AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ


Alastor Burton
Boogie
avatar
Alastor Burton
Informations
AVATAR : Cillian Murphy

DC : Theodore Traum

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Mon monde est une vaste étendue aride couverte de poussière et d'une végétation desséchée. Les arbres y sont tordus et leurs branches aux mains griffues écorchent et s'accrochent. Les seules visites que j'y reçois sont celles de spectres décharnés, de bêtes sauvages et de monstres sanguinaires. J'habite au coeur d'hectares désolés où j'expose des cadavres d'une macabre Beauté, et lorsque je parcours ces champs de Mort et de Douleur, marchant seul sur des ossements humains, les seules fleurs qui se mêlent à mes cheveux sont les flocons de neige qui descendent d'un ciel gris plombé.
CRÉDITS : Schizophrenic

MESSAGES : 331

Date d'inscription : 10/06/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE:
CAMP: Contre le Gouvernement
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: Alastor Burton Mer 22 Nov - 10:20


BOOGIE

« Dance with the dead in my dreams
Listen to their hallowed screams
The dead has taken my soul
Temptation's lost all control
»

▬ Slayer



identité

NOM : BURTON
PRÉNOM(S) : Alastor
DATE DE NAISSANCE : 25D Décembre
À : Vancouver
ÂGE : La quarantaine
NATIONALITÉ : Canadienne
MÉTIER : Survivant (et employé de morgue)
SIGNE PARTICULIER : Serial killer en roue libre
► Poste vacant ; Scénario
► Célébrité choisie : Cillian Murphy
► Groupe : Fondamentalement Xénon

Crédits : ©️ wam (icons) || ©️ wam (avatar)



HISTOIRE

« ll y a deux histoires : l'histoire officielle, menteuse, puis l'histoire secrète,
où sont les véritables causes des événements. »

— Balzac.


Spoiler:
 



Le dernier jour du reste de ta vie...

Les rues défilent, embuées, voilées, brumeuses, tandis qu'il court. Le souffle haletant, une saveur de sang dans la bouche, une sensation tiède et poisseuse dans le dos, le Croque-Mitaine fuit. Où l'emmènent ses longues foulées précipitées? Il n'en sait rien. Son esprit est incapable d'aligner deux pensées cohérentes. Il ne parvient pas à se repérer, sa vue trouble l'empêche de reconnaître l'enfilade continue de ruelles et de venelles toutes plus sombres les unes que les autres. Il sent les muscles de ses jambes faiblir inexorablement. Bientôt il devra marcher. Bientôt, il devra s'arrêter. Bientôt, il s'effondrera. La rage, la frustration luttent avec l'inquiétude et l'anxiété. Que sont devenus Jason et Alonso? Des souvenirs fractionnés remontent comme des bulles à sa mémoire. On les a attaqués. Des gens cagoulés, masqués, sacrément bien armés et foutrement résolus à les rayer de la carte. Le sang qui a coulé de ses oreilles témoigne de la violence de l'explosion de l'attentat dont les maîtres du Sud ont été la cible. Pour sûr, ce n'était pas les flics, ni ces pouilleux de la résistance. Jason et lui ont trop joué avec des explosifs et il est capable d'identifier du matériel de pointe (rare et hors de prix) rien qu'au son et aux dégâts. Du matos qui n'est pas à la portée du premier terroriste venu en somme. Boogie secoue la tête, les mains crispées sur son flanc d'où coule un liquide vermeil. Fais chier.

A gauche. A droite. Encore à droite. Il heurte un junkie, trébuche sur un clochard, se relève en grognant pour reprendre sa course. Il repense à l'étrange spectacle de ces flammes dévorant les squelettes des voitures...des flammes qui, pour une fois, n'ont pas été provoquées par Jason. Il entend encore cette injonction brève crachée par l'un des membres de ce commando inconnu "Il nous en faut un. Trouvez le cinglé ou son gladiateur ou sa maudite âme damnée. Mieux. Trouvez les tous." Ejecté de son véhicule, Boogie avait aussitôt cherché des yeux la silhouette familière de Jason. A peine le temps d'esquisser un geste qu'il s'est senti tiré en arrière, emmené à l'écart de l'attentat. Ce n'est qu'au terme d'interminables secondes à se débattre comme un chat sauvage que Boogie découvre l'identité de son sauveur. Bob, rescapé lui aussi de l'explosion, le Diable seul sait connaît. Son poing fuse. Le coup est sec, l'impact rude. Le nez du petit rondouillard cède sous les phalanges du Croque-Mitaine. Pourtant lorsqu'il fait demi-tour, Bob le retient par le bras. Boogie fait sèchement volte-face mais le petit gros enchaîne, le prenant de court. Il cherchera les autres après, pour le moment, Boogie doit fuir. Aucune tête de l'hydre du Sud ne doit tomber entre les mains de ces inconnus, c'est le seul objectif à avoir, prétend le dodu. Mais bordel, depuis quand il l'ouvrait celui-là? Bob baisse rapidement les yeux face aux iris pâles. Boogie lâche un grognement. Pas besoin de cogiter pendant des minutes trop précieuses pour réaliser que le visage lunaire et ensanglanté devant lui a raison. Jardin des hespérides, la serre, face aux rafflésies. Dans quinze jours pile, à 19H. C'est en serrant les dents que Boogie se relève, repousse d'un coup d'épaule la main de Bob. Sans lui adresser un regard, il commence à se faufiler parmi la petite foule qui s'agglutine pour assister au macabre spectacle.
Et le prédateur était aussitôt devenu gibier.

A droite ou à gauche? Dans son dos, le bruit des bottes lancées à sa poursuite se rapproche. Ils ont réussi à le toucher avant qu'il ne s'engage dans les ombres d'une ruelle. Ca fait un mal de chien, il pisse le sang et le dernier des scouts serait capable de remonter sa piste. Au jugé, il s'appuie sur un mur couvert d'affiches gluants...un mur qui soudain cède et s'ouvre sous son poids. Il tombe au pied d'une volée de marches, en amortissant à peine sa chute. Recroquevillé sur du béton poisseux, il referme la porte de métal d'un coup de pied avant de s'adosser à cette dernière, les semelles de ses chaussures fermement posées contre la première marche de ce court escalier, le dos appuyé contre ce rempart providentiel. En grimaçant, il extirpe ses bras de sa longue veste, soulève son pull noir qui révèle un minuscule trou pleurant un liquide d'une couleur noirâtre dans la pénombre. Avec précaution, il glisse ses doigts dans son dos. L'impact de sortie a une belle taille, les bords de sa plaie sont irréguliers. Si on ne le soigne pas, il va crever comme l'animal qu'il a toujours été. Fais chier. gémit-il les dents serrées. Retroussant une manche, il se penche sur la trace violacée qui s'étend sur son avant-bras. Quelque chose pointe sous sa peau pâle et manque de bol, ce n'est pas une articulation supplémentaire. Des yeux, il cherche quelque chose pour immobiliser son membre mais cette minuscule courette est parfaitement vide. Renversant la tête en arrière jusqu'à ce qu'elle bute contre la porte, il laisse s'échapper une ribambelle de jurons avant de fouiller frénétiquement les poches de sa veste de son bras valide. Son téléphone n'est pas là, certainement tombé durant sa course ou brisé lorsque la voiture s'est soulevée sous l'explosion. Qu'importe...il ne l'a plus. Fermant les paupières, il s'efforce de ne pas penser aux brûlures sur son visage qui l'élancent de plus en plus fort, à cette odeur de cochon grillé qui émane de ses cheveux. A Jason...bordel. Jason. L'adrénaline quittant ses veines, il doit faire face maintenant à son corps de douleur. Cette foutue carcasse pleine de nerfs et de plaies qui entonnent leur chant de souffrance.
Ca ne devait pas se terminer comme ça.
C'était pas ça, le plan.
C'était.
Pas.
Ça.
L'homme est à bout. Et la Bête s'apprête à capituler à son tour. Ses paupières restent closes lorsqu'un rectangle de lumière inonde son corps. Il entend au loin, mais tellement loin, une voix paniquée "putainputainputainputain". Il ne réagit pas lorsque quelqu'un s'agenouille près de lui toujours répétant le même mot vulgaire comme un mantra. Mais lorsqu'il entend l'inconnu sortir un téléphone portable, son bras valide envoie voler l'objet contre un mur. Les yeux grand ouvert, soudain rivés sur un visage qu'il devine plus qu'il n'identifie, il gronde à voix basse. Pas de flics. Pas d'hôpital. A quel genre d'humain fait-il face? Un bon samaritain? Quelqu'un en manque de sensations fortes? Un new-yorkais soumis et terrifié? Un délateur? Quelqu'un qui cogite déjà à la manière dont il sera remercié? OK. Ni flic. Ni médecin. Mais je veux pas mourir et je veux pas d'emmerdes. chuchote la voix asexuée. Ça, ça ne dépend que de toi.



CARACTÈRE

« Un homme de caractère n'a pas bon caractère. »
— Jules Renard.


Pour beaucoup, Alastor est un sociopathe qui ferait mieux de finir ses jours derrière des barreaux dans le pire des cas, avec une balle dans le crâne dans le meilleur. Celui qui a été baptisé Boogie Man est un être dénué de tout remord. Il peut perpétrer les pires atrocités sans que cela ne l'émeuve. Les suppliques, les prières, ça le fait rire. Alastor n'entrevoit pas les rapports humains autrement que dans un rapport de force entre dominant-dominé et il se considère lui-même comme en haut de la pyramide, le top du top du prédateur. Enfin, pas tout à fait car il n'y a qu'une seule personne qui a réussi à apprivoiser et à soumettre ce fauve. C'est Jason Lecter. Entre Alastor et c'est ce dernier se sont tissés des liens très particuliers. Fils de rien, les mêmes ténèbres les habitent et le même désir les agite. Celui de voir ce monde plonger dans l'abîme. Ce n'est ni par altruiste ni par besoin de révolte qu'ils veulent cela. La chaos, l'anarchie, l'absence totale d'ordre, ils les appellent car ils savent que personne n'est encore capable de survivre dans un tel état Personne à part eux. Ils sont le chaos, ils en sont les rejetons infernaux. Attiseurs de braises, ils ne combattent pas un système pour en placer ou en imposer un autre. Les flammes qui auront jaillies dévoreront tout et en excellents pyromanciens, ils dirigeront le brasier pour qu'il engloutisse tout.
On pourrait croire que les pulsions de mort et de souffrance qui agitent la Bête d'Alastor en font un être stupide, ce serait lourdement se tromper. Le Boogie-Man est extrêmement instruit. Surdoué capable d'absorber, de comprendre et de retenir n'importe quel savoir c'est un homme polymorphe. De la médecine à la botanique, de la littérature ancienne à la mécanique, de la chimie à la philosophie, tous les domaines qu'à abordé Alastor, il les a dominés. A la psychologie affûtée de son maître se sont ajoutés son intelligence vive, ses grandes capacités d'adaptation, son esprit stratégique et son implacable logique. Les deux monstres forment une entité presque bicéphale dont la malignité semble ne pas avoir de limites. Insaisissable et imprévisible, Alastor arbore tous les masques pour mieux se fondre dans la masse. Que cela soit dans une soirée huppée luxueuse ou dans le rassemblement secret d'un gang de scélérats, il sera toujours à l'aise, plein d'assurance et hautain. On peut être sincère sans dire la vérité et à ce petit jeu là, il est très doué. Rien n'est laissé au hasard chez Alastor, il a une maîtrise et un contrôle complet de lui-même. Il a exploré les recoins les plus sombres de son âme, il a contemplé les abysses, il se connaît parfaitement.
La loyauté est indéfectible chez Alastor c'est pourquoi il ne l'octroie qu'à de très rares personnes. Il n'est pas un traître. C'est un salaud de la pire espèce mais avec une éthique, une "conscience professionnelle". Dévoué, la mort en pleine fonction ne lui fait pas peur. Le Boogie Man ne craint pas la Faucheuse, il l'a trop côtoyée, trop fréquentée, trop vue pour la redouter. Sa lucidité sans faille ne l'illusionne pas. Son rôle auprès de Jason n'est peut-être qu'éphémère, il se lassera et l'exécutera. Mais même dans cette optique, Alastor ne changera pas d'un millimètre sa conduite. Il accepte son sort, se contente de vivre l'instant présent. L'avenir tout tracé, il a entrevu ce que ça donnait et ce n'est pas ce qui le fait vibrer.




YOU & YOURSELF
Mais qui donc se cache sous le masque ?



Ton p'tit nom/pseudo : Kosh
Ton âge : Toujours trop x)
Un ou plusieurs comptes sur le forum ? Y a encore pour Théo. Mon gentil Théo.
Comment as-tu connu le forum ? Sur PRD...il y a des années...un PV injustement ignoré alors qu'il poutre sa race.
Et comment tu le trouves ? Mon PV? Génial évidemment. Le forum? Disons que j'étais pas convaincue par le clair sur le papier (je suis jamais convaincue par les teintes claires sur le papier --") et en fait si, ça va très très bien.
Quelque chose à ajouter ? Lire le mail de réouverture a été le rayon de soleil de ma journée :')

Merci à toi, nous te souhaitons la bienvenue sur Weins ~ Le staff reste à ta disposition si tu rencontres le moindre problème. Souviens toi, tu disposes d'une semaine pour remplir ton dossier ; s'il te faut plus de temps n'oublie pas de le signaler. A très bientôt ♫






    "Il n'est point dessein de bourreau qui ne lui soit suggéré par le regard de sa victime." Pier Paolo Pasolini

Voir le profil de l'utilisateur
Calypso
avatar
Calypso R. Storm
Informations
AVATAR : Lindsay Ellingson

ANNÉE D'ÉTUDE : 5ème année

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Sachez mes chers que vous vous trouvez face à la Reine de l'Académie. Reine que vous devrez acclamer, admirer parce que j'ai été élue par tout le monde comme étant la plus belle de cette fichue Académie. Mais ne vous réjouissez pas : beauté ne veut pas dire stupidité...
Ça fait six ans que je suis réélue, et je compte bien continuer jusqu'à mon départ.
Je suis également la Dirigeante en chef du Quartier Nord et je peux vous faire décapiter d'un simple claquement de doigt. Je suis également une prostituée de luxe et mes clients me sont entièrement dévoués alors dis un seul truc de travers sur moi et j't'envois en prison jusqu'à la fin de ta vie !

Allez sans rancune : je suis magnifique et intelligente, t'es rien face à moi !


CRÉDITS : m.bjs

MESSAGES : 1876

Date d'inscription : 05/05/2011

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 22 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un incertain, je peux basculer d'un côté comme de l'autre


MessageSujet: Re: Alastor Burton Mer 22 Nov - 19:56

Ho mon Boogie d'amouuuuuuuuuuuur Lovely
(pas taper, Jason ! what)

Tu m'avais manqué ! C'est avec grand plaisir donc que je te valide avec ce code pas parfait parce qu'on a oublié de le mettre à jour lalalaaaaaa (work in progress comme on dit Arrow)

A très vite au détour d'un RP drague groupe

Bienvenue chez les
XÉNONS



© Jason


DÉSORMAIS TU POURRAS ►
... aller te recenser pour éviter de te faire arrêter par la Police sans passeport ;
... aller demander un rang pour qu'on puisse mieux savoir qui tu es ;
... te faire de nouveaux amis influents pour pouvoir être survivre ici ;
Et t'amuser parmi nous en te baladant dans la ville !




« Vous m'impressionnez en fait … car dans votre humanité à souffrir du passé, votre inhumanité à tuer et à diriger un lieu à présent vous rend simplement fascinante. Retenir des larmes, brider la tristesse pour la cacher en public alors que je sais au fond qu'il existe des bras où vous aimez vous reposer … ma chère ; vous êtes une vraie Reine. Et voyez je ne serai jamais un roi ...»
Jason Lecter
© chaussette


Jason et Calypso jouant aux échecs:
 


Calypso version "game of thrones:
 

Voir le profil de l'utilisateur http://projet-weins.forumgratuit.org
Boogie
avatar
Alastor Burton
Informations
AVATAR : Cillian Murphy

DC : Theodore Traum

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Mon monde est une vaste étendue aride couverte de poussière et d'une végétation desséchée. Les arbres y sont tordus et leurs branches aux mains griffues écorchent et s'accrochent. Les seules visites que j'y reçois sont celles de spectres décharnés, de bêtes sauvages et de monstres sanguinaires. J'habite au coeur d'hectares désolés où j'expose des cadavres d'une macabre Beauté, et lorsque je parcours ces champs de Mort et de Douleur, marchant seul sur des ossements humains, les seules fleurs qui se mêlent à mes cheveux sont les flocons de neige qui descendent d'un ciel gris plombé.
CRÉDITS : Schizophrenic

MESSAGES : 331

Date d'inscription : 10/06/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE:
CAMP: Contre le Gouvernement
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: Re: Alastor Burton Mer 22 Nov - 20:02

Rooh c'est pas grave pour le code. Ca fait Madeleine de Proust :') Le p'tit souvenir qui fait du bien. Hééé, le fond est raccord avec les nouvelles couleurs...c'est déjà ça de pris.
groupe



    "Il n'est point dessein de bourreau qui ne lui soit suggéré par le regard de sa victime." Pier Paolo Pasolini

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
Informations


MessageSujet: Re: Alastor Burton



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1