Dans le fanatisme, il n'y a pas de demi-mesure. [PV-Ezéchiel]
James
avatar
James J. Miller
Informations
AVATAR : Seth Kuhlmann

ANNÉE D'ÉTUDE : 6ème

DC : Calypso R. Storm (à privilégier pour les MPs !), Nine Werthem, Samson H. Hugher et Harmony Chanteloup

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : J'ai tué, j'ai été arrêté, j'ai été placé dans un hôpital psychiatrique mais j'en suis sorti. Je suis retourné dans cette académie juste pour La revoir encore et encore. Mais désormais je ne suis plus le même. Mon objectif ? Vous prouver que le gouvernement est la meilleure chose qu'il soit et si vous venez me dire l'inverse, je vous tuerai. Je suis Platine et celui qui se dressera devant moi connaîtra le même sort que Jonathan Winson.
CRÉDITS : m.bjs

MESSAGES : 81

Date d'inscription : 20/07/2011


MessageSujet: Dans le fanatisme, il n'y a pas de demi-mesure. [PV-Ezéchiel] Mar 16 Fév - 22:17

Théo Durand, diplômé à l'âge de 23 ans. Actuellement photographe en France, il finance de nombreuses organisations caritatives et revient régulièrement à New-York pour exposer certaines de ses œuvres. Alicia Black, diplômée à l'âge de 20 ans. Génie de l'informatique, elle travaille actuellement pour le gouvernement et a, dans le même temps, monté sa propre entreprise d'enseignement informatique pour que tout le monde puisse comprendre les nouvelles technologies. Sasha O'Brian, diplômée à l'âge de 25 ans. Anciennement médecin à l'hôpital de San Francisco, elle parcourt actuellement le monde avec son association pour venir en aide aux plus démunis. Sean Smith, diplômé à l'âge de 24 ans. Amoureux de la musique, il enchaîne les concerts à succès à travers le monde. Génie des instruments, il joue autant dans des grands concerts classiques que dans les concerts de rock. Depuis peu, il a rejoint Harmony V. Chanteloup pour l'accompagner sur une série de concerts.

Que de personnalités importantes et intéressantes. Que de potentiels dans tout ces jeunes gens. Que de joie et de fierté en voyant où ils avaient atterrit. James aimait se promener dans le Weins Museum parce que cela lui permettait d'en apprendre plus sur ce grand pays qu'il aimait tant mais également parce que cela lui permettait de s'assurer de la justesse de sa cause. Pas qu'il ait un jour douté du bienfondé du gouvernement de Gordon mais à force de se promener dans la partie spéciale Académie Weins, James enrichissait son assurance d'avoir un avenir. Il pouvait devenir Théo, Sasha, Alicia ou Sean : grâce à l'Académie, James pouvait devenir n'importe qui. L'Académie ouvrait des portes dans tous les domaines et à travers le monde entier. Grâce à cette école, on pouvait devenir ce dont on rêvait et ça, c'était un véritable chemin tout tracé pour atteindre le bonheur. Les êtres humains courraient sans cesse à la recherche du bonheur et l'Académie le rendait accessible facilement. Comment remercier une entité aussi généreuse ? En faisant de son futur quelque chose au moins aussi génial que ce que Weins avait préparé pour lui ! James voulait devenir professeur et ainsi transmettre son amour pour le pays et pour le gouvernement. Il voulait permettre aux plus démunis de pouvoir voler de leurs propres ailes. Il voulait ouvrir les portes pour tout ceux qui ne s'en pensaient pas capables. Son séjour en tant qu'ambassadeur lui avait beaucoup appris et désormais, il savait sa voie toute tracée. Il deviendrait professeur et il rendrait ses professeurs et Gordon fiers de lui.

L'arbre de la Vie s'étalait sur le mur devant lui et James sourit en voyant tout ces visages souriants qu'il connaissait ou non. Bientôt ce serait son tour. Bientôt James serait diplômé et son visage apparaîtrait donc sur l'arbre de la Vie. Il avait hâte de pouvoir voler de ses propres ailes mais il avait également peur de quitter l'Académie. Peur parce qu'il y avait apprit sa véritable identité et parce qu'il s'y était fait des amis. Comme n'importe quel oiseau, James rechignait quitter le cocon familial mais il se savait fort : il le ferait le moment venu et en attendant, il n'avait qu'à profiter de tout ces moments fantastiques que l'Académie et le gouvernement lui offrait. Gloire à Gordon et vive l'Académie Weins. James était tellement platinisé qu'il ne concevait même pas qu'il puisse y avoir des citoyens opposés à Gordon. Ou plutôt il ne les comprenait pas. C'est donc pour cette raison que le prêtre entrant dans la pièce ne lui mit pas la puce à l'oreille. James était naïf, Justin moins. Alors que l'un continuait d'admirer l'arbre de la Vie, l'autre restait attentif.

---------------------------------------------------------------------------

Texte : #A87940

« Le gouvernement a pour mission de faire que les bons citoyens soient tranquilles, que les mauvais ne le soient pas. J'aime le gouvernement et je remplis donc cette mission pour lui. Prends garde à toi car je ne reculerais jamais. »
©️ chaussette


Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
Clandestins
avatar
Ezéchiel Stone
Informations
AVATAR : Paul Bettany

DC : Caleb Reed

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : La marche des vertueux est semée d’obstacles qui sont les entreprises égoïstes que fait sans fin, surgir l’œuvre du malin. Béni soit-il l’homme de bonne volonté qui, au nom de la charité se fait le berger des faibles qu’il guide dans la vallée d’ombre de la mort et des larmes, car il est le gardien de son frère et la providence des enfants égarés. J’abattrai alors le bras d’une terrible colère, d’une vengeance furieuse et effrayante sur les hordes impies qui pourchassent et réduisent à néant les brebis de Dieu. Et tu connaîtras pourquoi mon nom est l’éternel quand sur toi, s’abattra la vengeance du Tout-Puissant !

Ézéchiel 25, verset 10.
MESSAGES : 45

Date d'inscription : 03/09/2013


MessageSujet: Re: Dans le fanatisme, il n'y a pas de demi-mesure. [PV-Ezéchiel] Ven 26 Fév - 0:30

Ézéchiel déambulait à travers les couloirs quasi déserts du musée, sans trop savoir pourquoi ses pas l'avaient amené jusque là. Il avait toujours souhaité visiter cet endroit, depuis les terribles événements et la fusillade qui avait durablement marqué les esprits et les chairs, mais il se méfiait de ces lieux gouvernementaux, on ne savait jamais sur qui l'on allait tomber, et une parole déplacée pouvait atterrir dans de mauvaises oreilles. Personne ne l'avait jusqu'alors interpellé, ni même contrôlé, il ne représentait pas une menace à proprement parler, mais il lui semblait que les mesures de sécurité auraient du être plus drastiques. Il n'en était pourtant rien, et il vagabondait à loisir de bâtiments en bâtiments, témoin de l'une des plus grandes œuvres de mémorial de ce vieux salopard de Gordon. Il cherchait la faille, le défaut caché, la preuve que la corruption du leader s'évertuait même en ces murs pour avilir les esprits naïfs de la population New Yorkaise, en cherchant à ancrer dans l'histoire présente et passée des morceaux choisis de la politique gouvernementale, afin de préparer un futur bien particulier. Pour le moment, il ne trouvait rien, et déambulait paisiblement, anonyme et tranquille.

Il finit par arriver dans une section à l'écart des salles classiques, empreintes de patriotisme bon ton, célébrant les vertus du père l'Amérique, qui abritait une sorte de petit muséeum dédié à la jeunesse. Piqué par la curiosité, il décida de prolonger son excursion afin de découvrir ce que pouvait revêtir ici le symbole de la dictature, et sa conception de l'éducation. Apparemment, il s'agissait plus d'une pièce typique aux lycées américains d'antan, une sorte de "hall of fame" des étudiants passés sur les bancs de la très secrète académie Weins, qui ils étaient, ce qu'ils avaient accomplis, ce qu'ils devinrent par la suite. Un mémorial mais dédié aux vivants, à ceux qui étaient maintenant les fers de lances de la dictature gordonienne, de zélés serviteurs de l'état, preuves éclatantes de la réussite de l'ordre nouveau. Voilà qui tranchait singulièrement avec les plaques commémoratives austères qu'il avait l'habitude de venir fleurir et entretenir, mornes monuments de granit enchâssés dans le béton, alignements sépulcraux s'étendant à perte de vue. Il y en avait tellement, tellement, parfois même on réunissait les familles, et Arlington avait triplé sa superficie pour accueillir les millions de morts de ce siècle pourri.

Étrange atmosphère que celle dégagée par les lieux, où l'on célébrait la vie et la réussite de quelques jeunes gens bénis par la fortune, ici point de martyrs mais des idoles jeunes, fringantes, apôtres vivants de cette académie et ambassadeurs de la réussite. Sur quels sacrifices, souriraient ils autant s'ils savaient sur quelles cendres s'étaient construits leurs rêves ?. Sans doute que non, et la quiétude des lieux avaient un parfum trompeur.

Perdu dans ses pensées, un jeune homme contemplait les modèles à suivre, rêvant peut être à son propre avenir. Un instant, le prêtre envisagea de s'éclipser furtivement afin de le laisser à son admiration, mais il se ravisa et se dit qu'il pourrait sans doute obtenir des informations en amorçant le dialogue. Il s’avança d'un pas tranquille, laissant à l'autre le temps d'assimiler sa présence, et se fendit d'un simple mais poli "bonjour mon fils.

Voir le profil de l'utilisateur
James
avatar
James J. Miller
Informations
AVATAR : Seth Kuhlmann

ANNÉE D'ÉTUDE : 6ème

DC : Calypso R. Storm (à privilégier pour les MPs !), Nine Werthem, Samson H. Hugher et Harmony Chanteloup

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : J'ai tué, j'ai été arrêté, j'ai été placé dans un hôpital psychiatrique mais j'en suis sorti. Je suis retourné dans cette académie juste pour La revoir encore et encore. Mais désormais je ne suis plus le même. Mon objectif ? Vous prouver que le gouvernement est la meilleure chose qu'il soit et si vous venez me dire l'inverse, je vous tuerai. Je suis Platine et celui qui se dressera devant moi connaîtra le même sort que Jonathan Winson.
CRÉDITS : m.bjs

MESSAGES : 81

Date d'inscription : 20/07/2011


MessageSujet: Re: Dans le fanatisme, il n'y a pas de demi-mesure. [PV-Ezéchiel] Dim 13 Mar - 20:13

« Bonjour mon fils. »

James tourna la tête vers le prêtre qui venait de l'aborder et lui sourit avant de lui répondre :

« Bonjour. Belle journée, n'est-ce pas ? »

James n'était pas opposé à la religion mais il avait une vision de la chose très... personnelle. Pour lui Dieu correspondait à Gordon et il ne pouvait pas y avoir une entité supérieure à ce cher président. Il comprenait que les gens aient besoin de se rassurer et cherche cela dans la religion mais il était de ceux qui préféraient se rassurer par eux-mêmes. Au lieu de rester prostré dans un coin en attendant la parole divine, James préférait prendre les devants et agir tout en réfléchissant à la meilleure façon de faire le bien. Justin, lui, détestait les prêtres. Sans doute parce qu'il avait des souvenirs d'enfance auxquels James ne pouvait pas avoir accès. Lorsque le prêtre prit place à côté de James, Justin redoubla de méfiance : cet individu ne lui inspirait pas confiance. Mais qui pouvait bien, de toute façon, inspirer confiance à un dédoublement de personnalité barge ?

« Vous cherchez des anciens fidèles parmi les anciens étudiants ? Ou alors vous vous promenez juste pour apprécier les merveilleux destins de ces gens ? »

James et sa foi en l'humanité... Haa...

« Je trouve cela important de venir me ressourcer ici lorsque j'ai des baisses de moral. Voir ces gens me permet de me dire que moi aussi, je peux devenir quelqu'un de bien. »

James avait toujours eu la discussion facile, contrairement à Justin qui préférait répondre de manière si laconique qu'on avait tendance à le penser muet. James estimait que si le prêtre l'avait rejoint, ce n'était pas seulement pour profiter de sa présence mais également pour discuter alors le Platine se prêtait au jeu volontiers. Le prêtre avait un petit côté mystérieux mais c'était sûrement la même chose pour les autres prêtres. James ne s'y connaissait pas vraiment et depuis que toutes les religions étaient autorisées tant que ça restait dans la sphère privée, il y avait peu de prêtres qui prenaient le risque d'interpeler des gens dans la rue pour leur parler de Dieu : on pouvait rapidement se retrouver avec un procès aux fesses. S'il y avait une chose à laquelle Gordon tenait, c'était à la laïcité et à la liberté de chacun de croire en ce qu'il voulait sans qu'on ne vienne l'embêter par rapport à ça. Musulman, chrétien ou autre pouvaient pratiquer leur religion mais ils n'avaient pas le droit d'obliger les autres à partager leurs points de vue. Comme d'habitude il y avait toujours des extrémistes mais la police faisait bien son travail et ils ne sévissaient jamais très longtemps.

« Alicia Mens. Elle a quitté l'Académie l'année dernière et aujourd'hui elle est vétérinaire au Texas. Je la connaissais, elle était vraiment très gentille. Elle avait du mal à s'intégrer au début mais elle a fini par prendre confiance en elle et aujourd'hui elle vole de ses propres ailes. »

James aimait profondément l'Académie et il ne cessait jamais de le signifier aux autres. Il estimait avoir eu une deuxième chance de taille lorsqu'on l'avait autorisé à retourner dans l'Académie malgré ses actes passés. Il avait tué des gens et pourtant, Monsieur Weins et Monsieur Gordon avaient eu suffisamment confiance en lui pour lui ouvrir de nouveau la porte de la bergerie. Et ils avaient bien fait car désormais James était non plus un loup mais bien un chien de berger. Il tenait à ce que les étudiants de Weins soient protégés et puissent s'épanouir librement. Il avait eu la chance de pouvoir le faire, à lui de donner cette possibilité aux autres. Malgré tout ce qui s'était passé à l'Académie et à New-York cette année, James avait foi en la suite. Certes il y avait eu de terribles attentats et des actes barbares mais ce n'étaient que des minorités. Sur quelques jours de violence et de terreur il y avait eu tellement plus de jours de bonheur qu'il fallait relativiser. L'Académie permettait aux jeunes de faire de leurs rêves une réalité et Gordon faisait de même pour les adultes. Le monde était décidément bien fait.

« Dites-moi, mon père, comment en êtes-vous venu à devenir prêtre ? »

James utilisait l'expression religieuse par respect pour son interlocuteur mais il était loin de partager sa passion divine. Sauf s'il parlait de Gordon.

---------------------------------------------------------------------------

Texte : #A87940

« Le gouvernement a pour mission de faire que les bons citoyens soient tranquilles, que les mauvais ne le soient pas. J'aime le gouvernement et je remplis donc cette mission pour lui. Prends garde à toi car je ne reculerais jamais. »
©️ chaussette


Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
Informations


MessageSujet: Re: Dans le fanatisme, il n'y a pas de demi-mesure. [PV-Ezéchiel]



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1