AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ


Hope Wellington - Free violence for all
Athlétisme
avatar
Hope Wellington
Informations
AVATAR : Lana Del Rey

DC : Rebecca Dawson

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : Swan

MESSAGES : 2

Date d'inscription : 24/09/2017


MessageSujet: Hope Wellington - Free violence for all Dim 19 Nov - 21:45


Hope Wellington

« J'étais donc parti pour une autre soirée d'ultraviolence... »
▬ Orange Mécanique



identité

NOM : Wellington
PRÉNOM(S) : Hope
DATE DE NAISSANCE : 14 février 2080
À : New-York mais n'y a pas vécue jusqu'à son retour à cause de son arrestation.
ÂGE : 19 ans
NATIONALITÉ : Américaine
ANNÉE D’ÉTUDE : 3ème
SIGNE PARTICULIER : Jumelle cachée de Dahlia Rops.

► Poste vacant ; inventé
► Célébrité choisie : Lana Del Rey
► Groupe et Club : Zinc et Athlétisme

Crédits : ©️️ White Rabbit (icons) || ©️️ Calypso (avatar)



HISTOIRE

« ll y a deux histoires : l'histoire officielle, menteuse, puis l'histoire secrète,
où sont les véritables causes des événements. »

— Balzac.





« Tu sais ce que tu es au fond ? Rien qu’une sale petite peste, une idiote d’adolescente qui pense tout savoir de la vie, que tout lui ai dû. Eh bien tu te mets les doigts dans le nez pétasse, maintenant, tu vas tout de suite me dire où tu as mis le cadavre du clébard de mademoiselle Silver ou sinon ton cas va empirer ma grande ! On est sévère avec toi parce que c’pas la première fois que tu te ramènes au commissariat. Hey, regarde-moi dans les yeux quand je te parle ! Espèce d’impertinente, tu vas voir, on va t’emmener à un endroit où ils savent éduquer les petites connes comme toi ! Tu en redeviendras tellement changé qu’une fois de retour, tu m’appelleras madame la policière. Comment ça espèce de grosse vache ? Tu sais à quoi ressemble ton casier judiciaire ? Il est gros comme ça ! Bordel, t’es rien qu’une mineure encore et t’es déjà bonne pour pourrir dans un trou à manger la merde dégueulasse des cafétérias de prison et devenir lesbienne par-dessus le marché ! Ah mais non, je ne te ferais pas cette fleur ! Tu verras, un jour, tu me traiteras avec le respect que je mérite ! J’ai été gentille avec toi ! Patiente même ! J’ai insisté pour qu’on ne soit pas trop dur sur ton cas mais tu ne me laisses pas le choix ! Oui, un jour, tu reviendras morveuse mais pas avant que tu te décides à te comporter en être humain ! »

Chaque histoire à son début, son milieu et sa fin. Allons directement vers la fin voulez-vous et finissons par le commencement...

Il y a d'abord cette académicienne, Hope Wellington. Depuis combien de temps est-elle à Weins ? Trois ans ? Oui, c'est bien ça, trois ans. Cela fait trois années jour pour jour qu'elle a été arrêtée pour avoir été aperçue en train de tuer sauvagement un chien de pure race la nuit sous les yeux traumatisés de sa propriétaire, une petite bourgeoise de sept ans. Évidemment, en entendant les pleurs de leur petite fille, les parents ont porté plainte en ajoutant que l'auteur de ce crime était une chose bestiale. Ce n'était pas la première fois qu'elle s'adonnait à des séances de chasse des animaux de compagnie de la ville mais c'était de loin la victime la plus prestigieuse, en un sens, et la plus loin de son domicile (car elle avait dû se rendre jusqu'au quartier plus riche, loin de sa bicoque). Conséquemment à ça, on l'a tout de suite suspectée et attrapée. Au commissariat, on ne l'a pas traité avec clémence étant donné qu'elle était déjà une jeune criminelle notoire. Suite à deux nuits en garde-à-vous ponctués d'engueulades et d'interrogatoires moroses sur d'autres crimes qu'elle aurait pu commettre, elle a appris qu'on lui offrait tout de même ce que certains nomment la seconde chance. Ainsi l'académie Weins entra dans sa vie.

De ses trois ans à la crème de la création de la nouvelle élite américaine, elle n'a pas beaucoup changé à dire vrai. Toujours la même garce qui s'en prend aux plus faibles, seuls et démunis, qu'ils soient humains ou non, que sa violence soit physique ou pas. À l'académie, c'est bien plus une sélection qu'une forme de prédation très évidente. Par exemple, elle ne s'en prendra pas à plus haut qu'elle dans la hiérarchie non-écrite mais si conflit il y a, elle n'hésitera pas à s'en prendre à celui ou celle qu'elle estimera sous elle. Comme quoi ce genre de comportement ne la rend pas trop voyante auprès de l'autorité, généralement. Aussi, elle dénigre les Plombs avec la masse et Dieu sait que les jeunes gens sont doués pour ça. Sa scolarité a été complexe et bien qu'aujourd'hui celle-ci se soit stabilisée, il n'en reste pas moins qu'à son entrée, c'était un bordel complet. Pourquoi ? Eh bien, Hope Wellington était passé maître à l'art de l'école buissonnière alors qu'elle était encore libre et ses parents n'en faisaient pas un cas. Ils disaient que leur petite était difficile, qu'elle préférait apprendre dehors plutôt que rester cloîtré entre quatre murs durant des heures. Ils avaient raison. Est-ce que cela excuse leur laxisme en ce qui concerne leur enfant ? Non, ils étaient seulement irresponsables et très cons. La jeune fille a été imprégnée de ce trait par ses tuteurs. Qu'en était-il de l'institution scolaire elle-même ? Elle faisait de son mieux pour encadrer la petite. Problème : quand bien même tu la convins de rester calme en cours, l'information passait d'une oreille pour fuir de l'autre et pour ça, on ne peut rien y faire, sauf si on l'intoxique à coups de médicaments. Cependant, qui voudrait bien prendre l'initiative de faire avaler des comprimés à une gamine ? Certainement pas ses tuteurs. Si à l'académie Weins, Hope prend un peu plus au sérieux ce que disent les professeurs parce que l'établissement est plus strict que celles dont elle avait l'habitude, il n'en reste pas moins qu'elle ne décroche jamais les meilleures notes et qu'elle jouit d'une réputation de cancre lent. Par ailleurs, l'idée que les camarades de classe ont de son intelligence, que ça soit à l'académie ou à une institution inférieure, lui a toujours donné une allergie de salles de classe. Raison de plus de ne rien foutre, en somme.

En quoi est-elle une Zinc, alors ? Antisociale et troublée, on la verrait très bien rejoindre le groupe des mal-aimés et d'être la mascotte du bouc-émissaire Plomb par excellence. Cependant, les choses ne se sont pas déroulées ainsi. Comme il a été dit précédemment, à son entrée à l'académie, c'était tout un bordel puisqu'elle se retrouvait dans des cours à un niveau hautement supérieur au siens. Par conséquent, la direction s'est montrée plus conciliante et des cours de rattrapage lui ont été imposés. Alors, on ne voyait pas son mal d'adaptation telle une réticence au traitement, au lavage de cerveau, mais plutôt par le fait qu'on ne puisse pas savoir à quel point la délinquante était en marge du système scolaire. La direction n'avait pas tort car, voyez-vous mes chers, Hope répond relativement bien au traitement, un vrai coup de théâtre ! Il faut dire que c'est une jeune fille aux opinions arrêtées sur la politique, à une éducation des valeurs quasi-inexistante et des connaissances moindres qui s'est présenté à la rentrée d'été. Donc, un esprit facilement influençable. Hope peut vous répéter, dans ses mots, à peu près ce que n'importe quel Platine pourra dire. Bien sûr, elle n'aura pas cette conviction ardente qui anime chaque fanatique de l'académie mais le message sera le même : Gordon est le meilleur. Pourtant, elle n'est pas une Platine. À ça, il y a une explication très simple : Hope est antipathique, assez détestable et on ne sait guère ce qu'elle mijote derrière la tête. Comme quoi le fait qu'elle soit manipulable par les Platines et son côté marginal viennent se compenser l'un l'autre pour en arriver à une espèce de neutralité mouvementée. Si un élève de niveau trois la sermonne, Wellington baissera la tête et approuvera d'un geste de la tête qui ne sonne pas faux puisque la jeune fille est effectivement confuse. Est-ce qu'elle est désolée pour autant, sans mentir ? Bien sûr que non voyons. Depuis le temps, elle sait comment fonctionne l'académie en plus d'y connaître ses règles. La première étant : on ne contredit jamais un Platine. Mine de rien, le respect de cette première règle peut tout changer. Et si du jour ou lendemain elle se retrouverait au sein d'un système opposé à celui de Michael Gordon, elle changera d'avis comme le caméléon change de couleur. Voilà pourquoi elle n'est pas une Platine. Ni une Plomb, parce qu'elle ne s'oppose pas au traitement pour ainsi dire, elle est uniquement victime de son mauvais caractère, qui s'avéra plus persistant que la propagande de masse. De justesse, elle est arrivée en troisième année. Pour combien de temps encore cette balance instable pourra-t-elle tenir ? Il n'y a aucun moyen de le savoir.

« Qu'est-ce qu'on doit faire, mademoiselle Wellington ? On ne pourra pas vous menacer avec un fusil pour que vous puissiez avoir votre diplôme. Et l'obtenir à trente ans, j'espère que ce n'est pas ce que vous voulez... Écoutez, mademoiselle, je conçois que vous ayez quelques difficultés et votre frère m'a dit que vous aviez quelques problèmes à la maison. Vous savez, vous pouvez m'en parler... Vous ne voulez pas ? D'accord, à quatorze ans, notre établissement estime que vous n'êtes plus des enfants mais sachez une chose : le silence n'a jamais réglé quoique ce soit. Non ! Je n'accuse pas votre père d'être un batteur d'enfants mais vous devez comprendre que le corps enseignant et moi-même se faisons du souci pour vous. Peut-être croyez-vous que tout le monde vous déteste et qu'on vous a délaissé mais ce n'est pas le cas... Aide-nous à t'aider, Hope. »

Et cette personnalité ? D'où vient-elle ? D'un quartier pauvre, au sein d'un foyer qui n'en était pas vraiment un. Entre le mythomane absent une fois sur deux et la mère tellement superstitieuse qu'elle pourrait croire qu'un os de poulet lui permettrait de voler avec des lutins si une pseudo-figure charismatique lui disait que c'était le cas. Par ailleurs, c'est à cause de cela qu'on lui a donné le nom de Hope : sa mère adoptive pensait qu'elle porterait chance puisqu'elle est descendante d'une famille qu'elle croyait fortunée. Et comment le nourrisson, enfant de la lignée des Rops, a pu se retrouver dans le trou à rat des Wellington ? Eh bien, mes chers, par le kidnapping ! Les deux boulets, madame et monsieur Wellington, pensaient pouvoir obtenir d'épaisses liasses de billets grâce à une rançon pour l'une des jumelles. Grave erreur. La famille Rops, étant ce qu'elle est, n'a pas payée la rançon et a préférée se contenter d'une petite fille. De toute façon, à la base, les parents biologiques ne voulaient pas de deux enfants donc l'une des deux était indésirable. Triste histoire. Hope a été adoptée par défaut et a servi durant de nombreux rituels douteux par sa mère sous l'influence de produits illicites. Par exemple, elle la séquestrait dans le placard sous prétexte qu'elle devait rester à la maison à tout prix pour que les astres lui soient favorables. Le reste ne fut le résultat que d'un énorme laisser-aller de ses tuteurs. Elle a frappé un camarade de classe, que faire ? Rien, le gros con l'avait bien cherché. Elle a tué le chien du voisin ? Son père disait et je cite : « Je l'amènerais un jour à la chasse et elle deviendra aussi bonne à la gâchette que moi ! Et elle le sait ! Allons, on ne peut pas lui en vouloir d'exprimer son enthousiasme pour les activités avec son bon vieux père... ». Vous remarquerez que monsieur Wellington est non seulement un connard fini mais en plus parle de Hope comme si c'était sa véritable fille. En fait, jamais la vérité n'a été mise en lumière par les irresponsables parents de la petite. Elle a donc vécu toutes ces années sans se rendre compte de l'immensité du mensonge qu'on lui faisait avaler. Lors des interminables nuits, où le son des moqueries des gamins polluait ses oreilles à la façon des paroles imaginaires d'un fou, Hope s'ennuyait et vivait des frustrations déchirantes. Alors lui est venu l'idée glauque, tirée tout droit des tréfonds dégoûtants de son âme, de s'amuser en faisant des nuits ensanglantées, comme elle les appelle. Un personnage fictif d'un vieux film avait un concept semblable et surnommait cela une soirée d'ultraviolence. Quelques fois accompagnée, elle arpentait la pénombre de sa noirceur, tuait ceux qui ne pouvaient pas se défendre (les animaux) et attaquant les démunis en riant d'une voix cristalline. Tout ce qui errait et était faible sous les rayons lunaires était bon à être victime de ses coups. Anecdote intéressante : elle a choisie une mauvaise cible une fois et elle a eu le droit à une correction qui lui a value une hospitalisation. La légende raconte que c'est à cause de ça qu'elle a perdue son coeur. Bien sûr, c'est du ressort du mythe. Ce qui est vrai, par contre, c'est que des baffes, elle en a reçu et pas qu'une !

« Au final, qu'es-tu devenue, petite ? Tu n'as pas eu la vie facile, certes, mais je vois encore en toi la petite gamine innocente d'avant... Tu... Tu t'es complètement laissé aller par la voie la plus simple. Tu étais seule alors tu as donné des raisons pour qu'on t'y laisse. Tu étais pauvre donc tu as volé pour mieux t'enfoncer. Tu étais en colère donc tu t'en es prise à ceux que tu détestes mais aussi aux tiens, à ceux qui pouvaient t'aimer. Je suis triste de voir que tu es devenue une lâche, une brute sans foi ni loi qui ne vit que de la peur des autres. Tu te bats sans te rendre compte que tu rends les armes devant les diables qui t'habitent. À cause du meurtre d'un chien, te voilà forcé de partir loin de ton chez-toi, loin de tout ce que tu connaissais... Est-ce que ça en valait vraiment la peine ? »






CARACTÈRE

« Un homme de caractère n'a pas bon caractère. »
— Jules Renard.


Hope a ce qu'on pourrait appeler un tempérament de feu. Après tout, sa rage est bouillante et sa violence atteindrait la force volcanique si elle était une entité divine et non une simple petite étudiante. Ironiquement, Hope n'inspire guère l'espoir, si oui c'est que vous voyez vraiment le bien partout, car en plus d'être dominé par la sottise et la haine, c'est une boule d'énergie négative qui va et vient un peu partout et cherche à mettre des pierres coupantes ou des animaux craintifs sur la route d'autrui simplement parce que ça l'amuse. Inconsciente ? Sans aucun doute, en plus d'être irresponsable et immature, une vraie gamine je vous dis !

On pourrait parfaitement « excuser » son caractère de cochon par son passé relativement difficile, son manque cruel d'éducation, ses faux parents égoïstes qui l'ont à peine élevé et le trop-plein de liberté dont elle a bénéficié durant toute sa jeunesse. Certes, ça ne l'a pas aidé lors de son tortueux parcours vers ce que certaines personnes nommeraient vulgairement la psychopathie. Qu'en est-il, dans la réalité ? Nul ne peut réellement savoir si le comportement déviant de Hope est dû à une névrose ou une maladie quelconque puisqu'aucun psychiatre jusqu'à maintenant lui a posé un tel diagnostique. Et surtout, ça dépend de l'interprétation qu'on donne à la pathologie et de comment on connaît la jeune femme. Par exemple, si vous êtes un sans-abri solitaire victime de ses soirées de brutalité nocturne, il est fort probable qu'elle soit pour vous une sadique sans coeur. Néanmoins, si vous êtes un professeur à l'académie Weins, vous verrez surement une étudiante perdue, dyslexique, avec un fort potentiel mais qui a énormément de travail à faire pour rattraper les autres élèves. Les deux interprétations ont leur lot de justesse, même celle du professeur parce que Hope Wellington joue un rôle uniquement lorsque c'est de circonstance. Elle n'entretient pas une image particulièrement respectable auprès de ses camarades de classe ou des enseignants. Wellington sait se tenir quand il le faut et cette sagesse lui a sauvé la peau du cou à maintes reprises, néanmoins, elle ne concentre pas ses efforts à maintenir une réputation avantageuse comme bon nombre de tueurs en série. Incapacité ou manque de motivation ? Un peu des deux. Hope utilise le mensonge, comme à peu près tous le monde. Ceci dit, son crédo est que le meilleur mensonge est celui qui se rapproche le plus de la vérité ainsi elle peut paraître très honnête, voir franche. N'y a-t-il pas meilleur menteur que celui qu'on croit incapable de mentir ? C'est un peu de cette façon qu'elle fonctionne. Qu'en est-il de sa conscience ? Elle est d'une apathie misérable. Si elle pouvait prendre forme humaine, elle serait obèse de paquets de chips et son gros derrière resterait enraciné sur le sofa en regardant des émissions de télé-réalité bidons toute la journée. On peut également comparé sa moralité à un hamster qui doit courir pour faire tourner une roue qui, théoriquement, devrait allumé une partie de la cervelle liée au sens du devoir et du Bien. Vous l'aurez deviné, le hamster serait soit lui aussi en surplus de poids ou mort dès que Hope a commencé à outrager (ou carrément mutiler) son prochain par ses actions et ses paroles de mercure.

Pour en revenir au passé de cette demoiselle : oui, elle n'a pas eu la meilleure des vies. Peut-être n'a-t-elle pas vécu de guerres sanglantes, subi un viol répété ou connu la faim, toutefois, ça ne change rien au fait qu'elle a traversée bien des épreuves qui lui ont creusé de profondes cicatrices au creux de... quelque chose, son coeur ou son âme, on sait plus trop. Bien que, théoriquement, personne n'est né méchant, Hope a hérité de quelque chose qui la rendait encline à croquer le fruit défendu du côté obscur dès sa plus tendre enfance. Elle aurait été une enfant difficile quand bien même elle serait venue au monde au sein de la meilleure des familles. Malheureusement, ce n'est aucunement passé proche d'arriver alors ses démons ont colonisé son âme, grandis et l'ont possédés lentement mais surement.

Est-ce ainsi que se résume la personnalité de Hope Wellington ? Une créature sanguinaire assoiffée de violence plongée entre les artères d'un pompeur de sang noir battant au rythme chaotique de la Géhenne infernale ? Pas vraiment. Sachez que cette jeune demoiselle est d'abord et avant tout une nouvelle jeune adulte à la mentalité d'adolescente et parfois d'une enfant. Vous voyez ce beau garçon dans l'équipe de football ? Hope veut lui quémander un rendez-vous mais, au fond, elle est trop « timide » et quand elle se décide enfin, elle charme avec autant de tact qu'une certaine Anastasia White, mauvaise dragueuse notoire. Paradoxalement, quand le temps est venu de laisser libre cours à ses pulsions violentes, la gêne n'est plus. Quoi qu'il en soit, il y a de nombreux exemples de la sorte qui montrent que Wellington est bel et bien normale sur certains points. Parfois, elle veut être cool. Cela entre en contradiction avec le fait qu'elle ne cherche pas à peaufiner son image, pourriez-vous dire à l'humble narrateur que je suis. Certes, le désir d'être reconnu et apprécié par ses pairs ne colle pas à sa négligence quant à la sauvegarde sa réputation, à son indifférence quant à la souffrance qu'elle peut engendrer sur son sillage pour son plaisir. Pourtant, il faut prendre en compte ceci : l'être humain est parfois incohérent et l'origine de nombreuses frustrations de Hope vient justement de ses côtés contradictoires qui s'entrechoquent et de ses envies qui s'affrontent. Et que dire des résultats que peuvent apporter ses décisions, conséquemment à ce qui a été dit antérieurement... D'une part, elle trouve le jeune homme trop mignon. D'une autre, elle a envie de lui donner une raclée pour avoir parlé à une autre fille et de refaire le portrait à la rivale. Que faire ? Dans ce cas, probablement qu'elle restera plantée dans son coin à ne rien faire et elle explosera à un moment donné car son petit et fragile vase aura eu une goutte de trop. On peut donc dire que Wellington est irrationnelle, difficile à suivre, un peu illogique sur les bords et brumeuse en ce qui concerne ses désirs, où elle va et où elle veut aller. Comme beaucoup d'adolescents, en somme. Mademoiselle peut tout aussi bien être d'une sensibilité rare à la pression sociale tout comme se foutre éperdument des autres à l'intérieur d'un paradoxe qu'elle a du mal à comprendre elle-même. Hope Wellington nage dans les eaux troubles de la fougue de la jeunesse, une telle situation laisse place à des conneries qui dépasseront toujours l'entendement.







YOU & YOURSELF
Mais qui donc se cache sous le masque ?



Ton p'tit nom/pseudo : Bunny
Ton âge : héhé
Un ou plusieurs comptes sur le forum ? C'est mon sixième What a Face
Comment as-tu connu le forum ? Je ne m'en souviens plus '.'
Et comment tu le trouves ? bah... correcte huhu
Quelque chose à ajouter ? dragon2

Merci à toi, nous te souhaitons la bienvenue sur Weins ~ Le staff reste à ta disposition si tu rencontres le moindre problème. Souviens toi, tu disposes d'une semaine pour remplir ton dossier ; s'il te faut plus de temps n'oublie pas de le signaler. A très bientôt ♫




Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1