Syndrome Weins
Venecia
avatar
Venecia O'Donnell
Informations
AVATAR : Michelle Rodriguez

DC : Lecter

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


CRÉDITS : Moi même

MESSAGES : 91

Date d'inscription : 06/10/2013

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 35 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un(e) new-yorkais(e) aux habitudes plus ou moins douteuses


MessageSujet: Syndrome Weins Mar 10 Juil - 20:10

" Enigma "


Le dernier carton échoue au sol à côté des autres et elle souffle en l'air pour chasser une mèche venue se balader sur son nez. Les poings calés sur ses hanches, Venecia observe la pièce avec une certaine satisfaction, ce sera beaucoup mieux ! Le grand atelier/grenier sous le toit ne servait à rien, la jeune femme n'y avait même jamais rien stocké de personnel. Du coup, après un nettoyage en règle elle a choisi d'en faire leur nouveau centre d'investigation. L'espace gagné est indéniable, c'est plus clair et cela lui a permis d'installer à chacun un poste de travail personnel avec tableaux, étagères et rangements, libérant de fait la chambre de son coéquipier. Il est temps aussi que chacun retrouve un espace personnel, c'est mieux aussi. Elle a profité de la soirée qu'il passe au tir pour déménager tout ça, il aura donc la surprise.

En quelques jours la brune a repris les habitudes de leurs débuts, ne laissant plus de chance au moindre instant d'intimité. La claque mentale qu'elle a prise lui a fait réaliser qu'elle devait se ressaisir, se concentrer et revenir à des bases saines. Venecia est un mentor, elle doit agir comme tel. Pas que ce soit simple, il arrive parfois que son organisme se rappelle à son bon souvenir, lui glissant qu'elle n'est pas de bois, ni de marbre. Mais la flic ravale ses envies, fait taire ses désirs et sans être désagréable ou spécialement distante, elle a posé des limites. Ce soir, elle dormira seule. Ça lui fend bizarrement le cœur en deux pour être honnête.

* * *

Un matin de plus au commissariat, les enquêtes sérieuses se font rares. En fait on continue de crouler sous la paperasse, on continue d'archiver et de classer, de vider des années de recherches. On fait place pour le neuf, on veut tourner la page Lecter. Dans l'espace réservé à sa petite équipe spéciale quartier Sud (soit elle,Caleb et plus récemment le petit Scott) Venecia est affairée à tout autre chose que le Clown cela dit. Son problème, ce qui lui gratte la tête depuis des mois c'est l'académie Weins. Le menton posé dans le creux de sa main la flic soupire lourdement. Le rouquin lève le nez de son classement, la regarde un petit moment avant d'oser parler.

« Vous voulez un coup de main chef ? »
« Bof, je cherche un truc sur Weins... mais rien de très croustillant. Comment ça peut être aussi clean ? Y'a pas une seule école à New York qui n'a pas connu une bavure. » La brune s'étire, croise les mains au dessus de sa tête.
« En dehors de l'attaque, c'est vrai que l'académie n'a jamais fait grand bruit. » Le jeune agent referme un tiroir, approche de sa supérieur. « Reed peut pas vous aider ? »
Elle hausse les épaules. « De ce qu'il en sait, y'a rien de négatif à dire. » Et il ne l'aidera sans doute pas.
« Pourquoi vous vous intéressez à Weins chef ? »
« Je me demande pourquoi ça a jamais été une cible de Lecter. » Elle ne va pas dire qu'elle la trouve louche. « Franchement c'était un coup rêvé pour emmerder le monde... mais en même temps je vois pas comment il aurait pu être de connivence avec eux. »
« C'est vrai, maintenant que vous le dites... » Scott se penche sur l'épaule de Venecia, observant l'écran de l'ordinateur. « D'ailleurs qui est le directeur de cet endroit ? »
« Aucune info précise, pas de visage. On dit que c'est pour une question de sécurité. Stanton est sous directeur mais pour avoir une entrevue faut pas rêver. A moins d'une bonne raison je doute qu'il m'ouvre son bureau. » Sans compter que son investigation semblerait malvenue, trop curieuse aussi. « Je vais descendre aux archives. »
« Chef, vous voulez que je réfléchisse aussi ? »

La jeune femme lui jette un regard un brin surpris, la main sur la poignée de porte. Ce gamin est toujours partant pour lui filer un coup de main, du haut de ses vingt huit ans il a l'air si pur, si gentil... parfois Venecia se demande pourquoi il a choisi ce métier. Personne ne le voulait sous son aile, trop timide, trop effacé et pas des meilleurs sur le terrain mais voilà... depuis qu'elle bossait avec Reed la brune avait élargie son champ de vision, pris en compte que son boulot devait évoluer tout comme ses charges. De fait, le Commissaire lui avait offert la gérance d'une petite unité centrée sur les affaires sordides et/ou à risques (dont la recherche des fugitifs) des quartiers Sud et Est. Lecter n'étant plus là, elle ne se sentait plus obligée de se tenir éloignée de ça. Elle avait accepté vers la fin de l'hiver, ce qui leur avait offert un espace de travail privé et une plus grande autonomie. Et parce que Scott faisait le larbin pour l'un ou l'autre, elle l'avait pris dans la bande pour le libérer. Sans regret au final.

« Si tu veux, c'est pas une véritable piste mais sait-on jamais. Avec Lecter faut s'attendre à tout et surtout à n'importe quoi de pas logique. »
« Ok, je m'y mets tout de suite ! »

Au moins il est motivé. O'Donnell lui sourit, sort du bureau et gagne le sous sol. Les archives... ça commence à s'accumuler là dedans et personne n'y est vraiment astreint. Il serait temps, ça ne ferait pas de mal. Il y a bien le gros bonhomme juste à l'entrée de la pièce, mais il passe plus de temps à manger et à mater son écran d'ordi qu'à bosser. Elle ne prend pas la peine de le saluer, il dort comme une masse. Une chance que tout ait été automatisé en ce qui concerne les entrées et les sorties sinon elle aurait le temps de mourir à l'attendre celui-là. Un soupir à fendre la pierre, elle est fatiguée rien qu'à regarder cette pièce. Bon, une chose à la fois. Venecia abandonne sa veste, remonte les manches de sa chemise et se met au travail.

* * *

Bon dieu ils il fait une chaleur de bête ! Rageusement elle allume le ventilateur, attache ses cheveux et décolle le tissu de son dos tout en soufflant. C'est l'anarchie ici ! Entre ce qui n'est pas référencé et ce qui n'est pas rangé à la bonne place O'Donnell fulmine. Du coup elle range les boites qu'elle ouvre au fur et à mesure et prend notes de tout avant de les remettre à la bonne place. Perchée sur l'échelle, elle consulte un autre classeur sans aucun espoir de trouver quelque chose d'intéressant. Il n'y a même pas un seul dossier sur les étudiants, rien ! La brune hausse un sourcil, pourtant, l'académie a bien la charge d'élèves paumés voir criminels à la base non ? Alors pourquoi elle ne trouve aucune trace de leurs méfaits ? L'académie ne peut tout de même pas se payer le luxe de garder sous clef leurs antécédents si ? Encore une chose, comment passe-t-on du truand au patriote ? Les remises en question ça existe mais quand même...

Elle repense à Caleb, comme s'il avait loupé des épisodes sur certaines choses... elle a trop de mal à croire qu'il n'ait pas eu des envies de son âge sur un campus universitaire. Surtout qu'il n'était pas victime d'un physique ingrat, loin de là alors quoi ? Avait-on bridé ces envies ou bien les avait-il purement et simplement oubliée au profit d'un patriotisme frôlant le fanatisme ? Et s'il avait oublié des périodes de sa scolarité aussi, voir même de sa vie ? C'est tordu comme idée mais, si on l'avait empêché de s'égarer pour en faire un prodige ? Comment ? La jeune femme se mord la lèvre, descend de son perchoir et se pose à l'ordinateur présent. Caleb Reed ; elle entre son nom et parvient grâce à ses autorisations à avoir accès à son dossier d'agent ainsi qu'à ses recommandations. Son cursus scolaire est bon (trop?) il a l'air parfait. Cependant, Venecia l'a vu se battre, elle l'a vu lutter contre elle aussi et non, définitivement il n'est pas devenu « naturellement » le robot qu'on décrit. C'est vraiment bizarre. Elle quitte le pc mais ne ferme pas ses pages au cas ou elle voudrait y revenir ou au cas ou une idée la traverse et retourne à la recherche d'éventuelles archives sur l'académie.

Le buste étalé sur une étagère, un pied vacillant sur la marche elle tente de saisir un classeur qui a filé au fond. Non sans pester sur la terre entière au passage. Lorsqu'elle s'en empare enfin, il ne contient rien d'intéressant, la brune grogne, le balance d'où il vient et se laisse tomber assise au sommet de l'échelle. Il doit bien y avoir un truc... La porte s'ouvre derrière elle alors qu'elle refrène difficilement l'envie d'allumer une clope. « T'as trouvé quelque chose Scott ? » Mais ce n'est pas Scott. Elle baisse les yeux, croise les siens et sent la chaleur grimper d'un cran au bas de son dos. Une chance qu'elle soit capable de feindre et de la jouer normale. « Salut, tu cherches après perdu toi aussi ? » Un sourire fade, elle a horreur de perdre du temps.

©️ Jason L.

---------------------------------------------------------------------------