elle s'écorchera les pieds à marcher sur des ronces, mais elle ne renoncera pas. Spencer va partir.

Sexy devrait le sentir, ce n'est plus une blague, ce n'est plus un délire de junkie. C'est une résolution solide, une promesse d'adulte, la seule peut-être qu'elle ait jamais formulée.


---------------------------------------------------------------------------

CHAOS ISN'T A PIT
CHAOS IS A LADDER

Voir le profil de l'utilisateur http://projet-weins.forumgratuit.org/

Contenu sponsorisé
Informations


MessageSujet: Re: Le monde entier est un cactus | Lexy



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1