La quête de l'Est CLOS
Venecia
avatar
Venecia O'Donnell
Informations
AVATAR : Michelle Rodriguez

DC : Lecter

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : Moi même

MESSAGES : 91

Date d'inscription : 06/10/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 35 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: La quête de l'Est CLOS Mer 20 Juin - 1:21

" La chasse au Géant "


Impressionnant comme leur tandem s'est organisé, comme il évolue et cette symbiose, cette entente... Au commissariat central la plupart de leurs collègues ont tout d'abord trouvé qu'ils étaient calmes, trop. Le nez dans la paperasse, se pliant à l'exercice peu flatteur mais obligatoire des rapports. Jusqu'à la veille ; revenus ensemble d'une arrestation de dealers et chimistes ils ont muselé insultes, menaces et autres dérivés à coups de baffes bien placées et de présentations d'usages entre suspect et barreaux de cellule.
Et tout comme leur équipe, leurs habitudes se sont posées sans grande difficulté. Leur temps libre ils le passent désormais le nez dans les cartons et les dossiers, les recherches informatiques ou les coupures de press si bien qu'à cet instant la chambre de Reed n'est plus qu'un bureau. Déménager tous les tableaux et les reliures leur prendrait trop de temps, et l'envie n'y est pas donc...

Cette nuit encore alors que la pluie bat l'asphalte et que l'orage gronde c'est sous la couette d'O'Donnell que les deux flics sont étendus et savourent un sommeil plus ou moins réparateur. Car lorsque vient le temps de fermer les yeux la journée se rembobine et fait lire, relire chaque recherche. Encore que cette fois, Venecia ne s'est pas sentie partir. Emmitouflée et parfaitement détendue, elle dort sagement... Jusqu'à trois heures du matin. Un bruit se fait entendre, elle ne saurait dire avec exactitude de quoi il s'agit. Caleb dort encore, étonnant qu'il n'ait pas encore fait un bond. Délicatement la brune quitte son lit, récupère son arme de service  puis entreprend de descendre lentement chaque marche de l'escalier.
Le cellier... Venecia entend comme gratter. Vivement elle pousse la porte, allume la lumière et pointe son flingue sur une silhouette qui vient de se figer.
« C'est moi !! tire pas tire pas ! » La brune fronce les sourcils, soupire. « Ramirez ? Nom de dieu j'aurai pu te tuer ! » L'autre abaisse les mains, une bouteille de jus d'orange et un paquet de chips entre les doigts. Il est trempé jusqu'aux os et ses longues tresses parsemées de fils colorés lui donnent l'air d'un chien mouillé. «Parce que tu viens voler maintenant ? » Elle cale un poing sur sa hanche, le désigne du canon de son arme. « Puis qu'est-ce que tu fous ici franchement t'as vu l'heure ?»

« Ben... je me suis dit que... le matin c'était mieux ? »
« Le matin ??? il est trois heures abruti ! »
« Déjà ? Fais sombre aujourd'hui ! »
« Du matin... »
« Oh. »

La jeune femme roule des yeux, retient l'envie fulgurante de lui balancer son poing dans la tronche pour le principe au moins. Voilà bien longtemps qu'elle ne l'a pas vu celui là. Et à en juger par le ton pâteux de sa voix elle sait d'avance qu'il n'a pas abandonné sa foutue addiction au pétard. S'il est revenu gratter à sa porte c'est qu'il n'a nul part où aller, à tous les coups.
   
« C'est pour ça que j'ai pas pu rentrer au centre alors ! »
« Effectivement... »

Pas tout ça mais il fait un froid de loup dans cette pièce. O'Donnell saisit une serviette sur l'étagère, lui jette à la tête et lui fait simplement signe de suivre. Au point où elle en est maintenant elle ne va pas le foutre sous la pluie. Cet idiot défoncé.

« Bon, à part ça tu veux quoi ? Parce que j'aimerai bien retourner me pieuter alors crache ta pilule. » La brune étouffe un bâillement du dos de la main, s'asseyant sur le bord du comptoir de cuisine.
« Heu ouais heu... c'était quoi déjà ? »
Elle va le buter. Sérieusement. « Ramirez !! » Déjà prête à lui jeter un objet quelconque en pleine poire.
« Cimarro !! » Lâche-t-il rapidement, mangeant la moitié de ses syllabes et levant les mains en bouclier devant son nez. « Je l'ai vu en ville ! »

Elle n'a soudain plus du tout envie de dormir. Des pas derrière, O'Donnell souffle lourdement. « Caleb, voici Ramirez... Ramirez voici Caleb mon colocataire et mon équipier, sois poli dis bonjour. »
Silence. « Bon-jour. Ah, en fait je tombe en pleine... sieste crapuleuse ? » Le type s'étrangle. « Je... J'aurai dû... sonner peut-être ? »
Elle roule les yeux. Pitié...    

©️ Jason L.

---------------------------------------------------------------------------