La quête de l'Est CLOS
Venecia
avatar
Venecia O'Donnell
Informations
AVATAR : Michelle Rodriguez

DC : Lecter

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : Moi même

MESSAGES : 91

Date d'inscription : 06/10/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 35 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: La quête de l'Est CLOS Mer 20 Juin - 1:21

" La chasse au Géant "


Impressionnant comme leur tandem s'est organisé, comme il évolue et cette symbiose, cette entente... Au commissariat central la plupart de leurs collègues ont tout d'abord trouvé qu'ils étaient calmes, trop. Le nez dans la paperasse, se pliant à l'exercice peu flatteur mais obligatoire des rapports. Jusqu'à la veille ; revenus ensemble d'une arrestation de dealers et chimistes ils ont muselé insultes, menaces et autres dérivés à coups de baffes bien placées et de présentations d'usages entre suspect et barreaux de cellule.
Et tout comme leur équipe, leurs habitudes se sont posées sans grande difficulté. Leur temps libre ils le passent désormais le nez dans les cartons et les dossiers, les recherches informatiques ou les coupures de press si bien qu'à cet instant la chambre de Reed n'est plus qu'un bureau. Déménager tous les tableaux et les reliures leur prendrait trop de temps, et l'envie n'y est pas donc...

Cette nuit encore alors que la pluie bat l'asphalte et que l'orage gronde c'est sous la couette d'O'Donnell que les deux flics sont étendus et savourent un sommeil plus ou moins réparateur. Car lorsque vient le temps de fermer les yeux la journée se rembobine et fait lire, relire chaque recherche. Encore que cette fois, Venecia ne s'est pas sentie partir. Emmitouflée et parfaitement détendue, elle dort sagement... Jusqu'à trois heures du matin. Un bruit se fait entendre, elle ne saurait dire avec exactitude de quoi il s'agit. Caleb dort encore, étonnant qu'il n'ait pas encore fait un bond. Délicatement la brune quitte son lit, récupère son arme de service  puis entreprend de descendre lentement chaque marche de l'escalier.
Le cellier... Venecia entend comme gratter. Vivement elle pousse la porte, allume la lumière et pointe son flingue sur une silhouette qui vient de se figer.
« C'est moi !! tire pas tire pas ! » La brune fronce les sourcils, soupire. « Ramirez ? Nom de dieu j'aurai pu te tuer ! » L'autre abaisse les mains, une bouteille de jus d'orange et un paquet de chips entre les doigts. Il est trempé jusqu'aux os et ses longues tresses parsemées de fils colorés lui donnent l'air d'un chien mouillé. «Parce que tu viens voler maintenant ? » Elle cale un poing sur sa hanche, le désigne du canon de son arme. « Puis qu'est-ce que tu fous ici franchement t'as vu l'heure ?»

« Ben... je me suis dit que... le matin c'était mieux ? »
« Le matin ??? il est trois heures abruti ! »
« Déjà ? Fais sombre aujourd'hui ! »
« Du matin... »
« Oh. »

La jeune femme roule des yeux, retient l'envie fulgurante de lui balancer son poing dans la tronche pour le principe au moins. Voilà bien longtemps qu'elle ne l'a pas vu celui là. Et à en juger par le ton pâteux de sa voix elle sait d'avance qu'il n'a pas abandonné sa foutue addiction au pétard. S'il est revenu gratter à sa porte c'est qu'il n'a nul part où aller, à tous les coups.
   
« C'est pour ça que j'ai pas pu rentrer au centre alors ! »
« Effectivement... »

Pas tout ça mais il fait un froid de loup dans cette pièce. O'Donnell saisit une serviette sur l'étagère, lui jette à la tête et lui fait simplement signe de suivre. Au point où elle en est maintenant elle ne va pas le foutre sous la pluie. Cet idiot défoncé.

« Bon, à part ça tu veux quoi ? Parce que j'aimerai bien retourner me pieuter alors crache ta pilule. » La brune étouffe un bâillement du dos de la main, s'asseyant sur le bord du comptoir de cuisine.
« Heu ouais heu... c'était quoi déjà ? »
Elle va le buter. Sérieusement. « Ramirez !! » Déjà prête à lui jeter un objet quelconque en pleine poire.
« Cimarro !! » Lâche-t-il rapidement, mangeant la moitié de ses syllabes et levant les mains en bouclier devant son nez. « Je l'ai vu en ville ! »

Elle n'a soudain plus du tout envie de dormir. Des pas derrière, O'Donnell souffle lourdement. « Caleb, voici Ramirez... Ramirez voici Caleb mon colocataire et mon équipier, sois poli dis bonjour. »
Silence. « Bon-jour. Ah, en fait je tombe en pleine... sieste crapuleuse ? » Le type s'étrangle. « Je... J'aurai dû... sonner peut-être ? »
Elle roule les yeux. Pitié...    

©️ Jason L.

---------------------------------------------------------------------------



« I say "MOVE", You move. I say "STOP", You stop.  »

Voir le profil de l'utilisateur
Policiers
avatar
Caleb Reed
Informations
AVATAR : Jensen Ackles

DC : Ézéchiel

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Je sais ce que tu penses : « C'est six fois qu'il a tiré ou c'est cinq seulement ? ». Si tu veux savoir, dans tout ce bordel, j'ai pas très bien compté non plus. Mais c'est un Magnum .44, le plus puissant soufflant qu'il y ait au monde, un calibre à vous arracher toute la cervelle. Tu dois te poser qu'une question : « Est-ce que je tente ma chance ? ». Vas-y, tu la tentes ou pas ?

Cet engin raffiné est un Magnum 44 automatique. Redoutable. Correctement utilisé, il efface un homme et ses empreintes digitales aussi.
CRÉDITS : Fish

MESSAGES : 127

Date d'inscription : 19/08/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 25 ans
CAMP: Adhérant au Gouvernement
JE SUIS: dans l'élite, le gouvernement croit en moi


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Mer 20 Juin - 3:07

Caleb émergea de sa rêverie, qui ne différait pas tant que ça de sa réalité, présentement. Juste un détail près : Veneccia avait disparu. Elle était sans doute descendue aux toilettes, laissant derrière elle son étui vide. Aux toilettes, avec son flingue. Debout en une fraction de seconde, il s'empara de la sienne et sortit discrètement de la chambre, le son d'une discussion lui parvenait dans l'escalier, il y avait bien entendu Veneccia, et une voix d'homme, à l'accent traînant, qui parlait bas en se mélangeant les pinceaux. Alors qu'O'Donnel, au contraire, fidèle à elle même, semblait prête à mordre si ça s'éternisait. Il avança à pas de loup, jusqu'à se figer à la mention d'un nom : Cimarro, le gorille de Lecter, son casseur de gueule, un adversaire redoutable, auquel Caleb rêvait de se mesurer depuis longtemps. Il failli glisser en redescendant, et fut interpellé par Veneccia.

Il aperçut alors l'énergumène en question, un beau spécimen de la faune nocturne new yorkaise, du genre défoncé le jour, et stone la nuit, histoire de varier les plaisirs. D'expérience, il sentit que le gars n'était pas une menace, sauf pour tous les végétaux qui se consommaient en se consumant, pas de danger pour lui de ce côté là. Caleb salua le nouveau venu d'un large sourire, d'un petit coucou de sa main qui tenait le revolver. Récemment, il avait laissé tomber son automatique, qui avait déjà menacé de s'enrayer, et était passé sur un vieux 44 à canon long, qui offrait moins de munitions mais qui compensait par sa puissance et sa précision. Un choix rétro pour un jeune homme, qui avait bien amusé les flics de son âge, mais pas les vieux briscards. Jusqu'aux séances d'entrainement sur terrain, où il avait fait des ravages avec ce classique, et les sourires changèrent de camp. Il fallait bien sur anticiper le recul, mais une fois qu'on avait l'engin en main, c'était un régal de défourailler. D'autant que ça rajoutait un côté intimidant, qui présentait l'avantage indéniable de calmer instantanément les ardeurs. Et pour le coup, il eut encore l'occasion de le vérifier quand il vit le dénommé Ramirez pâlir de terreur.

"Pour le coup de sonnette, ça peut encore s'arranger, t'en dis quoi, Veneccia ? Si tu veux, je lui mets une balle, on nettoie et on retourne faire la sieste, en 5 minutes c'est fait".

Elle comprit qu'il plaisantait, du moins il l’espérait. Qu'il plaisantait. L'autre aussi, apparemment.

---------------------------------------------------------------------------
Image

Voir le profil de l'utilisateur
Venecia
avatar
Venecia O'Donnell
Informations
AVATAR : Michelle Rodriguez

DC : Lecter

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : Moi même

MESSAGES : 91

Date d'inscription : 06/10/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 35 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Mer 20 Juin - 4:19

" La chasse au Géant "


Pauvre Ramirez. Il n'est pas méchant, juste pas futé. Pas futé et stone... La brune allume une cigarette, écoute son coéquipier et sourit de coin, recrachant la première volute en direction du plafond. « Cinq minutes de nettoyage ou de sieste ? » Glisse-t-elle non sans jeter un regard noir au fumeur d'herbe qui se liquéfie sur place. Elle était déjà pas nette et pas tendre mais là c'est le pompon ! Il avale de travers, lève les mains à nouveau.

« Je veux pas d'embrouilles, hein ! Je... enfin si ça peut arranger je me fais heu... tout petit et je vous laisse finir hein ! Vous saurez même pas que je suis là ! »

Venecia lâche un rire court, c'est presque drôle cette panique qui n'a pas lieu d'être. Ils ont tellement autre chose à faire que tyranniser ce pauvre type. Assez jouer, elle balaie l'air d'une main et se veut plus cordiale. « Genre, si je te laisse là tout seul je vais devoir faire un plein de courses demain et j'y tiens pas. » Ramirez n'est un danger que pour une chose : le frigo. A se demander comment il peut être si sec avec les quantités industrielles de malbouffe qu'il ingurgite. « Bref, revenons à nos moutons tu disais quoi sur Cimarro ? »

Ramirez arque un sourcil. « Sur qui ? » Regard qui lui jette des foudres, le fait bégayer de plus belle et le voilà qui se ressaisit, croquant compulsivement quelques chips. « Ah oui oui le... grand monsieur Cubain. » La bouche à moitié pleine, les gestes plus lents que la norme il commence à raconter. « Oui je passais dans le coin et sur la route j'ai croisé un pote... on a causé de pas grand chose et c'est là que j'ai vu un grand type passer. » Une gorgée de boisson, il poursuit. « Sur le coup j'ai pas fais gaffe, mais après coup quand je me suis éloigné pour rouler un... enfin pour fumer je l'ai revu. »

« Où ça ? » O'Donnell se tend à mesure du récit. Alonso Cimarro, elle l'a en tête depuis longtemps. Le char qui a manqué de lui briser bien plus que le nez. Elle ne sait et ne saura jamais à qui ou quoi elle doit son salut du jour, ce qui aura empêché son exécution ou permis sa survie mais une chose est certaine : elle lui doit un pain en pleine tête quitte à s'en prendre plus encore.
« Ben à New York. »
« ...Ramirez... T'es con ou tu le fais exprès ? » Elle hasarde, les yeux plissés avec suspicion.
« Heu... c'était... à l'Est oui, ici dans le quartier. Il a récupéré des trucs à la casse je crois, près du port. »
« Pour en faire quoi ? »
« Bah j'lui ai pas demandé. Ou alors il faisait un peu de muscu en chargeant tout seul des pneus et des gros machins lourds ? Remarque il doit certainement pas pouvoir entrer dans une salle de sport alors c'est peut-être ç... »

Une pomme qui passait par là rebondit vivement sur le crâne du shooté qui proteste entre deux larmes de crocodile. O'Donnell ne relève pas, envisageant déjà quelques possibilités. Si Alonso est bien passé dans le coin ce n'est pas sans raison, mais pourquoi seul ? Quitte à récupérer du matos, autant ne pas être seul pour gagner du temps ; à moins qu'il rende un service, qu'il soit bien loin de Lecter désormais. Fugitif...

« Je peux dormir dans le canapé dites ? »

Ce n'est pas la preuve en soit du retour de sa bande. Cimarro semblait avoir disparu bien avant le Clown, comme volatilisé alors pourquoi réapparaître ? Pas le genre d'avoir attendu pour régler ses comptes, inutile de penser à une histoire de vengeance. Après que reste-t-il ?

« Je resterai juste quelques jours, mais … je serai discret hein ! »
« Non. Toi tu rentres au centre et tu vas manger une salade plutôt que de la fumer. »
« Maintenant ? »
« Non c'est fermé la nuit andouille. »
« Allez gardez moi un peuuuu je serai comme... Blanche Neige ! S'te plait j'en ai marre de bouffer bio ! » Le voilà étalé comme un poids mort sur son dos, reniflant piteusement à son oreille. Elle siffle entre ses dents tout en jetant une oeillade désespérée à son colocataire. Quelle plaie ce mec... Les neurones doivent pas se bousculer au portillon en ce qui le concerne ; mais il est tout de même venu exprès malgré son air dézingué pour la prévenir. A espérer qu'il ne l'ai pas rêvé et qu'il ne se serve pas d'une hallucination comme prétexte.
« Va dormir dans la buanderie y'a un lit de camp, tu n'as qu'à le déplier. Mais avant ça tu prends une douche à côté de l'atelier du garage. Et c'est juste pour cette nuit c'est clair ?! »

L'autre sautille sur place -non sans manquer de s'étaler- et se gardant bien de croiser le regard de Reed, s'enfuit presque jusqu'au dit atelier. Bon, au pire il ronflera dans moins de trente minutes mais en ce qui concerne les deux flics, les voilà réveillés. L'orage craque, ils ne pourront rien envisager avant le levé du jour. « On commencera par les alentours de la casse. Y'a toujours des clodos qui squattent par là-bas, y'en aura bien un pour lâcher une info utile et valider ce que Ramirez a raconté. »    

©️ Jason L.

---------------------------------------------------------------------------



« I say "MOVE", You move. I say "STOP", You stop.  »

Voir le profil de l'utilisateur
Policiers
avatar
Caleb Reed
Informations
AVATAR : Jensen Ackles

DC : Ézéchiel

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Je sais ce que tu penses : « C'est six fois qu'il a tiré ou c'est cinq seulement ? ». Si tu veux savoir, dans tout ce bordel, j'ai pas très bien compté non plus. Mais c'est un Magnum .44, le plus puissant soufflant qu'il y ait au monde, un calibre à vous arracher toute la cervelle. Tu dois te poser qu'une question : « Est-ce que je tente ma chance ? ». Vas-y, tu la tentes ou pas ?

Cet engin raffiné est un Magnum 44 automatique. Redoutable. Correctement utilisé, il efface un homme et ses empreintes digitales aussi.
CRÉDITS : Fish

MESSAGES : 127

Date d'inscription : 19/08/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 25 ans
CAMP: Adhérant au Gouvernement
JE SUIS: dans l'élite, le gouvernement croit en moi


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Mer 20 Juin - 10:37

Caleb était un peu excité, mais néanmoins perplexe. Il espérait vivement que le récit de Ramirez soit bien plus que les divagations d'un camé qui aurait confondu Cimarro avec la première armoire à glace venue, après tout, c'était une ville immense, alors quelles étaient les probabilités. Cependant, ce genre de type, les traîneurs de rues, mêmes défoncés, développaient un certain instinct de survie, quand il s'agissait d'éviter les emmerdes, et ça passait par l'identification rapide de toute menace potentielles pour leur existence. Et celle là, de menace. Les chances de succès étaient minces, mais la piste valait quand même d'être exploitée, par expérience, il savait que c'était souvent la négligence des ces petits riens, en apparence, qui pouvait faire la différence et faire pencher la balance en leur défaveur.

Il s'habilla en conséquence, pompes de sécurité, gros cuir imperméable, et dont l'épaisseur garantissait une protection relative contre les petits couteaux, lampe torche et poing américain. Prolongation logique d'un bras musclé et patriotique. Il enfila son holster dessous son blouson, de façon à pouvoir dégainer en vitesse, et descendit rejoindre Veneccia pour partager un café, avant d'entamer leur promenade aux aurores. Elle semblait pensive, concentrée autant que déterminée, et à la façon presque machinale qu'elle avait d'arpenter la pièce, on aurait dit qu'elle attendait le top départ qui lancerait la course. Apparemment, elle avait l'air pressée de lever le doute sur l'information, ou alors pressée de trouver Cimarro, difficile à dire. Bien sur, trouver un des types les plus emmanchés avec Lecter, ouvrirait des perspectives intéressantes, mais on dirait qu'il y avait plus que ça. Déjà, parce que le cubain n'était pas le seul de ses lieutenants, il y en avait d'autres à débusquer, le géant n'était qu'un parmi certains, le seul qui plus est à avoir quitté la ville un moment. pourquoi revenir, ça, c'était une autre question, qu'ils auraient loisir de lui poser si toutefois ils avaient la chance de mettre la main dessus. On aurait juste dit que c'était lui, précisément, qu'elle avait le plus envie de serrer. Autant demander, ça irait plus vite.

"Je saurai pas dire si t'es énervée ou excitée, à l'idée de cette chasse à l'homme. Du coup, je me demandais si t'avais déjà eu affaire à lui" Regard farouche, mais qui ne lui était pas destiné, la réponse était évidente, ça sentait le règlement de compte à plein nez, chose qu'il comprenait parfaitement. "Du coup, je me demandais, si on fini par tomber dessus, tu veux qu'on règle ça comment ? Juste nous ou on prévient quand même les collègues, au cas où on aurait besoin de plus de monde ? Disons qu'on part sur une intuition, on ne sait pas ce qu'on va trouver, tu veux mettre au point un plan de bataille avant de décoller, histoire de parer à toute éventualité ?. Si t'as des suggestions, c'est le bon moment.


---------------------------------------------------------------------------
Image

Voir le profil de l'utilisateur
Venecia
avatar
Venecia O'Donnell
Informations
AVATAR : Michelle Rodriguez

DC : Lecter

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : Moi même

MESSAGES : 91

Date d'inscription : 06/10/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 35 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Mer 20 Juin - 14:44

" La chasse au Géant "


Impossible de fermer l'oeil. Elle oublia l'idée et se prépara en vue de leur sortie prochaine. Pantalon épais et près du corps pour limiter les accrochages, ses fidèles bottines renforcées aux talons et un blouson doublé. Arme à la ceinture, couteau à la cheville et cheveux attachés pour l'occasion. Quand on ne sait pas sur quoi on risque de tomber mieux vaut prévoir.

Elle va et vient dans la cuisine, recoupe les informations et planifie la marche à suivre. O'Donnell devra aussi remonter l'info au chef, lui expliquer leur absence du commissariat. Machinalement la jeune femme sert deux tasses de café, cigarette vissée aux lèvres et jette un œil sur Reed lorsqu'il la rejoint. Il pose LA question, la brune soupire lentement. Pas de non dit, donnant donnant. « Quand Lecter et Burton se sont évadés du poste, c'est parce que le Cubain a dégommé la face à la bombe. Ça tu le sais mais ce jour là... je suis tombée sur lui. Ça a duré une poignée de secondes, j'ai voulu le serrer mais... il ne m'a mis qu'un coup. » Une grimace lui tort les lèvres, elle n'aime pas s'en rappeler. Sentiment de défaite mais plus encore d'impuissance qui lui donne presque la nausée. « Bilan, le nez pété, trauma facial et crânien. Il m'a fallut une semaine pour retrouver une vision claire au passage... Un coup et il a failli me buter. Pourtant j'en ai mangé des droites mais celle là... Je sais même pas comment j'ai pu éviter de me noyer dans mon sang en fait... Je doute qu'il ait pris le temps de me coller en pls si tu vois le genre. Mais je sais pas depuis... »

Elle se mord la lèvre, c'est cuisant d'avouer la défaite et plus encore quand il n'y a pas eu de vrai affrontement. Le pire, c'est de savoir qu'elle aurait bien pu faire tout ce qu'elle voulait, elle n'aurait pas réussi à l'esquiver. Elle a beau repasser la scène en boucle encore et encore le problème est là : elle n'a rien vu venir. « Depuis je reste sur ça. C'est le point noir de ma fierté en somme. » Un petit sourire, un peu navré.

Longue inspiration, la flic écrase sa cigarette et range le paquet dans son blouson avec le briquet. « Si on tombe sur Cimarro je veux une chance de lui parler déjà. Je veux comprendre quelques trucs ; très franchement je ne pense pas qu'on le coffre vivant, ce type n'est pas que le troisième larron de Lecter, c'est une machine de guerre qui s'est forgé dans les combats clandestins. Alors on verra le moment venu, faut avant tout savoir si Ramirez n'a pas assez fumé pour le confondre avec un autre. On va commencer par ça. » Déterminée, elle jette un œil à la pendule de cuisine puis avale le fond de son café d'une traite. « On est partis ?! »

* * *

Le ciel est définitivement plombé, le soleil ne pointera pas son nez de la journée et il faudra supporter la pluie. Au la neige fondue, difficile à dire. La bagnole longe le quartier après avoir déposé Ramirez direction le port, les entrepôts divers et la grande casse. Le trajet s'effectue dans un silence relatif, O'Donnell préférant méditer à ce qu'elle ferait au cas où réellement ils viendraient à lui tomber dessus. Ne pas prévenir qui de droit, ce n'est pas judicieux mais bon... hm elle verra bien.

Volontairement elle pose le véhicule un peu à l'écart et le quitte sans trop attendre. Ne reste plus qu'à dénicher quelqu'un capable de les renseigner... Plus facile à dire qu'à faire. Dans les docks c'est peine perdue, ces types là ne laisse rien passer alors reste les SDF qui fouillent à la recherche d'un truc qui pourrait se vendre. « Bon, on avance. Tu as déjà causé avec ce genre de faune ou pas ? Si non, je vais t'apprendre. Ils ne sont pas copains copains avec la police. En revanche si tu sais, on peut se séparer pour gagner du temps. » Elle lui fait assez confiance pour le laisser aller, ce n'est pas comme si Reed avait besoin d'un garde du corps après tout.            

©️ Jason L.

---------------------------------------------------------------------------



« I say "MOVE", You move. I say "STOP", You stop.  »

Voir le profil de l'utilisateur
Policiers
avatar
Caleb Reed
Informations
AVATAR : Jensen Ackles

DC : Ézéchiel

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Je sais ce que tu penses : « C'est six fois qu'il a tiré ou c'est cinq seulement ? ». Si tu veux savoir, dans tout ce bordel, j'ai pas très bien compté non plus. Mais c'est un Magnum .44, le plus puissant soufflant qu'il y ait au monde, un calibre à vous arracher toute la cervelle. Tu dois te poser qu'une question : « Est-ce que je tente ma chance ? ». Vas-y, tu la tentes ou pas ?

Cet engin raffiné est un Magnum 44 automatique. Redoutable. Correctement utilisé, il efface un homme et ses empreintes digitales aussi.
CRÉDITS : Fish

MESSAGES : 127

Date d'inscription : 19/08/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 25 ans
CAMP: Adhérant au Gouvernement
JE SUIS: dans l'élite, le gouvernement croit en moi


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Mer 20 Juin - 23:41

Ahhhh New York, un matin pourri, dans un coin merdique, toute une symphonie. Heureusement qu'il est en excellente compagnie, sinon il y aurait de quoi déprimer. Ce décor lui rappelle son autre vie, avant Weins. D'errance en perdition, il en avait fréquenté des dépotoirs, à la recherche de cercles de combat, ou juste d'un adversaire pour le plaisir, une vie de merde mais, à l'époque, c'était la seule qu'il avait, et il avait su s'en accommoder. Ce genre d'atmosphère pesante avait le don de pousser à la léthargie, de quoi vous rendre neurasthénique, mais plus que ça, ils étaient tous deux plongés dans leurs réflexions personnelles, avec en point de mire, Alonzo Cimarro. Alors comme ça, il avait presque tué sa partenaire d'un seul coup de poing. La chose était plausible, non pas que Veneccia fut fragile, mais bien placé, avec la force nécessaire, c'était jouable, Caleb se demandait s'il en était capable. Avec encore de l'entrainement, il pensait que oui, quand à en avoir la démonstration, inutile de se presser, surtout si l'autre était aussi balèze que le prétendait sa réputation. Veneccia voulait une revanche, c'était certain, il espérait juste être présent ce jour là, soit pour l'empêcher de faire une boulette, soit pour l'y aider.

La voiture ralentit puis s'arrêta à la limite de la casse, une grande décharge métallique à ciel ouvert, une ode au tétanos et à la rouille, sans cesse remuée par une faune des plus distinguée, des pauvres hères qui pour la plupart, charognaient ce qu'ils pouvaient pour essayer de gagner quelques misérables sous, et prolonger leurs existences de cafards humains encore un peu plus longtemps, attendant que le monde change. Autrefois, il les aurait vomi, pour n'avoir pas le courage de se battre pour s'en sortir, aujourd'hui, il avait une perspective différente sur la vie, et sans avoir pitié pour autant, il avait appris à les considérer comme les êtres humains qu'ils étaient, avec leurs passés, leurs malchances, leurs faiblesses, leurs espoirs. Oui Vene, je connais ce genre de gens, j'aurai pu en devenir un, autrefois, le destin en a décidé autrement. J'essayerai de ne pas les malmener, au pire, j'ai quelques trucs pour les motiver. Il vérifia son portefeuille, il avait quelques billets de 20 dollars qu'il conservait toujours, pour ses indics. Aucune de ses connaissances, pour l'heure, ne pourrait l'aider, autant voir ce qu'on pouvait appâter dans le coin pour un petit pourboire. Et au pire, s'il y en avait pour faire le con, à défaut d'argent, il avait du plomb à distribuer.

---------------------------------------------------------------------------
Image

Voir le profil de l'utilisateur
Venecia
avatar
Venecia O'Donnell
Informations
AVATAR : Michelle Rodriguez

DC : Lecter

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : Moi même

MESSAGES : 91

Date d'inscription : 06/10/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 35 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Jeu 21 Juin - 2:19

" La chasse au Géant "


Ainsi il connaît. Venecia hoche la tête, le croit sur parole et le laissera donc faire comme il souhaite. Chacun possède ses méthodes c'est connu, elle n'ira pas vérifier et s'éloigne lentement, une cigarette fichée au coin des lèvres. La pluie file le long de ses joues, elle ne se presse pas et rejoint les abords de la casse. Pas grand monde dans le terrain en question, seulement quelques employés qui vont et viennent ce qui n'aidera en rien. hm... la flic avance encore, dans l'air une odeur légère de cramé, d'essence à peine allumée. Un bidon rouillé, quatre types autour qui s'abritent comme ils peuvent sous un toit de tôles qui tient on ne sait trop comment.

Ils lorgnent de loin, n'ont pas envie de causer et le font savoir mais lorsqu'elle se rapproche, le plus vieux jette avec enthousiasme. « Si je m'attendais ! On ne t'a pas vue depuis des lustres ma jolie ! » Il boite, il lui manque des dents et il sent l'alcool bon marché mais il la serre dans ses bras avec l'affection d'un grand père.
O'Donnell lui rend son embrassade, frotte son dos trempé. « Salut Edd, je ne savais pas que tu avais migré ici. J'ai perdu de vue pas mal de gens depuis qu'ils nettoient le Sud. » Soupire-t-elle, désolée.

« Bof, t'en fais pas ! Avec les copains on est pénards ici. Le Sud c'est plus ce que c'était... » Les autres acquiescent, les mains tendues devant le brasier de fortune. « Dis ma petite chérie, tu nous trouverais... »
« Du café ? J'en ai pour dix minutes. » Donnant donnant.

* * *

Elle a pu voir de quoi satisfaire les envies des sdf de la casse en arrivant. À bonne allure de marche ce n'était pas si loin. Petit coup de chance de tomber sur ce vieux là. Il parlera, s'il sait quelque chose de valable sinon Venecia aura eu le plaisir d'offrir un café à quatre gentils bonhommes. Avec ou sans infos, elle l'aurait fait de toute manière. De retour à l'abri la brune distribue, offre une cigarette. « Dis Edd je me demandais t'aurais pas vu un géant ? Un type qui serait venu ramasser du matos dans le coin ? »

L'autre gratte sa barbe grise, fouille sa mémoire mais secoue la tête. « Désolé petit cœur ça me dit rien. J'ai pas vu ce genre d'homme. » O'Donnell hausse les épaules. Ramirez a dû se planter. Elle jette sa clope dans le baril, discute un peu de choses et d'autres. Les vieux n'en savent pas plus. Plus loin quelques gamins jouent au foot, se plaquant au sol, glissant dans les flaques et la boue. Certainement des gosses des vieux immeubles, des clapiers au pire réservés à une basse classe en témoignent leurs fringues aux couleurs délavées. « Oh mais attends ! » Lance Edd, faisant de grands signes. « Max ! Viens là p'tit !! »

Le gosse rapplique, sourire aux lèvres et regard brillant. L'ancien explique que Venecia cherche un homme, un grand homme. L'ont-ils vu lui et ses copains qui jouent tous les jours ici ? Le petit se dandine d'un pied sur l'autre, mâchouille un bonbon à la menthe. « Peut-être que je l'ai vu... » Elle arque un sourcil. Petit con, comme si elle avait le temps de jouer. « Tu nous files quoi en échange ? » Envie de dire une bonne paire de baffes. Un coup de pompe aux fesses sinon ?

« J'éviterai de dire à tes parents que tu fûmes pas que des clopes peut-être ? » Elle désigne la veste qu'il porte d'un mouvement de menton. « Tu empestes l'herbe. Sérieusement tu as quoi, treize ans ? » Le môme blanchit, recule de trois pas et beugle à ses copains un « on se casse » avant de tenter une fuite en bonne et due forme. Ah les enfants …

O'Donnell presse le bouton du talkie, soupirant d'ans l'appareil. « Caleb, si tu vois passer un groupe de gamins, choppe celui avec une veste rouge. » Lui filer le train ne servirait à rien. Ils connaissent les lieux, se faufilent partout et risqueraient en plus de prendre des risques inconsidérés juste pour éviter de se faire prendre. Le temps est traître, ils pourraient se blesser ou glisser sur quelque chose de dangereux. Mieux vaut laisser faire une nouvelle tête qu'ils n'ont pas encore vu, de mémoire Reed n'était pas mauvais en éducation physique n'est-ce pas ? Au pire s'il faut le ramener par la peau du cou cela ne devrait pas poser de problème.     

©️ Jason L.

---------------------------------------------------------------------------



« I say "MOVE", You move. I say "STOP", You stop.  »

Voir le profil de l'utilisateur
Policiers
avatar
Caleb Reed
Informations
AVATAR : Jensen Ackles

DC : Ézéchiel

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Je sais ce que tu penses : « C'est six fois qu'il a tiré ou c'est cinq seulement ? ». Si tu veux savoir, dans tout ce bordel, j'ai pas très bien compté non plus. Mais c'est un Magnum .44, le plus puissant soufflant qu'il y ait au monde, un calibre à vous arracher toute la cervelle. Tu dois te poser qu'une question : « Est-ce que je tente ma chance ? ». Vas-y, tu la tentes ou pas ?

Cet engin raffiné est un Magnum 44 automatique. Redoutable. Correctement utilisé, il efface un homme et ses empreintes digitales aussi.
CRÉDITS : Fish

MESSAGES : 127

Date d'inscription : 19/08/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 25 ans
CAMP: Adhérant au Gouvernement
JE SUIS: dans l'élite, le gouvernement croit en moi


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Jeu 21 Juin - 2:58

Caleb reçut le message, un groupe de gamins, celui avec une veste rouge. Coup de bol, par ce temps, il n'y avait quasiment que des adultes dans les parages, trop occupés à picoler ou tenter de se réchauffer, parfois en même temps. Donc, elle lui avait rabattu le gibier. Il parcourut du regard les alentours, Venecia était partie par la droite, lui par la gauche, et au vu de la surface à couvrir, en admettant qu'elle avait fait détaler les gosses comme des rats, ces derniers ne tarderaient pas à lui débouler dans les pieds dans 5, 4...bruit de course effrénée...3..."sale flic"...2, 1, contact. Il n'opta pas pour un plaquage, ou un croche pied, ce n'étaient que des gosses, inutile de les aplatir. En revanche, leur foutre les jetons, ça ne coûtait rien, et ça mettrait son lascar dans de bonnes dispositions. Un soupçon de trouille, quelques secousses, servir chaud.

Il chopa le gamin par le col, en pleine course, et tira sèchement en arrière. Emporté par son élan, il regardait derrière lui quand il se fit cueillir et effectua un salto parfait. Futur espoir en gymnastique ?. Réception, disons, difficile, cul par dessus tête, et paf, le nez dans la boue. Espoir déçu, avec un peu d'entrainement, qui pouvait dire ?. Les autres freinèrent des quatre fers, partis pour venir en aide à leur ami, mais quand ils virent que Caleb était armé, ils ne cherchèrent même pas à insister. Braves petits. Un flic, ça allait, même jolie, mais deux, surtout un costaud comme ça, le bon sens -et un brin de lâcheté mâtiné d'instinct de survie- l'emporta, et ils disparurent en laissant leur pote dans le pétrin, la boue, et les pattes de Caleb.

Il l'avait cru sonné par son saut carpé, mais il devait bien l'avouer, le gosse récupérait vite, cependant, il n'avait que brièvement tenté de se carapater, la clé de poignet avec laquelle le jeune flic lui avait tordu la main présentait l'avantage de maintenir un niveau de douleur acceptable, qui augmentait quand on se débattait, et laissait une main libre à Caleb au cas où il faudrait distribuer une taloche. Il traina sa proie jusqu'à retrouver Venecia, qui prenait tranquillement le café avec un groupe de clodos, se réchauffant les miches autour d'un bon feu.

"Vu d'ici, ça roule pour toi, t'as trouvé la bonne planque. Tiens, voilà ton paquet, j'ai pas pris la peine de le débarbouiller, mais comme il t'a traité de "sale flic", je pense que tu vas le faire pleurer, juste assez pour qu'il retrouve figure humaine. Au fait, c'est combien de jours de travaux forcés, pour les mineurs en état de possession ?" Il lui lança le sachet d'herbe qu'il avait trouvé dans la poche de chemise du gosse. Pour le reste, elle inventerai bien une menace et une peine fictive, l'autre était déjà à deux doigts de se faire dessus.

---------------------------------------------------------------------------
Image

Voir le profil de l'utilisateur
Venecia
avatar
Venecia O'Donnell
Informations
AVATAR : Michelle Rodriguez

DC : Lecter

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : Moi même

MESSAGES : 91

Date d'inscription : 06/10/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 35 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Jeu 21 Juin - 4:16

" La chasse au Géant "


Elle le voit revenir chargé du paquet humain, sans grande surprise. Rapide les bambins mais pas encore assez futés pour eux et pas non plus en mesure de jouer au plus costaud. Un demi sourire aux lèvres elle avale une gorgée de café, haussant les épaules par la même occasion. « J'en connais un tas de bonnes planques, pour ce qui est de ce têtard voyons... » Fait mine de réfléchir, comme pesant le pour et le contre. « Au pire se ce n'est pas le travail ce sera la maison de correction ? A voir avec le juge pour enfant... Il serait peut-être jugé responsable ? »

Le môme se décompose, tente de s'évader des pattes de Reed sans aucun succès et en prenant conscience, lâche en bredouillant. « C'est pas à moi l'herbe ! » Mais bien sûr, elle jette un œil entendu à Caleb. Aucun risque qu'il leur fasse avaler ça. Mais puisqu'il lui faut des preuves... La brune approche, saisit le visage barbouillé et lui fait ouvrir la bouche. « Vu l'état de tes dents gamin, c'est pas dû qu'aux bombecs. » Mine dégoûtée, elle le lâche et le regarde plus fermement. « Arrête de nous prendre pour des cons, on veut seulement une info alors voilà ce qu'on va faire : tu la joues cool, tu exiges rien, tu ouvres ton clapet à bon escient et tu te casses à la fin ok ? A moins que tu préfères passer ta journée au poste avec un psy et une assistance sociale... moi j'm'en fous. » Court silence, la tête qui opine. Bien, ça commence à rentrer.

« J'ai vu le gars, il est venu deux ou trois fois déjà. » Il désigne la casse d'un doigt tendu. « Là bas, il charge des pneus, de la ferraille et des trucs comme du bois. Il a un vieux pick up noir, mais il a pas de plaque. » Il pleut de plus belle, Venecia doit plisser les yeux pour apercevoir les monts de débris un peu plus distinctement. Qu'est-ce que le Cubain peut bien venir foutre là ? « Il est vraiment grand... »

« Un truc particulier que tu aurais remarqué le concernant ? A part sa taille... » Demande-t-elle histoire de confirmer un peu plus les dires de ce toxico de Ramirez.
Le gosse frotte son nez, se gratte la tête. « Ben... il est costaud, j'veux dire vraiment ! Il cassait des planches et il pliait de tubes juste avec ses mains ! » Cette fois c'est la bonne ! La coincidence n'est plus possible c'est Lui ; Alonso Cimarro.

* * *

Changement de décor. Le gosse a dit que le pick-up repartait toujours dans la même direction. Lui et ses amis auraient pu ne jamais le retrouver mais il s'avère que le véhicule en question a été vu des mêmes enfants en lisière du quartier, près d'une ancienne entrée de métro.

La rue est battue par l'eau, ce qui n'aide pas forcément aux recherches bien qu'en l'occurrence, il n'y a pas un chien dehors et encore moins un Cerbère Cubain. Venecia pousse un peu le chauffage de l'habitacle, reniflant légèrement tout en scrutant les environs. La voiture avance à pas de loup, toujours aucun signe de l'engin. Note qu'avec les garages alignés de ci de là, on aurait vite fait de le planquer. La brune grommelle pour elle, allume une cigarette. « L'ancienne entrée de métro est à une centaine de mètres plus loin, voyons... où est-ce que j'aurai planqué un pick-up ? » Question à elle même, Venecia se gare. « Max a dit qu'ils l'avaient vu plusieurs fois ces derniers temps... mais il a peut-être bougé aujourd'hui. C'est pas dans le coin qu'on aura une info en plus... » Elle soupire, observe une benne à quelques mètres d'eux. « A moins que les chats ne sachent parler... » ça ne les avance pas.

©️ Jason L.

---------------------------------------------------------------------------



« I say "MOVE", You move. I say "STOP", You stop.  »

Voir le profil de l'utilisateur
Policiers
avatar
Caleb Reed
Informations
AVATAR : Jensen Ackles

DC : Ézéchiel

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Je sais ce que tu penses : « C'est six fois qu'il a tiré ou c'est cinq seulement ? ». Si tu veux savoir, dans tout ce bordel, j'ai pas très bien compté non plus. Mais c'est un Magnum .44, le plus puissant soufflant qu'il y ait au monde, un calibre à vous arracher toute la cervelle. Tu dois te poser qu'une question : « Est-ce que je tente ma chance ? ». Vas-y, tu la tentes ou pas ?

Cet engin raffiné est un Magnum 44 automatique. Redoutable. Correctement utilisé, il efface un homme et ses empreintes digitales aussi.
CRÉDITS : Fish

MESSAGES : 127

Date d'inscription : 19/08/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 25 ans
CAMP: Adhérant au Gouvernement
JE SUIS: dans l'élite, le gouvernement croit en moi


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Ven 22 Juin - 0:41

Pauvre gosse, pour un peu, Caleb aurait éprouvé un peu de compassion. Il savait, pour y avoir goûté, ce qu'on ressentait en face d'une Venecia qui posait des ultimatums, et ce n'était vraiment, vraiment, absolument pas amusant. Il avait fini par cracher le morceau, somme toute, c'était mieux que ses dents, encore qu'on ne balançait pas vraiment une mandale à un gosse juste parce qu'il était con, autrement, les rues s'encombreraient de gamins aux joues gonflées et aux sourires édentés. Donc, l'information était fiable, et la piste exploitable. On allait suivre les traces de l'ogre cubain, quelque part aux environs du métro abandonné. Ils se mirent en route, pour essayer de trouver des indices qui permettraient d'établir le périmètre de recherche le plus précis, et ça allait commencer par relever les véhicules alentours, dans l'espoir de dénicher ce fameux pick-up noir. Non que ce type de bagnole fut courant, mais il y en avait quand même quelques exemplaires en circulation. C'était de robustes tacots, pratiques à entretenir, capables de bouger de lourdes charges, avec l'option pare-buffle, au cas où on croiserait un buffle à New York, tellement logique.

Ils garèrent la voiture dans une rue déserte, le temps de faire le point sur la méthode à utiliser. Caleb suggéra : "Admettons qu'il aie garé sa caisse dans les garages alentours, on peut essayer de faire le tour du pâté de maison, voir combien sont occupés, ceux qui sont ouverts mais déserts. Avec un peu de bol, notre manège attirera le proprio d'un des garages, qui pourra nous indiquer s'il a vu passer Cimarro. Si ça ne donne rien, on pourra toujours aller fouiner dans le métro. Venecia leva un sourcil interrogateur. "Dans le quartier, y'a pas beaucoup de logements, et comme il circule en voiture banalisée, et qu'il est légèrement facile à repérer, moi, à sa place, je ferai profil bas dans un endroit, disons, moins exposé. Y'a pas beaucoup de gens qui se risquent en dessous, depuis des années, et je pense qu'un gars comme lui ne doit pas avoir grand chose à craindre. Alors, t'en pense quoi ?. On commence par où ?.

---------------------------------------------------------------------------
Image

Voir le profil de l'utilisateur
Venecia
avatar
Venecia O'Donnell
Informations
AVATAR : Michelle Rodriguez

DC : Lecter

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : Moi même

MESSAGES : 91

Date d'inscription : 06/10/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 35 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Ven 22 Juin - 4:05

" La chasse au Géant "


Pour un peu elle se collerait une grande baffe. Focalisé sur ce putain de pick-up la flic n'a même pas songé au Cubain. D'où son air bêtement surpris aux mots de son coéquipier. On va finir par se demander si elle n'a pas fumé le même que Ramirez à ce rythme... Secouant la tête, la brune déboucle sa ceinture. « On descend dans le métro. On verra sur place si on peut trouver une trace de vie ou d'activité humaine. » Elle ferme son blouson, ajoute tout de même : « Bien vu, je dois être ailleurs je n'ai pensé qu'au véhicule. C'est évident qu'il doit être là... » Elle soupire, doucement. « J'en arrive à oublier qu'ils sont morts ou bien disparus, obligés de fuir ou de se cacher... avant tu aurais pu tomber sur n'importe lequel d'entre eux n'importe où si tu avais pas de chance. Ils vivaient en pleine lumière... » Un brin de nostalgie, de mélancolie. Savoir des criminels disparus devrait la réjouir mais il n'en est rien. A son sens Venecia était persuadée que les Monstres sudistes avaient limité des dégâts, à leur façon et que leur présence finirait par servir à quelque chose. Elle ne le saura jamais pour maintenant. « Allons-y. »

Les anciens tunnels du métro. Fermés par ci, condamnés par là, il n'existe personne dans cette ville qui en connaisse la totalité. On a creusé New York par dessous, créant des centaines de passages connectés ou non jusqu'à voir poindre des légendes urbaines. Venecia les a étudié, une petite passion qu'elle se réservait pendant ses heures perdues, seule chez elle. « Tu as entendu parler du peuple taupe ? » N'est-elle pas son mentor après tout ? « Tu es un peu jeune pour ça, au pire on les aura évoqué peut-être. Dans les années 1900 c'était encore du domaine de la légende, on ne pensait pas que tant de personnes pouvaient se terrer sans plus jamais voir la lumière du jour. Il aura fallut un attentat en 92 pour les dévoiler. »

Machinalement elle longe le bitume, lampe à la main cherchant un indice dans les kilos de poussière accumulée au sol et poursuit. « Une trentaine de niveaux sous terrains, peuplés d'anciens mafieux de junkies, de marginaux ou d'anciens du Vietnam. Des disparus de tous les genre, ravitaillés par quelques uns seulement. L'insalubrité, les rats, les maladies faisaient qu'on ne les cherchait pas vraiment mais quelques reportages et ouvrages les ont dévoilés. On estima leur nombre à plus de 30 000. De nos jours ils zonent encore mais on ne les cherche même plus, on a trop à faire pour se soucier de gens qui n'existent plus qu'en sous sol. Ils ne sont pas une menace mais ils sont là. » La jeune femme tombe enfin sur une emprunte, deux puis trois qui s'engouffrent dans un escalier donnant sur un niveau inférieur. « Je ne vais pas t'ennuyer avec cette histoire ; tout ça pour dire, je ne peux pas te certifier qu'on ne va rencontrer personne, ça grouille certainement mais ne les interpelle pas. Ils ne nous renseigneront pas. » A voix basse, elle ajoute en jetant un œil par dessus son épaule en direction de son cadet. « Ils sont invisibles et veulent demeurer ainsi. Ce qui n'est pas le cas de Cimarro. Il ne sera donc pas descendu si profondément dans le noir. »

Nouveau niveau, nouveau couloir. Des rails sans fins silencieux comme la mort. « Il reste encore un peu d'électricité à ce stade, ça pourrait être un chemin intéressant enfin, je pense. » Du flair elle en a toujours eu et cet espèce de courant qui galope sur son dos lui indique une bonne intuition. Ça doit mener quelque part, à un endroit stratégique. « Il est pas tombé ici par hasard, ce n'est pas seulement une planque... » Non, mais alors quoi sinon ? Plus ils avancent et plus il flotte dans l'atmosphère un parfum désagréable.
Derrière eux, dans le noir quelque chose couine et galope. Ou quelqu'un, rapide. A moins que ce soit un rat... O'Donnell inspire longuement, plonge à nouveau le faisceau de la lampe dans les ténèbres du tunnel. On entend de l'eau quelque part, sans doute une dérivation, un raccourci menant aux égouts pour les employés concernés. Les égouts c'était donc ça l'odeur... les égouts et leurs bouches dispersées partout en ville... La flic jette un regard entendu à son collègue. Et si c'était ça, la solution ?  

©️ Jason L.

---------------------------------------------------------------------------



« I say "MOVE", You move. I say "STOP", You stop.  »

Voir le profil de l'utilisateur
Policiers
avatar
Caleb Reed
Informations
AVATAR : Jensen Ackles

DC : Ézéchiel

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Je sais ce que tu penses : « C'est six fois qu'il a tiré ou c'est cinq seulement ? ». Si tu veux savoir, dans tout ce bordel, j'ai pas très bien compté non plus. Mais c'est un Magnum .44, le plus puissant soufflant qu'il y ait au monde, un calibre à vous arracher toute la cervelle. Tu dois te poser qu'une question : « Est-ce que je tente ma chance ? ». Vas-y, tu la tentes ou pas ?

Cet engin raffiné est un Magnum 44 automatique. Redoutable. Correctement utilisé, il efface un homme et ses empreintes digitales aussi.
CRÉDITS : Fish

MESSAGES : 127

Date d'inscription : 19/08/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 25 ans
CAMP: Adhérant au Gouvernement
JE SUIS: dans l'élite, le gouvernement croit en moi


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Sam 23 Juin - 2:59

Les égouts, bien évidemment. Des milliers de kilomètres de galeries, tunnels, salles, toutes raccordées les unes aux autres, d'incessantes constructions, parfois inachevées, souvent abandonnées, parfois réhabilitées, une véritable dédale sous la ville, qui s'était bâtie dessus de générations en générations, bien malin qui pouvait prétendre s'y repérer. Ici, le temps n'avait pas de prise, sous la surface, tout était comme figé, le lent décompte des gouttes qui tombaient inlassablement, la décomposition sans fin des structures jadis érigées, le grésillement des lampes sans âge, de temps en temps, l'écho lointain d'un métro souterrain brisait la platitude de cette étrange litanie, comme pour rappeler que la vie n'était pas si loin. On pouvait tout imaginer sur les sous sols de la ville, sans jamais vraiment rien savoir. La puanteur, omniprésente, tapissait l'atmosphère de remugles peu ragoûtantes, des odeurs tellement denses, par endroit, qu'on les aurait cru douées de consistance.

Ils avançaient depuis presque une heure, suivant les rails d'une ancienne ligne de métro, inspectant les environs à la recherche d'une issue de secours, d'une galerie d'entretien, d'un endroit qui semblerait plus usité que les autres, preuve d'un récent passage, ou d'une utilisation. Si Cimarro avait décidé de passer inaperçu, c'était l'endroit rêvé, personne ne venait jamais dans ces galeries oubliées, à moins d'avoir une bonne raison, et un excellent sens de l'orientation. Une fois, il avait entendu l'histoire de deux gamins qui s'étaient aventurés là dessous, le premier s'était cassé la jambe en tombant dans un trou, l'autre était parti chercher du secours. Ce dernier s'était perdu, et les deux étaient morts, on ne les avait retrouvé que deux semaines plus tard. Du moins, ce qu'avaient laissé les créatures des lieux. Facile donc d'y laisser des plumes. Mais les deux flics n'étaient plus des gosses, ils restaient sur leurs gardes, parce que ce genre de gibier ne faisait pas de cadeau, d'autant plus qu'il avait un avantage certain : la connaissance des lieux.

"Attends Venecia, regardes un peu ça. Ils avaient suivi les rails, mais pas seulement, le réseau électrique surtout. La ville laissait tout en plan quand elle abandonnait des tunnels, et un gars pas trop branque était capable d'exploiter un peu du potentiel de l'endroit, de bidouiller pour en tirer de l’énergie, et ça, ça se remarquait pour qui savait prêter attention à ce genre de détails. "Par là, ça diminue en intensité, mais on a placé un raccord ici, rien d'anormal du coup. Celui qui a bidouillé la dérivation souhaitait envoyer du jus par là, ce qui file devant n'est qu'un reliquat sur une ligne mal débranchée, regarde, plus de lumière à 100 mètres. Si on suit la lumière, on file le bon chemin. Le problème, c'est qu'on a pas encore rencontré de surprises, ou alors ce type aime marcher, ou il nous balade. Faudrait encore qu'il sache qu'on le file. Alors, t'en dis quoi, on tente par là ?

---------------------------------------------------------------------------
Image

Voir le profil de l'utilisateur
Venecia
avatar
Venecia O'Donnell
Informations
AVATAR : Michelle Rodriguez

DC : Lecter

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : Moi même

MESSAGES : 91

Date d'inscription : 06/10/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 35 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Sam 23 Juin - 17:02

" La chasse au Géant "


L'heure tourne, les minutes filent comme eux à travers ces galeries et ces les bandes de béton. Ça n'a pas de fin, pas de but, ça peut déboucher partout. L'atmosphère des égouts est difficile à supporter à la longue, Venecia commence à cuire sous son blouson, sent sa peau devenir moite. Elle a félicité Caleb pour sa remarque et les voilà à longer les murs, à suivre un réseau câblé comme un foutu jeu de piste. La flic n'aime pas ça, la sensation d'être promenée au grès des envies d'un type aussi louche que l'endroit où ils évoluent.

D'un mouvement de sa lampe la brune indique une porte en métal, elle semble avoir connu des jours meilleurs et intimant le silence d'un doigt posé sur ses lèvres, elle se glisse dans l’entrebâillement. Pour le moment elle est aussi sa supérieure, aussi passe-t-elle devant. Naturellement, au cas ou.
Sous leurs yeux une grande pièce éclairée de néons fatigués, un glouglou régulier dans des cuves et des tuyaux. La jeune femme se penche, lorgne les bassins jusqu'à dégoter une information utile. Danger, contenu toxique, inflammable... elle lève la tête sur la tuyauterie. Entretenue, c'est donc en usage. « On dirait une micro-station de traitement des eaux ou quelque chose du genre. On doit se trouver sous une petite usine. »
Ce qui très logiquement mène à la surface et dans un lieu guère trop populeux. Idéal pour la montagne Cubaine. « Caleb... là. » Contre un mur du matériel varié. Pneus, fer ou bois et même des outils mais rien n'indique ce que le géant peut en faire. C'est comme prêt à prendre.

« Lieutenant O'Donnell. »

Volte face, arme au poing. Elle s'est figée. Comment ont ils fait pour ne pas l'entendre ou même deviner sa présence ? L'homme campe sagement en haut de cinq ou six marches d'un escalier, mains dans les poches d'un long manteau. Dans les souvenirs de Venecia, Cimarro avait une sorte d'aura, quelque chose de vivant. Celui qui se tient là semble assombrit. Cependant aucun doute ne pourrait subsister concernant son identité. Il est plus impressionnant encore qu'autrefois, on dirait un ours... on très gros ours et pas en peluche pour le coup.

« Cimarro... vous êtes donc bien vivant. » Elle abaisse son flingue lorsqu'il lui montre ses mains vides sans avoir besoin de sommation. L'autre hausse ses larges épaules, la mine sombre, toute trace de joie comme tuée et enterrée quelque part.
« Je vous retourne la constatation. Bizarre mais je suis disons... rassuré de vous savoir en forme. » Silencieusement il détaille le plus jeune à ses côtés, esquisse un demi sourire. « Et pas seule. C'est mieux pour bosser... »
Venecia sent l'amertume lui envahir la bouche. « Vous ignorez où il est n'est-ce pas ? » Zachary, bien sûr.
« Aucune trace. Je suis navré, je ne peux pas vous aider. Vivant ou mort, je saurai le dire. » l'Homme descend, tranquille et aucune menace dans sa démarche ou même le ton grave de sa voix. Les yeux dans le vague, il laisse seulement tomber. « Il vous aimait bien vous savez... Lecter. »

Traversée d'un frisson glacial la brune se raidit, elle n'avait pas cette certitude seulement un doute au pire. Parce qu'il ne l'avait jamais ennuyée même de loin. Elle avale presque de travers, s'éclaircit la gorge avant de poursuivre. « Comment ça ? »
« Les bons flics sont rares à New York... qu'il disait. » Un rire jaune, il secoue la tête. Non, il ne comprenait pas son patron et ne comprenait pas son attachement bizarre pour certaines personnes. « Sans doute pour ça qu'il vous a évité la mort, je crois. » Et la surprise qui peint les traits d'O'Donnell le fait poursuivre son explication non sans une certaine mélancolie. « Je n'ai rien contre vous, je n'ai usé de la force que par logique dans l'action mais je ne me suis pas penché sur votre sort ce jour là je l'avoue. C'est Jason qui vous a évité de vous noyer dans votre sang. Il a pris quelques instants pour s'assurer que la faucheuse ne vous embarque pas trop tôt... »

Savoir qu'on doit sa survie à un taré, c'est bien difficile à croire et pas simple à encaisser. Venecia sent ses mains se serrer nerveusement sur son arme qu'elle laisse pourtant baissée. Dans l'air flotte un sentiment de danger bancal. Parce que Cimarro EST un putain de danger mais qu'il ne semble pas vouloir leur porter atteinte. Pour combien de temps encore c'est impossible à dire.

« Que comptez vous faire désormais ? » Demande-t-elle.
« Honnêtement ? Je ne sais pas. L'avenir le dira mais je ne constitue pas une menace pour la ville si ça peut vous rassurer. Je n'ai aucun dessein mortel, pas l'intention de m'en prendre à la population non plus. »

Oui... mais pour combien de temps ?
La question tourne en boucle... c'est infernal. Que faire ? Que faire bon sang ?

©️ Jason L.

---------------------------------------------------------------------------



« I say "MOVE", You move. I say "STOP", You stop.  »

Voir le profil de l'utilisateur
Policiers
avatar
Caleb Reed
Informations
AVATAR : Jensen Ackles

DC : Ézéchiel

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Je sais ce que tu penses : « C'est six fois qu'il a tiré ou c'est cinq seulement ? ». Si tu veux savoir, dans tout ce bordel, j'ai pas très bien compté non plus. Mais c'est un Magnum .44, le plus puissant soufflant qu'il y ait au monde, un calibre à vous arracher toute la cervelle. Tu dois te poser qu'une question : « Est-ce que je tente ma chance ? ». Vas-y, tu la tentes ou pas ?

Cet engin raffiné est un Magnum 44 automatique. Redoutable. Correctement utilisé, il efface un homme et ses empreintes digitales aussi.
CRÉDITS : Fish

MESSAGES : 127

Date d'inscription : 19/08/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 25 ans
CAMP: Adhérant au Gouvernement
JE SUIS: dans l'élite, le gouvernement croit en moi


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Sam 23 Juin - 22:17

Pour une surprise, quelle surprise. De taille. Le géant les toisait tranquillement du haut de ses marches, paisible, presque placide. Une montagne silencieuse, c'est la comparaison qu'il se fit sur le moment. Et, pour l'heure, pacifique. Simple déduction basée sur la logique la plus élémentaire : ils l'avaient suivi, il le savait, puisqu'il avait pris le temps de les attendre, et s'il l'avait voulu, il lui aurait suffit d'un simple fusil à pompes pour les cueillir à la volée, et personne ne les aurait jamais retrouvé. Il avait l'avantage du terrain, celui de la surprise, et certainement un longue expérience du combat. Un adversaire à ne surtout pas sous-estimer. Le genre d'erreur fatale, souvent la dernière.

Alors voilà le type qui avait failli tuer sa partenaire d'un coup de poing. Intéressant, maintenant qu'il le jaugeait, Caleb voulait bien croire la chose possible. Il ne ressemblait pas aux gars qu'il avait l'habitude de castagner, il en avait vu de plus gros, de plus costauds, mais pas de plus imposants. Il émanait de cet homme la tranquille assurance du combattant aguerri, le vétéran qui pouvait compter et sur la force brute, et sur la façon idoine de s'en servir. Oh comme il aurait bien aimé l'avoir pour lui sur un ring, juste pour savoir. Même s'il pensait déjà connaître l'issue, une partie de lui, la tête brûlée, mourrait d'envie d'essayer, parce qu'on ne rencontrait ce genre de type qu'une ou deux fois dans une vie, et si on avait la chance de les battre, alors on emportait avec eux une part de leur puissance, un peu comme les anciens guerriers Maya qui pensaient que manger des morceaux de leurs adversaires leur conféraient certains de leurs talents. Un jour, s'il avait la chance d'arriver jusque là, il espérait pouvoir tenter le coup. Mais pour l'heure, son meilleur atout résidait dans son arme, ce qui n'était guère fair-play, mais diablement plus efficace.

Il posa la main sur la crosse, paré à dégainer si besoin, mais sans le faire. Pour le moment. Juste pour envoyer un message. Je suis prêt. Officiellement, l'homme n'encourrait aucune poursuite, parce que pas de témoins, pas de plaintes, tout le monde le connaissait pour ses accointances avec Lecter, mais il n'y avait pas de mandat d'amenée, à sa connaissance, concernant Cimarro. Et comme ce dernier venait de le souligner, il se tenait tranquille. Il leur faudrait un flagrant délit pour le forcer à se rendre, si Venecia en donnait l'ordre, cela même suffirait. Elle était son supérieur direct, et il ne pouvait rien tenter sans son feu vert. D'autant plus qu'elle semblait concentrée sur leur échange, à propos de Lecter, de l'attentat au commissariat, entre autre. Et aussi au sujet de son précédent partenaire, Zachary Gaunt. Caleb en avait entendu parler à demi mot, plus comme des rumeurs surprises au détour des couloirs. Le flic ne semblait pas vraiment intègre, difficile de dire à quel râtelier il bouffait, mais apparemment pas mal. En apprendre un peu plus à ce sujet était une opportunité de mieux cerner le personnage haut en couleurs. Pour l'heure, l'autre semblait d'humeur à causer, et Venecia à écouter. Il vint se poster derrière elle, en décalé pour conserver une ligne de mire dégagée, et hasarda :

"Je veux bien vous croire, pour ce qui est de la menace, mais alors, pourquoi revenir ?. Qu'est ce qui peut vous pousser à rôder dans le coin, en prenant autant de précautions. Les citoyens modèles ne se baladent pas sous la ville pour passer inaperçus, pas vrai ?. Hameçon lancé, restait à voir si ça allait mordre.

---------------------------------------------------------------------------
Image

Voir le profil de l'utilisateur
Venecia
avatar
Venecia O'Donnell
Informations
AVATAR : Michelle Rodriguez

DC : Lecter

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : Moi même

MESSAGES : 91

Date d'inscription : 06/10/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 35 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Dim 24 Juin - 18:32

" La chasse au Géant "


Elle sent Caleb faire un pas derrière elle, le laisse poser une question légitime et loin d'être creuse. Son jeune collègue commence a prendre ses marques comme il se doit, sans bravade et sans faire le malin. La flic sait par expérience qu'il existe des personnes face auxquelles on doit conserver un certain respect, même les pires criminels. Alonso Cimarro en est un très bon exemple encore car il reste envisageable de discuter sans que cela s'achève par un affrontement automatique.
Le regard du géant quitte Venecia, accroche celui de Caleb. « Effectivement, je préfère seulement ne pas me faire remarquer. Disons que je trouve la tranquillité où je peux. » Puis l'homme hausse une nouvelle fois les épaules. « Je n'ai pas pu me résoudre à partir. J'avoue, ça aurait été plus simple sans doute. Mais non, je reste. Sans trop savoir pourquoi... »

Elle peut comprendre, qu'il a perdu beaucoup et n'en fasse pas le deuil. Lecter, Burton, les autres... des habitudes, une vie réglée comme une horloge folle. Comment faire table rase et seulement s'en aller après tellement d'années ? Repartir de zéro n'est pas donné à tout le monde. Cimarro jette un œil à sa montre, soupire pour lui même et annonce : « L'heure tourne, je ne peux pas m'attarder certains accès ferment à certaines heures mais je ne vous apprend rien n'est-ce pas ? »

Certes, puisque la police doit garder les-dits accès. O'Donnell doit cependant préciser un détail. « Vous vous doutez bien que je ne peux pas me contenter de vous laisser partir Cimarro. Vous n'êtes pas déclaré mort... » Mais recherché si. Pas de grande recherches non mais sa plaque et ce qu'elle représente ne peuvent pas se contenter de tourner les talons. Pas que ça enchante la flic brune loin de là. S'il faut en venir aux mains avec lui -ce qui n'était déjà pas de la tarte avant- ils risquent de passer un mauvais quart d'heure. Les flingues ça aide, c'est un fait mais comment tire-t-on sur un colosse ayant vécu toutes ses journées avec un malade sur les talons ? Ce n'était pas un secret que Lecter fusillait ses hommes et O'Donnell est persuadée que le Cubain a déjà mangé du plomb de la part de son patron. La menace qu'importe son origine ou son genre, ce doit être son pain quotidien depuis des années.

Aussi esquisse-t-il un sourire, hochant la tête. « Je le sais. Ne pas être une menace maintenant ne dit pas que je ne puisse plus en être une n'est-ce pas ? » Touché. « Je n'ai rien contre vous, donc je vais vous laisser une chance de survie et par la même vous donner de quoi effacer toute forme de manquement à votre devoir. »

Venecia resserre les doigts sur son arme, sent l'air s'alourdir d'un coup comme lorsque pointe un orage. Il n'a pas encore bougé un cil et là, pourtant il représente un danger. Le temps d'une inspiration, sa main a filé à l'intérieur de son manteau et réapparaît avec une grenade étrange, peinte en rouge vif. « Si j'ai appris une chose de ce foutu clown c'est de ne jamais sortir sans une babiole. Ça peut te sortir d'un mauvais pas qu'il disait. Ce truc était de sa fabrication... A votre place, je commencerai à courir. »

La goupille saute, Venecia bondit sur Caleb et l'empoigne par la manche de sa veste. « Cours ! » Lui hurle-t-elle en le poussant devant elle. Ça a fait tilt dans son cerveau, les grenades rouges Lecter les balançait quand il voulait dégager le terrain pendant un braquage. Elles ont une grande portée. S'ils ne foutent pas le camp en vitesse ils vont finir enterrés dans les égouts. On a vu plus glamour comme fin ! Les secondes défilent, elle a vu le Cubain laisser tomber la grenade, ça ne va plus durer. Le bitume sur lequel ils courent d'un côté, la flotte qui courre de l'autre, il faut s'éloigner encore.

Pas le temps...

La déflagration résonne comme le hurlement d'un énorme monstre arraché à son sommeil, le sol tremble, un souffle brûlant galope derrière eux encore plus vite. Trop vite. O'Donnell se sent propulsée, perdant toute notion d'espace sous l'effet du choc. Les tympans vibrent, elle a protégé sa tête d'un mouvement réflexe en l'entourant de ses bras. Les canalisations d'eau courante ont craqué au dessus, formant un nouveau courant qui mêlé à celui des égouts déborde et emporte en grosse vague vers une destination inconnue. Sonnée, Venecia parvient tout de même à sortir la tête, oublie de nager à contre sens dans cette coulée furieuse et s'accroche par chance à un morceau de métal. « Reed ! » Le bruit de l'eau couvre sa voix, elle appelle plusieurs fois et n'obtient pas la moindre réponse, toujours fermement agrippée à sa place et noyée par intermittence.
Peu à peu le niveau baisse, le courant se calme et seulement là, la jeune femme parvient à se hisser en toussant sur le rebord. Impossible de savoir exactement où elle se trouve, elle se traîne pour l'instant. Ignorant la douleur cuisante de ses côtés elle se redresse lentement, trempée et exténuée par sa lutte contre un élément déchaîné mais surtout inquiète. « REED !! » Son blouson pèse une tonne, elle le laisse tomber et se félicite d'avoir eu la présence d'esprit de ranger son arme à sa ceinture en courant. Pour le moment cela dit, elle s'en moque. « CALEB !! » Mais seul l'écho de sa voix lui répond. Ça lui noue la gorge, ça la démoli rien que d'y penser. Non pas ça, pas possible ! Pas comme ça ! T'as pas le droit ! Rageusement elle balance son poing dans le premier mur à porté, tête baissée elle le crie une fois encore et sans aucune larme, sans voix se brise pourtant sur un sanglot.

©️ Jason L.

---------------------------------------------------------------------------



« I say "MOVE", You move. I say "STOP", You stop.  »

Voir le profil de l'utilisateur
Policiers
avatar
Caleb Reed
Informations
AVATAR : Jensen Ackles

DC : Ézéchiel

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Je sais ce que tu penses : « C'est six fois qu'il a tiré ou c'est cinq seulement ? ». Si tu veux savoir, dans tout ce bordel, j'ai pas très bien compté non plus. Mais c'est un Magnum .44, le plus puissant soufflant qu'il y ait au monde, un calibre à vous arracher toute la cervelle. Tu dois te poser qu'une question : « Est-ce que je tente ma chance ? ». Vas-y, tu la tentes ou pas ?

Cet engin raffiné est un Magnum 44 automatique. Redoutable. Correctement utilisé, il efface un homme et ses empreintes digitales aussi.
CRÉDITS : Fish

MESSAGES : 127

Date d'inscription : 19/08/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 25 ans
CAMP: Adhérant au Gouvernement
JE SUIS: dans l'élite, le gouvernement croit en moi


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Lun 25 Juin - 17:39

Caleb avait observé l'échange avec attention, essayant par là même de découvrir des informations dans le discours de Cimaro, c'était l'une des leçons du jour : comment gérer une confrontation avec un criminel de cette envergure et tenter d'en savoir plus, un jeu du chat et de la souris en inversant les rôles très rapidement. Et Venecia -non qu'il en douta le moindrement- était salement balèze à ce jeu là aussi. L'expérience de cette femme avait de quoi faire pâlir d'envie, et faire frissonner aussi, à imaginer ce qu'elle avait du vivre en tant que flic. La seconde leçon, c'était de ne pas se laisser gagner par la soif de connaissance, parce qu'on en oubliait facilement le reste, comme de garder à l’œil son adversaire, qui, s'il semblait enclin à discourir courtoisement, n'en restait pas moins et avant toute chose, un homme dangereux. Avec une putain de grenade. Il était trop tard pour agir, à peine le temps de réagir. Il se sent entraîné par la manche, sa partenaire a déjà bondi et file à toute jambe pour les mettre hors de portée. Mince espoir, mais les nerfs ne répondent plus qu'à la fuite, abdiquant toute logique. On ne court jamais plus vite qu'une explosion, on ne fuyait pas une onde de choc, la meilleure chance c'était de se coucher ventre à terre pour minimiser les dégâts, mais il était trop tard. Peut être qu'il était déjà trop tard quand ils décidaient de discuter avec lui, il avait déjà tout planifier. S'ils s'en sortaient, Caleb saurait s'en souvenir, ne plus laisser de coup d'avance à quiconque.

Le barouf est digne d'une cataclysme biblique, encore amplifié par l'espace restreint dans le quel ils courent, et Caleb se sent projeté, entouré d'une vague de chaleur intense, décollé comme un vulgaire fétus de paille. Il effectua un vol plané avant de s'écraser contre un mur, tellement sonné qu'il n'entendit pas l'explosion des canalisations au dessus de lui. Après le feu, l'eau, croupie, au goût métallique, rouille liquide et stagnante, ou sous pression, et c'est un mur d'eau qui l'engouffre et l'entraîne au loin. Loin de Venecia. Si loin. Il l'a complètement perdu de vue dans le maelström des éléments déchaînés, et se demande, espère, qu'elle s'en soit sortie. Il en doit déjà une à Cimaro, mais si elle y est restée, alors il n'y aura aucun foutu pays, aucun putain d’égout assez profond pour qu'il se sente jamais plus en sécurité. La vague finit par l'envoyer contre une grille, ce qui l'empêche de continuer sa séance de natation. Place à la plongée, il retient tant bien que mal sa respiration tandis que les flots, intarissables, le plaquent contre les barreaux. Au bout de ce qui lui sembla une éternité, il sentit la force de l'eau diminuer, son niveau refluer, ses poumons brûlaient et il avala une goulée d'air fétide en toussant comme un tuberculeux, avalant quelques gorgées malsaines, et finit par s'évanouir. Sa dernière pensée fut pour elle.

---------------------------------------------------------------------------
Image

Voir le profil de l'utilisateur
Venecia
avatar
Venecia O'Donnell
Informations
AVATAR : Michelle Rodriguez

DC : Lecter

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : Moi même

MESSAGES : 91

Date d'inscription : 06/10/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 35 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Lun 25 Juin - 23:31

" La chasse au Géant "


Mais où peut-il être ? Depuis combien de temps sont-ils séparés ? O'Donnell grimace et pousse ses jambes à avancer, encore et encore sur le béton trempé. La luminosité n'est pas excellente pour des recherches, la jeune femme manque de tomber plusieurs fois en se prenant les pieds dans des débris. Considérant le sens du courant elle le suit sans ralentir, cherchant le moindre signe de vie, tentant de l'appeler une fois encore mais le silence reste seul maître des lieux et l'angoisse la dévore de plus belle.

Une grille fait barrage sur le chemin, elle fouille les environs du regard, distingue une masse qui flotte mais ne bouge pas. Non ! Non non et non ! Venecia bondit de nouveau dans l'eau qui ne lui arrive plus qu'à la taille mais qui ne fera aucun cadeau à Reed s'il continue à naviguer dedans côté face. Difficilement, elle parvient à le hisser sur le bord, cherche un signe de vie quelconque jusqu'à réaliser qu'il ne respire pas. Plus vite encore qu'elle l'a extirpé de la flotte, elle entame un bouche à bouche  qu'elle sait assez expérimenté pour l'avoir déjà pratiqué avec succès. « Putain si tu claques dans les égouts je te tue !! » Il n'a pas le droit ! Il doit revenir tout de suite !

Pour la jeune femme le temps qui s'écoule est interminable, jusqu'à sentir enfin un mouvement du corps sous ses mains. Aussitôt elle le bascule sur le côté, lui laisse le temps de cracher le bouillon infâme dans lequel ils ont pataugé trop longtemps. Épuisée, soulagée et avec l'impression d'être passée sous des roues en plus la brune s'écroulerait presque. Mais elle ne peut pas, pas tout de suite. Avec précaution elle se décale, fait reposer la tête de son coéquipier sur ses genoux pour le relever un tant soit peu et caresse distraitement ses cheveux. « Me refais jamais ça t'entends ? Bon dieu... » Sa voix sonne plus rauque d'avoir tellement hurlé. « Comment tu te sens ? » Qu'il n'espère pas bouger outre mesure si elle suspecte la moindre blessure pouvant entraîner un drame. Les doigts glissés sous son menton Venecia lui relève la tête, cherche à examiner ses pupilles. Ils sont vivants, Cimarro les aurait tué pour de bon s'il ne les avait pas encouragé à filer. Dix secondes de moins et ils auraient fini estropiés au mieux, en charpie au pire. Elle suppose même que l'homme ne s'attendait pas à de tels dégâts et qu'il doit avoir été bousculé de son côté. Lecter avait le chic pour surprendre c'est connu.

« Peut-être une commotion, j'suis pas médecin mais ça ne ressemble pas à un trauma. Reste tranquille, ne te lève pas encore. » Téléphone en main, elle cherche à les localiser un minimum grâce à une application gps réservée aux forces de l'ordre. Heureusement que leur matériel est étanche et qu'elle prend soin de tout foutre dans des poches fermées sans ça elle l'aurait perdu. Ça ne capte pas très bien et le chargement est long à répondre mais tant pis, elle pose l'appareil près d'elle et attend qu'il daigne se manifester. Les ecchymoses commencent à colorer ses bras, ses épaules et elle ne veut pas imaginer le tableau lorsqu'elle enlèvera son débardeur. Pensive, elle laisse une nouvelle fois glisser sa main sur le front puis les cheveux humides de Reed, avant de soupirer d'un air entendu. « On aura pas volé une douche... et un rappel anti-tétanique... » au moins par précaution.        

©️ Jason L.

---------------------------------------------------------------------------



« I say "MOVE", You move. I say "STOP", You stop.  »

Voir le profil de l'utilisateur
Policiers
avatar
Caleb Reed
Informations
AVATAR : Jensen Ackles

DC : Ézéchiel

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Je sais ce que tu penses : « C'est six fois qu'il a tiré ou c'est cinq seulement ? ». Si tu veux savoir, dans tout ce bordel, j'ai pas très bien compté non plus. Mais c'est un Magnum .44, le plus puissant soufflant qu'il y ait au monde, un calibre à vous arracher toute la cervelle. Tu dois te poser qu'une question : « Est-ce que je tente ma chance ? ». Vas-y, tu la tentes ou pas ?

Cet engin raffiné est un Magnum 44 automatique. Redoutable. Correctement utilisé, il efface un homme et ses empreintes digitales aussi.
CRÉDITS : Fish

MESSAGES : 127

Date d'inscription : 19/08/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 25 ans
CAMP: Adhérant au Gouvernement
JE SUIS: dans l'élite, le gouvernement croit en moi


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Mar 26 Juin - 15:36

Il revenait douloureusement à lui. Une explosion, une noyade, pas mal pour une matinée de boulot, mais ça promettait pour l'après midi. Il avait du mal à croire qu'il avait survécu, le bourdonnement dans ses oreilles, le feu dans ses poumons, oui il était en train de dérouiller comme rarement auparavant, et ce n'était que le début, juste les sensations les plus perceptibles. A la fin de la journée, il découvrirait certainement tout un tas de désagréments supplémentaires. Un instant, il crut qu'il y été resté, puis il ouvrit un œil. Dans toute la crasse de ce bourbier, il avait imaginé sentir les lèvres de Venecia, la seule chose agréable dans cet enfer fangeux, mais ce n'était pas possible. Ensuite, il avait soulevé une paupière lourde, et entrevu son visage, couvert de crasse, rongé d'inquiétude, mais tellement beau. Voilà qu'il délirait. Ou alors, elle était morte aussi ?. Un ange ?. Il pouvait poser la question, si c'était bien Venecia, il récolterait une baffe, mais il n'avait pas tellement envie, là, sur le coup, assez de souffrance pour l'heure, inutile d'en ajouter.

Au bout de quelques instants, il émergea à nouveau, sentit sa tête relevée, et en regardant, hagard, autour de lui, il comprit qu'elle était posée sur les genoux de sa partenaire. En d'autres occasions, il en aurait rêvé, mais là, le seul soulagement qu'il ressentait, c'était de la savoir en vie, et ça lui suffisait. "Je me sens...vaseux, j'ai mal à peu près partout, je suis trempé, et je pue, beaucoup. Ou alors c'est toi ?" Il trouva la force de lui sourire, espérant secrètement qu'elle n'allait pas le noyer à nouveau et faire passer ça pour un suicide. La scène lui revint en mémoire, tandis qu'il faisait jouer ses muscles pour évaluer les dégâts. Cimarro et sa foutue grenade, quel merdier. Il espérait que l'autre cinglé en avait aussi mangé pour sa dose, parce que la prochaine fois, sinon, il serait tenté de lui flinguer les rotules avant de lui lire ses droits. Après une rapide inspection, rien ne manquait, tout avait l'air fonctionnel, restait à essayer de se relever, là il saurait si oui ou non il était commotionné. "Et toi, O'Donnel, tu vas bien ? On dirait, mieux que moi, je suis prêt à le parier. Je suis bien installé, mais bon, c'est pas vraiment l'endroit, même si la vue est agréable. Il se redressa, en grognant, et se massa la nuque, il était contusionné de partout, pas de doute, et il sentit un léger vertige lui monter au crâne quand il se remit sur pied.

Merci Venecia, pour m'avoir sauvé de cette merde. Rhaaaa, l'enfoiré de cubain, la prochaine fois que je le croise, je te propose qu'on tire d'abord et qu'on pose les questions ensuite, il est vraiment rusé l'animal. Au moins, on sait ce qu'on chasse maintenant". Sa plaisanterie n'avait pas tant pour but de la faire rire que de lui montrer qu'elle n'avait plus à s'inquiéter, il était debout, trempé, crados, blessé, mais capable de sortir d'ici et de survivre à cette épreuve. Et qu'il ne la lâcherait pas, ni maintenant, ni demain.

---------------------------------------------------------------------------
Image

Voir le profil de l'utilisateur
Venecia
avatar
Venecia O'Donnell
Informations
AVATAR : Michelle Rodriguez

DC : Lecter

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : Moi même

MESSAGES : 91

Date d'inscription : 06/10/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 35 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Mar 26 Juin - 23:00

" La chasse au Géant "


« T'es con... » qu'il en rit maintenant, c'était beaucoup moins amusant dix minutes plus tôt. Elle jette un regard à son téléphone qui affiche enfin une réponse et le laisse se relever doucement, l'accompagnant même pour éviter qu'il retombe en cas de vertige. « Je vais bien, seulement deux côtes cassées je pense. » Banal en somme, elle en a vu d'autres. « Je vais ressembler à un drôle de tableau d'ici quelques heures mais à part ça ça va. » Un sourire, histoire de le rassurer pour de bon. Oui le Cubain, il ne doit pas s'en être sorti tout beau tout propre non plus. Quant à la prochaine fois, O'Donnell soupire. « On ne peut rien prévoir avec eux, on verra bien. »

Elle tape un message, cherche du regard une porte de sortie ou quelque chose s'approchant d'une issue. « J'ai envoyé nos coordonnées à Don, il faut qu'on sorte maintenant. Près de la grille je crois qu'il y a une échelle. » Venecia n'a pas rêvé, effectivement il y a bien une issue mais il va falloir grimper un bon moment et pas mal de barreaux. Tant pis, à ce stade c'est encore le plus sympa dans cette journée... Et encore elle n'est pas finie.

* * *

Don les trouva à quelques centaines de mètres de l'emplacement que la jeune femme avait envoyé. Aucune remarque sur leur dégaine, il s'assura seulement qu'ils n'aient pas besoin d'un détour par l'hôpital mais comme toujours il essuya un refus sur ce point. Le temps du trajet sous la pluie toujours battante Venecia lui raconta les grandes lignes, elle ne pouvait pas garder l'information de toute manière. La nouvelle ne provoqua pas grande émotion chez le flic de carrière, il n'a jamais douté du retour de ces types et a toujours refusé de croire à leur mort. Voilà qui ne va pas les aider dans les mois à venir si les prétendus défunts reviennent à la vie. La jeune femme ne peut le contredire sur ce point... la chasse ne fait que commencer.

Home sweet home, Don promit de passer le message à plus haute autorité et de faire chercher leur voiture de fonction là où il l'avait laissée. Venecia l'aurait bien embrassé si elle avait été plus présentable mais faute de, elle se contenta d'un sourire plein de gratitude avant de filer dans le loft.
Par le garage, direction les douches de l'atelier. Hors de question de dégueulasser la salle de bain avec la crasse qu'ils ont emporté. Les vêtements sont entassés dans un panier puis porté à la machine au plus vite afin de limiter la prolifération de bactéries en tous genres. Il faudra se contenter des douches façon vestiaires mais à ce stade ce sera quand même un luxe. Croisant son reflet dans le miroir au dessus des lavabos, elle fait la grimace. « Et ben... on a belle allure tiens ! » L'étendue du choc est bien visible, écorchures, bleus, une explosion ne laisse définitivement pas sortir indemne. Ils sont vivants c'est déjà bien.

L'eau chaude, propre, quelle libération sur son corps endolori. Rien à faire on se sent tellement mieux comme ça. Lavée deux fois des pieds à la tête, la brune se rince et s'enroule dans une serviette. « Profites-en un peu encore je vais préparer un truc à manger. On a bien mérité un verre aussi, pas vrai partenaire ? » Un clin d'oeil, une main qui passe en caresse le long de son épaule et elle file rapidement à l'étage pour s'habiller un minimum. Shorty et t-shirt ce sera très bien. Direction la cuisine, quelques ingrédients nécessaires à un repas rapide mais qui saura rassasier. Une omelette fourrée tiens, comme elle préparait à ses frères.
Caleb réapparaît, elle désigne les verres pour l'instant vide. « Choisi ce que tu veux dans le bar j'ai presque terminé. Hm on va la faire soft quand même mets moi un whisky perrier. » C'est très soft ça tiens...

Autrefois, elle se serait seulement douchée et serait allée se coucher. Seule, elle n'aurait pas eu le cœur à rester debout après tant de remue-ménage, pas envie de subir le silence, de morfler en solitaire. C'est différent, elle se doit d'être là pour Reed au moins. Peut-être est-ce la première fois qu'il touche la mort de si près, qu'il voit les côtés particulièrement difficiles du boulot. Il faut aussi lui montrer que la vie ne s'arrête pas, qu'il faut savoir savourer le repos ensuite. Elle pose les assiettes, faisant en sorte qu'ils s'installent face à face de chaque côté du bar. Verre à la main, elle ose un sourire. « A notre première virée ensemble dans les égouts ! Et à notre heureuse survie. » Une pointe d'humour, ce n'est pas méchant. Et une fois les récipients entrechoqués, elle ajoute. « T'en fais pas, la prochaine fois on laissera les sous sols à Samson je suis sûre qu'il adorerait. » Pas du tout, mais tant pis elle le fera quand même !

©️ Jason L.

---------------------------------------------------------------------------



« I say "MOVE", You move. I say "STOP", You stop.  »

Voir le profil de l'utilisateur
Policiers
avatar
Caleb Reed
Informations
AVATAR : Jensen Ackles

DC : Ézéchiel

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Je sais ce que tu penses : « C'est six fois qu'il a tiré ou c'est cinq seulement ? ». Si tu veux savoir, dans tout ce bordel, j'ai pas très bien compté non plus. Mais c'est un Magnum .44, le plus puissant soufflant qu'il y ait au monde, un calibre à vous arracher toute la cervelle. Tu dois te poser qu'une question : « Est-ce que je tente ma chance ? ». Vas-y, tu la tentes ou pas ?

Cet engin raffiné est un Magnum 44 automatique. Redoutable. Correctement utilisé, il efface un homme et ses empreintes digitales aussi.
CRÉDITS : Fish

MESSAGES : 127

Date d'inscription : 19/08/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 25 ans
CAMP: Adhérant au Gouvernement
JE SUIS: dans l'élite, le gouvernement croit en moi


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Mer 27 Juin - 17:55

De retour, enfin. La route avait semblé interminable aux deux sacs poubelles endoloris, mais la douche salvatrice balaya une partie de leurs tracas. Sauf pour Caleb, qui tenta, vainement, de cacher certaine manifestation physique de ses émois, à se retrouver sous la même douche que Venecia, encore. On ne pouvait pas tout contrôler, et il n'avait aucun cran de sûreté là dessus. Après s'être séché, il enfila une de ses vieilles chemises à carreaux, élimée et maintes fois portée, et un short découpé dans un tout aussi ancien blue jean, il se sentait courbatu, épuisé, mais heureux d'être en vie. Il alla servir son verre à Venecia, improvisant tant bien que mal le mélange demandé. Il ignorait comment bien servir un verre, encore un domaine dans lequel il péchait par ignorance, c'était qu'il n'avait jamais trinqué auparavant, et ne savait pas trop comment procéder. Il remplit leurs verres à moitié avec le whisky, puis compléta avec le perrier, et tendit son verre à Venecia. Ils portèrent un toast à leur survie, et il but une bonne gorgée. Qui faillit le faire s'étouffer, à nouveau. Une journée, deux noyades, chapeau l'artiste. Il toussa, s'essuya les lèvres d'un revers de la main, et commença à sentir seulement le goût dans sa bouche, et la chaleur dans son corps. Pas désagréable comme sensation. Il commença à se détendre une fois son verre fini, et se laissa aller dans le canapé, tandis que Venecia le couvait d'un œil amusé. On aurait dit que le verre n'avait pas les mêmes effets sur elle, mais il n'aurait pas su dire pourquoi. Il repensa à la journée, et à ce qui avait failli leur être fatal, il revit leur confrontation, proche d'un duel verbal, et la façon dont elle avait cuisiné le géant sans en avoir l'air. Au demeurant, s'il ne leur avait pas grenadé la tête, on pouvait dire qu'il s'était montré pour le moins coopératif. Comme quelqu'un qui n'avait rien à se reprocher, ou alors qui n'avait pas grand chose à faire des conséquences. Il était perdu dans ses pensées, quand Venecia le resservit, en souriant, sans chercher à l'interrompre dans son état second, il était dans du coton. Le second verre lui fit sourire, mais il ne savait pas pourquoi, était ce leur chance d'être encore de ce monde ? ou de pouvoir apprécier un peu de compagnie après une journée éprouvante ? Difficile à dire, mais il s'en foutait un peu sur le moment.

---------------------------------------------------------------------------
Image

Voir le profil de l'utilisateur
Venecia
avatar
Venecia O'Donnell
Informations
AVATAR : Michelle Rodriguez

DC : Lecter

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : Moi même

MESSAGES : 91

Date d'inscription : 06/10/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 35 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Mer 27 Juin - 19:19

" La chasse au Géant "


Il a l'air tellement fatigué, pensif aussi. La jeune femme ne lui fait aucune remarque quand il manque de s'étrangler dans son verre et d'ailleurs elle ne songe pas une seule seconde qu'il n'ait jamais bu de sa vie. C'est un jeune homme, quel gamin n'a pas fait ce genre de choses ? Le voyant partir dans le canapé, la brune roule des yeux sans mécontentement, plutôt amusée et emporte donc son assiette sur la table basse. Qu'il mange là et qu'il reprenne un verre après tout, ils ont le reste de la journée pour eux. Enfin ce qui reste d'eux et de leur forme.

Venecia aura mangé sans traîner comme à son habitude et une fois la vaisselle rangée dans la machine, elle se pose enfin à son tour sur le divan. Ayant pris soin d'emporter la bouteille et le nécessaire pour les verres suivants. Cendrier et cigarettes en plus, elle se laisse aller contre le dossier en grimaçant légèrement. Le temps de lever son t-shirt, elle examine ses côtes du regard et du bout des doigts. La palette de couleurs qui s'étend sur cette zone veut tout dire, elle pensera à un bon bandage pour le lendemain. Pas grave, elle gobe une nouvelle gorgée qui fera autant d'effet qu'un aspirine pour le coup. « Tu as l'air lessivé. » Lâche-t-elle, un sourire aux lèvres. Complètement ramolli plutôt. Est-ce l'alcool ou une foutue envie de détendre l'atmosphère après avoir frôlé la mort elle ne saurait le dire, besoin de se sentir un peu vivante, de s'amuser sinon ? Elle pose son verre vide, écrase sa cigarette et glissant, le pousse doucement sur le canapé pour l'allonger, chose faite elle s'installe assise sur son bassin. « Ok tu n'as pas l'air décidé à bavarder donc... »

Donc ? Lueur de provocation dans ses yeux sombres, elle a tout sauf  envie de faire le poisson mort. Oui mais il n'a tellement pas l'air dans son assiette. « Fini ton verre. » Glisse-t-elle et une fois l'ordre accomplit elle le débarrasse. Avec les mains libres c'est plus équitable avouez. Bien, maintenant elle espère qu'il s'agite un peu ou qu'il ait l'air plus enjoué en tout cas. « Tu comptes rester là en mode zombie ou alors tu comptes te bouger un peu ? » Sourire qui en dit long, les doigts affairés à un déboutonnage de chemise en bonne et due forme elle attend une réaction, compte mentalement les secondes. Tellement sage Caleb Reed, il lui a bien avoué un cruel manque de connaissances sur certains surjets en particulier la gente féminine et peut-être qu'il ne sait plus quoi faire de sa fulgurante coéquipière mais tout de même allons, un mec de son âge... chemise ouverte, elle pose une main sur sa poitrine, la remonte tranquillement jusqu'à sa gorge où elle referme les doigts. « Alors... tu abdiques si vite ? Dans mon souvenir tu préférais que ce soit un peu plus... sportif non ? »

Un fond de conscience -morale au moins- lui hurle que c'est très mal de faire ça mais au fond elle n'a pas de comptes à rendre et ils sont majeurs et vaccinés... il leur faudra un rappel d'ailleurs. Au pire ils peuvent bien jouer  un peu ça ne fera de  mal à personne. Ouais mais elle la voulait « sportive » ; un détail un détail...  

©️ Jason L.

---------------------------------------------------------------------------



« I say "MOVE", You move. I say "STOP", You stop.  »

Voir le profil de l'utilisateur
Policiers
avatar
Caleb Reed
Informations
AVATAR : Jensen Ackles

DC : Ézéchiel

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Je sais ce que tu penses : « C'est six fois qu'il a tiré ou c'est cinq seulement ? ». Si tu veux savoir, dans tout ce bordel, j'ai pas très bien compté non plus. Mais c'est un Magnum .44, le plus puissant soufflant qu'il y ait au monde, un calibre à vous arracher toute la cervelle. Tu dois te poser qu'une question : « Est-ce que je tente ma chance ? ». Vas-y, tu la tentes ou pas ?

Cet engin raffiné est un Magnum 44 automatique. Redoutable. Correctement utilisé, il efface un homme et ses empreintes digitales aussi.
CRÉDITS : Fish

MESSAGES : 127

Date d'inscription : 19/08/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 25 ans
CAMP: Adhérant au Gouvernement
JE SUIS: dans l'élite, le gouvernement croit en moi


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Mer 27 Juin - 21:40

Caleb se sentait un peu...éthéré. Il flottait sur un nuage de tranquillité, à demi conscient de l'univers qui l'entourait, les membres engourdis par la fatigue, et à n'en pas douter, l'alcool. Quelle sensation étrange tout de même, pas si désagréable pour une première. Il sentait ses joues en feu, mais il ne savait pas à quoi l'attribuer, la liqueur dans son verre ou la Venecia sur son bassin ?. La Venecia ?. Sur son bassin ?. Quand était elle arrivée là ?. Et que faisait-il allongé dans le canapé ?. Et pourquoi sa chemise était elle déboutonnée ?. Il se souvenait pourtant de l'avoir refermé. Ahhhhh tant de questions et si peu de réponses.

Voilà qu'elle tentait de l'étrangler maintenant. Il avait du dire une connerie, mais il ne s'en souvenait pas, difficile de rassembler ses pensées. Ses émotions, en revanche, pétaradaient en tout sens et se répandaient chaotiquement dans toutes les fibres de son être. Ce qu'elle était belle, beaucoup trop pour être honnête, mais plus que ça, c'était une battante, une survivante. Mais quand même, salement craquante dans son genre. Peut être que c'était son état, partiellement désinhibé, ou son désir galopant, ou son amour pour elle, un peu de tout ça à la fois sans doute, toujours était il qu'il mourait d'envie de lui rendre la monnaie de sa pièce.

Sans chercher à retirer sa main de sa gorge, il fit tomber ses manches de chemise sur ses poignets, se redressa sans la désarçonner, et l'entoura avec son vêtement comme s'il s'était agi d'un lasso, puis l'attira à lui, nez à nez, si près qu'il pouvait sentir...qu'elle sentait elle aussi le whisky, pour tout avouer. Sauf qu'à défaut de le saouler, celui là l'enivrait au plus haut point. Il l'embrassa sans retenue, d'abord fougueusement, puis de plus en plus langoureusement, tant qu'elle le laissait faire. Puis sans prévenir, et parce que dans sa tête, ça le faisait marrer, il lui mordit la lèvre inférieure, pas de quoi la faire saigner, mais juste assez pour piquer, parce qu'il en avait tout simplement envie, parce qu'elle réveillait en lui des désirs enfouis, très profondément. Il avait entendu dire par une étudiante, autrefois, qu'en chaque homme, il y avait un cochon qui sommeillait. Celui de Caleb avait terminé sa sieste.

---------------------------------------------------------------------------
Image

Voir le profil de l'utilisateur
Venecia
avatar
Venecia O'Donnell
Informations
AVATAR : Michelle Rodriguez

DC : Lecter

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : Moi même

MESSAGES : 91

Date d'inscription : 06/10/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 35 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Mer 27 Juin - 22:30

" La chasse au Géant "


Bien bien, il n'est pas en mesure de causer semble-t-il, c'est à peine s'il réagit en réalité mais ! Mais oui il semble revenir à la vie et l'emprisonne comme s'il venait de la chasser, de la capturer dans ses filets. C'est qu'il en deviendrait fougueux ? Ok, complètement hs mais avec des batteries de secours ? Venecia a un peu perdu le rythme, ne s'attendant pas à ce qu'il s'emballe si vite et encore moins à ce qu'il la morde... et ça semble l'amuser en plus, comme une impression, une vilaine petite envie qui vous rampe dans le corps. Un brin surprise elle s'arrache à ses lèvres, passe la langue sur les siennes et lui offre un regard lourd de sous entendus. Alors on a l'alcool joyeux ? Fort bien, elle ne manquera pas de le retenir. Ça vaut mieux que la tristesse ou autre chose ceci dit.

Les ailes de l'ébriété... les sens chauffés à blanc, les gestes plus déliés que la norme et cette sensation de flottement, même si lui semble naviguer un peu plus haut, c'est simplement agréable. Avoir juste assez bu pour se sentir bien, il n'en faut pas plus ce serait stupide. Sans chercher à se défaire du lien improvisé elle sent revenir au galop sa belle tendance à foncer dans le tas et l'attire plus près d'une main sur sa nuque. Presque gracieusement elle l'embrasse à son tour, prend son temps en douceur, langoureuse. Oh oui le Lieutenant O'Donnell est une tête brûlée, oh oui elle distribue surtout des pains et laisse toute trace de féminité au vestiaire. Pour autant Venecia n'est pas étrangère à ces codes plus primaires, elle sait parfaitement qu'elle possède certains atouts mais rares sont ceux ou celles pouvant en témoigner. Reed est le premier de ses collègues, le seul flic qui lui aura posé une main dessus au delà d'un entraînement. Personne ne s'y serait risqué de toute façon. Ce mec doit être un peu suicidaire en fait...

Serrée contre lui, l'enlaçant plus fort à mesure que la température grimpe -ce n'est dû qu'à l'alcool allons- Venecia perd la notion du temps malgré elle, se laisse porter par la douceur de cette vague. Puis un fond de self contrôle la rappelle à l'ordre et elle lui mord la langue, pique assez pour sentir un vague goût métallique sur la sienne. Voilà un affrontement d'un nouveau genre, bien plus plaisant que d'échapper à une explosion ! Où sont les courbatures ? Les fractures ou même la fatigue ?
On posera des avis de recherche plus tard, pour l'heure le seul qu'elle cherche : c'est lui.    

©️ Jason L.

---------------------------------------------------------------------------



« I say "MOVE", You move. I say "STOP", You stop.  »

Voir le profil de l'utilisateur
Policiers
avatar
Caleb Reed
Informations
AVATAR : Jensen Ackles

DC : Ézéchiel

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Je sais ce que tu penses : « C'est six fois qu'il a tiré ou c'est cinq seulement ? ». Si tu veux savoir, dans tout ce bordel, j'ai pas très bien compté non plus. Mais c'est un Magnum .44, le plus puissant soufflant qu'il y ait au monde, un calibre à vous arracher toute la cervelle. Tu dois te poser qu'une question : « Est-ce que je tente ma chance ? ». Vas-y, tu la tentes ou pas ?

Cet engin raffiné est un Magnum 44 automatique. Redoutable. Correctement utilisé, il efface un homme et ses empreintes digitales aussi.
CRÉDITS : Fish

MESSAGES : 127

Date d'inscription : 19/08/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 25 ans
CAMP: Adhérant au Gouvernement
JE SUIS: dans l'élite, le gouvernement croit en moi


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Mer 27 Juin - 23:16

Douce et dingue, les deux à la fois. O'Donnel, le lieutenant bravache et casse cou, et Venecia, la femme fatale et sensuelle. Le sucre et le sel, la brûlure et le baume, Docteur Kiss Kiss et Mrs Bang, heaven and hell, comme dans la chanson. Fascinante attraction d'une tendre violence, lorsqu'à son tour, le baiser se fait morsure, ce jeu se joue en duo, les deux adversaires sont aussi partenaires pour le meilleur, et le plaisir. S’entremêlant comme des sarments, leurs langues jouent à chat, se dérobant, fuyantes, agressives, ils en oublieraient presque de respirer, mais dans cette lente agonie, plus rien n'a de sens, et tous les interdits volent en éclats.

Le temps lui même s'éclipse, et ils en perdent la notion avec délectation, collés l'un à l'autre dans une sulfureuse sarabande. Qui a découvert l'autre en premier ? Qui peut le dire ?. Qui en a quelque chose à faire ? Aucun des deux, trop occupés à s'hypnotiser mutuellement, tandis que leurs mains se rencontrent au détour d'une courbe, que leurs doigts s'agrippent férocement dans leurs cheveux, avant d'aller à nouveau se disperser à l'aventure, déterminés à errer sans fin mais pas sans but. Leurs muscles saillent sous l'effort, leurs blessures se mêlent à la bataille, et chaque douleur ajoute encore son lot d'intensité, comme un vibrant appel à célébrer la vie, peu importe le prix. La mort viendrait dans le calme pour ces deux là. Uniquement guidés par leurs instincts, ils s'abandonnent à ce délicat mélange de désir et de souffrance, et chaque instant passé ensemble fige à jamais une petite éternité où il n'existe rien d'autre qu'eux. Et à la fin, ils pourront porter fièrement les cicatrices d'une guerre complice, dans laquelle personne n'est vaincu, un conflit sans armistice, un cesser le feu sans artifice, où le repos des guerriers n'est qu'une trêve avant la reprise des amicales hostilités...

---------------------------------------------------------------------------
Image

Voir le profil de l'utilisateur
Venecia
avatar
Venecia O'Donnell
Informations
AVATAR : Michelle Rodriguez

DC : Lecter

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : Moi même

MESSAGES : 91

Date d'inscription : 06/10/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 35 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS Jeu 28 Juin - 0:21

" La chasse au Géant "


Instant sulfureux, un appel à la luxure venu de nul part. Les mains qui cajolent une seconde, serrent, brûlent l'instant suivant et l'esprit se vide, le cerveau abdique et puis ne restent que les corps. Ressentir seulement, se perdre encore et encore depuis combien de temps cela ne lui est pas arrivé ? Venecia met un point d'honneur a toujours conserver un minimum de contrôle sur ses actes et ses choix, hors présentement elle s'en moque. Elle s'en moque au point de le laisser faire autant qu'il la laisse libre de tout. Cette danse là est peut-être la plus indécente qu'elle ait vécu, toute en nuances, bouleversante. Si c'est une guerre la brune se jette dans la bataille les yeux fermés et qu'importe la fin puisque qu'il n'y aura pas plus de vainqueur que de vaincu.

Méchante sensation de cuire à petit feu, de s'entendre soupirer ou d'oublier de respirer. Une agonie rêvée après cette foutue journée où ils se sont vus mourir pour de bon. Les doigts serrés dans ses cheveux O'Donnell lui fait pencher la tête en arrière, croise son regard une brève seconde et merde il est quand même attirant sous cet angle. Se mordant le lèvre elle cherche un semblant de calme qui ne revient pas alors tant pis, elle retrouve férocement sa bouche sur laquelle elle se jette tout bonnement, l'oblige à s'allonger et sent à peine les doigts qui jouent avec les coutures de son dernier vêtement au son de coups qui tambourinent sur sa porte. Hein ?
Battements de cils interdits, Venecia avale de travers et se redresse encore plus vite qu'elle s'est étendue. C'est une plaisanterie ou quoi ? Une voix s'élève, paniquée, implorante.

« Venecia !! Venecia tu es là ? S'il te plaît aide moi !! »

On ignore pas quelqu'un qui appelle à l'aide, les deux flics le savent, leur devoir avant tout. Mais merde !!
Le souffle court, les reins en feu, elle s'arrache à sa position en pestant sur tout et n'importe quoi et cherche son t-shirt pour l'enfiler à nouveau. Un peu d'ordre à ses cheveux, la brune se précipite sur sa porte d'entrée qui s'ouvre à la volée et même pas le temps de demander quoi que ce soit qu'une silhouette délicate s'écroule dans ses bras. « Gidget ? »

La blonde sanglote à grosses larmes, elle est trempée des pieds à la tête et grelotte. Sa vision a de quoi briser le cœur, elle ressemble à une enfant paumée dans le train fantôme. Lentement Venecia l'écarte et essuie ses joues mouillées de rimmel et d'eau. « Calme toi chhht ça va aller, ça va aller qu'est-ce qui se passe ? » Demande-t-elle d'une voix radoucie.
Un hoquet dans la gorge, la blonde renifle pour se détendre un peu, peinant à trouver ses mots. « Je... ma voiture je... j'ai pris un mini tunnel et... je n'avais pas vu qu'il était... inondé et je je... tout s'est arrêté, elle ne démarre plus et … et j'ai dû sortir par la vitre et... j'étais perdue. »
La flic soupire, la serre contre elle pour l'entraîner à l'intérieur en frottant son dos. Un regard désabusé à son collègue, c'est mal tombé mais enfin que faire à part ça ? O'Donnell l'assoit dans un fauteuil, s'en va lui chercher une serviette et la couvre sans  tarder. Elle est gelée. « Je te fais un chocolat chaud, détends toi après tu iras te doucher d'accord ? »

Les yeux plein de gratitude, la poupée vivante hoche la tête avant d'enfin réaliser la présence de quelqu'un d'autre. « Oh je suis désolée Venecia je... je ne savais pas que tu, qu'il y avait... enfin... voilà. » Elle semble gênée, le rouge collé  aux joues une seconde avant de battre des cils. « Caleb ? Caleb Reed ? »
Tout en posant la tasse dans le micro-onde, la flic hausse un sourcil. Ils se connaissent ? Le monde est vraiment petit. Quoi que, non en fait c'est logique, elle se frapperait pour n'y avoir pas pensé. L'académie Weins... Leur invitée se lève sans quitter sa serviette, « Tu te souviens de moi ? Je suis cheerleader, dans l'équipe de Caly On se croisait souvent ! Je suis contente de te revoir, tu es dans la police maintenant je crois ? »

Elle a l'air vraiment ravie, note qu'elle est toujours heureuse de retrouver des gens qu'elle connaît Venecia le sait bien. Gidget, c'est de la bonne humeur en barre. Lui tendant sa boisson chaude, la flic lui demande quand même : « Dis moi où est ta voiture à peu près, je vais téléphoner au central pour leur dire de barrer la route si ce n'est pas encore fait histoire d'éviter un accident. Et prévenir une dépanneuse, tu me donnes tes papiers s'il te plaît ? » La blonde s'exécute aussi rapidement que possible et après une dizaine de mercis, laisse son aînée s'occuper des appels.

Venecia éloignée, la donzelle avale une gorgée de son chocolat et reporte son attention sur Reed une fois encore. « Désolée... je tombe mal je crois. » Chuchote-t-elle, comme si elle savait. « Je ne savais pas qui appeler, je me suis juste souvenue qu'elle m'avait noté son adresse au cas où et j'étais tellement paniquée... » Piteuse, comme un chiot grondé.

©️ Jason L.

---------------------------------------------------------------------------



« I say "MOVE", You move. I say "STOP", You stop.  »

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
Informations


MessageSujet: Re: La quête de l'Est CLOS



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant