GALE • « T'es aussi exité qu'un acarien au salon de la moquette ! »

Invité
Informations


MessageSujet: GALE • « T'es aussi exité qu'un acarien au salon de la moquette ! » Mar 26 Juil - 20:01


GALE JEVANNAH SCOTT
« le seul truc intéressant dans l'amour, c'est de faire l'amour. c'est quand même dommage qu'il faille un mec pour ça »





« it's your life! »

NOM : Scott
PRÉNOM : Gale Jevannah
DATE DE NAISSANCE : 3 décembre 2083
À : Melbourne
NATIONALITÉ : Australienne
SIGNE PARTICULIER :

Poste vacant ; scénario ou inventé? Inventé
Célébrité choisie : Kristen Stewart
Groupe : Les lycéens
Code du règlement :
Spoiler:
 

Crédits :
© Mymz || © Infinity Back





HISTOIRE

« ll y a deux histoires : l'histoire officielle, menteuse, puis l'histoire secrète,
où sont les véritables causes des événements. » — Balzac.

Treize juin 2097, Melbourne




« T'es vraiment insupportable ! »

« Comme si c'était de ma faute. »

« Évidement que c'est de ta faute, tu fous toujours tout en l'air »

Je ne lui avais même pas laissé le temps de répondre, j'étais déjà sortis en claquant la porte violemment, Ma mère était très puérile parfois, toutes ces disputes entre nous commençaient à me pomper l'air, ça démarre par une broutille et ça finit parfois en bagarre. Comment osait-elle remettre la mort de June sur mon dos ? Des larmes roulèrent sur mes joues, et je les laissais aller, de toute façon elles ne se verraient pas avec cette pluie... Comme presque tous les soirs depuis un mois, Melbourne était noyé par toute cette flotte, et les gens avaient cessé de se plaindre. J'envoyais un message à Aaron pour qu'il me rejoigne au parc, j'avais vraiment besoin de lui, la, maintenant. Aaron, c'est mon frère, le seul avec qui je me sentais bien, en sécurité. Depuis qu'il avait déménagé dans le centre de la ville pour être au plus près de sa FAC, tout allait mal à la maison. Il me manquais, horriblement. Je mis la capuche de mon sweat-shirt même si ça ne servira pas à grand chose et partit en direction du parc en courant. Quand je fus là-bas, Aaron y était déjà, je n'eus pas le loisir de dire quoi que se soit, il me prit dans ses bras, et je me laissais aller, parfois les mots ne sont pas nécessaire. « Tu sais, me dit-il après un long silence, ma proposition tient toujours. » Je cessai de pleurer, et levais la tête pour croiser le regard de mon frère « C'est vrai ? » Répondis-je dans un sanglot stupide. Il rit doucement et me serrant plus fort, un de ses baisers vint se perdre dans mes cheveux. « Viens vivre chez moi. Je crois que ce sera mieux pour tout le monde... »



Quinze novembre 2098, New-York





Respiration soudaine, semblant de soupir. La tête basse, je laissais mes larmes s'échapper et s'écraser silencieusement contre le sol blanc qui recouvrait la surface de ma chambre d'hôtel où je résidais depuis un peu moins de deux mois, où je perdais pied. Le combiné du téléphone s'écroula au sol dans un fracas assourdissant. Un hurlement se fit entendre au loin, je me rendis compte, un peu tard, que c'était le mien. Mes yeux restaient rivés sur un point imaginaire, mon corps demeurait immobile, comme si mes muscles, ainsi que mon cerveau refusaient obstinément de m'obéir, mon corps se mouvant seulement à la violence de mes sanglots. Mes genoux heurtèrent le sol. « Gale... » Quelqu'un, au loin, prononçait mon prénom à répétition, mais j'étais incapable de répondre, rien ne sortait de ma bouche mis à part des mots et des sanglots incompréhensible. Le sifflement aigu qui obstruait ma tête continuait de se prolonger et commençait à envahir mon esprit. Figée sur place, j'observais cette courbe s'aplanir peu à peu, celle de ma vision troublée par mes larmes. Mon cœur battait de plus en plus vite, je m'emballais. Mes pleurs ne s'arrêtaient plus et la terreur avait désormais envahi tous mes membres. Mes mains tremblaient tellement que je dus les plaquer contre ma poitrine pour qu'elles cessent tous mouvements. Nous étions désormais seul face au destin, la réalité m'avait frappée de plein fouet, sans que je m'y attende, sans que je puisse m'y préparer. Les yeux à demi-clos, je priais sans cesse pour que cette mésaventure ne reste qu'un simple cauchemar. Une main s'abattit soudain sur mon épaule. Dans un sursaut épouvantable, je tournai lentement la tête et découvris le visage inquiet de mon grand frère.

Le téléphone avait brusquement sonné en pleine nuit, à cause du décalage horaire. Il n'avait suffi que d'un mot de la part du Docteur Williams, un ami de ma mère, pour que je comprenne. Le monde tombait sur mes épaules, tout s'écroulait sur ma propre personne. Le reste de mon corps tomba lourdement sur le sol, les larmes qui n'avaient jamais cessé de couler le long de mes joues écarlates s'intensifièrent rapidement. Tout était terminé, en l'espace de quelques secondes, ma vie avait basculé du mauvais côté. Je pouvais pleurer toutes les larmes de mon corps et crier à qui voudrait m'entendre, la situation était désormais arrêtée, plus rien ne pourrait changer...


De nos jours...




Je me souviendrai sans doute encore longtemps de cette période de ma vie. A peine âgée de 15 ans, je venais de perdre la femme qui m'avait porté neuf mois durant. Celle qui m'avait aimé et qui avait tout fait pour moi. Celle que j'avais pris comme modèle. Nathalia Jones, infirmière réputée à Melbourne, venait de perdre la vie des suites d'une longue maladie, me laissant ainsi seule face à la vie. Et mon père dans tous ça ? Un hypocrite qui ne pense qu'à lui et qui n'a même pas eu le courage de nous élever, mon frère et moi, alors autant laisser tomber l'idée de compter sur lui pour s'occuper de nous. J'avais tiré un trait sur lui depuis le soir où je l'avais vu quitter la maison, j'avais compris à ce moment là qu'il ne reviendrait pas. J'ai longtemps pleuré son départ, mais aujourd'hui, ça ne m'atteignais plus. Et enfin mon frère, certes, il m'aimait et il aurait tout fait pour moi, mais son travail lui prenait énormément de temps. Je peux donc affirmer avec certitude que j'ai grandit et que je continuerais à vivre dans la solitude. Un sentiment qui ne s'est pas arrangé suite au décès de ma mère.

Quelques mois après son enterrement, bagages à la main, mon frère décida de quitter Melbourne pour partir aux Etats-Unis, un pays qui me fait rêver depuis longtemps, et je m'étais résolu à partir avec Aaron puisqu'il ne me reste plus que lui. Aujourd'hui, les choses ont changé. J'ai grandis, je suis devenue plus mature. J'ai de nouveaux amis qui ne me jugent pas sur mon passé mais qui préfèrent m'aimer pour ce que je suis aujourd'hui. La pitié n'a aucune place dans nos relations et c'est cela que j'apprécie avec eux. La roue à tournée en ma faveur, j'ose enfin l'avouer, je suis heureuse.


•••






« Dis-moi Gale, comment vois-tu ton avenir ? »

Huit. C'est le nombre de fois que cette question m’aie été posé à chaque fois que je tentais en vain de m'inscrire dans une Université de ma région. Huit fois que je répondais la même chose. Bien évidement ma réponse était toujours fausse. J'attendais seulement que l'on comprenne que ce n'était qu'un mensonge et qu'en réalité, ce n'était pas comme ça que je voyais l'avenir, loin de là. Ça ne me faisait même plus sourire. Un soupire las s’échappa de mes lèvres avant que je daigne répondre à cette stupide question. « J'sais pas trop. Seule, sans gosses ni mari. Fourrée dans les trafiques de drogues, problèmes avec la justice, casier judiciaire, tout ça... » Du coin de l'oeil, je pus voir qu'Aaron me jetai un regard mauvais. En voyant les yeux de la proviseur s'agrandirent comme des soucoupes, je sus qu'une nouvelle fois, elle n'avait pas compris la blague. Elle bafouilla quelques mots, nous jetant presque dehors mon frère et moi. C'est la seule chose qui me fit rire.

Aaron resta silencieux durant le trajet et ça me mettait mal à l'aise. « Dis quelque chose, bon sang ! » Il me foudroya du regard et je me recroquevillais. « Tu es désespérante... » Je souris malgré moi. « Tu verras, Aaron, je suis certaine qu'on trouvera une académie qui sera digne de moi. » Ses mains se crispèrent sur le volant. « Digne de toi ? Sérieusement, Gale, arrête un peu avec tes blagues stupides et pense un peu à ton avenir, le vrai ! » Je soupirais une nouvelle fois. Visiblement, lui aussi ne comprenait pas...

« Dis-moi Gale, comment vois-tu ton avenir ? »

Le directeur de l'Académie Weins me posa cette question une énième fois et je répondis avec la même réponse, exactement la même pour la neuvième et je l’espérais, dernière fois. Le proviseur resta de marbre pendant une minute qui me sembla interminable puis un léger sourire redressa le coin de ses lèvres. Je souris à mon tour et sans que je m'y attende, il éclata de rire, un rire franc, vrai et communicatif. C'est à ce moment là que je sus que j'avais enfin trouvé. Il retrouva vite son sérieux et planta son regard dans le mien avant de reprendre d'une voix grave.

« Je veux la véritable réponse, Gale. »

Je frissonnais.


• • •


CARACTÈRE

« Un homme de caractère n'a pas bon caractère. » — Jules Renard.

On dit que je suis hypocrite et pourtant je suis tous ce qui a de franc et honnête. Tout ce que je pense, je le dis et tant pis si ça dérange. Je déteste l'hypocrisie alors hors de question pour moi de casser du sucre sur le dos des autres, sans jamais dire en face ce que je pense réellement d'une personne par la suite. Certes je peux critiquer certaines personnes, mais égale à moi-même, J'en ferais toujours part aux personnes visées. Très têtue, quand j'ai une idée en tête, personne ne peut me faire changer d'avis. Je suis quelqu'un de très déterminée et je ferai toujours tout pour arriver à mes fins, quitte à blesser les personnes qui vont se trouver sur mon passage. Néanmoins, je connaîs les valeurs de l'amitié et je sais m'excuser quand j'ai conscience d'avoir été trop loin. Très sociable, je ne me laisse pas marcher sur les pieds par n'importe qui pour autant. En apparence j'ai l'air d'être une jeune femme insensible et froide, pourtant quand on me connait on sait que je me cache derrière cette image. Au fond je suis très sensible et ne supporte pas qu'on me vois pleurer. D'ailleurs cela n'arrive pas souvent puisque lorsque ça ne va pas je prend sur moi. Evidemment j'encaisse, encaisse et encaisse et comme on peut le deviner, quand c'est trop et que je ne peux plus prendre sur moi, j'explose et dans ces moments là mieux vaut ne pas être dans ma ligne de mire. Aussi étrange que cela puisse paraître, j'ai horreur des jeunes filles qui font tout pour attirer l'attention sur elle, même si c'est le cas pour moi, mais à contrario de ses filles, je ne veux pas qu'on me porte plus d'attention qu'à une autre. Même si je ne m'occupe que de moi la plupart du temps, je sais être là pour mes amis quand ils en ont besoin. Très rancunière, je ne pardonne jamais une trahison ou alors il faut du temps, mais la confiance elle ne l'accorde jamais deux fois... Enfin normalement. Quand on me trahit ou que je remarque qu'on lui m'a menti, je deviens cette garce que je n'aime pas être et que les autres n'aimeraient pas avoir contre eux. N'ayant peur de rien, je me moque totalement de savoir à qui je m'attaque, souvent impulsivement d'ailleurs. Ce qui me pose souvent quelques problèmes, mais grâce à mon sourire et mon charisme, j'arrive toujours à m'en sortir facilement. Je suis plutôt maladroite et gaffeuse, mais je sais rattraper mes erreurs et ne perd jamais la face devant les autres. Même si je ne me venge pas de suite du mal qu'on peut me faire, je le ferai un jour ou l'autre. Alors les personnes responsables de mon malheur n'ont qu'à bien se tenir et ne pas oublier ce détail. En amour comme en amitié, je suis très sincère et fidèle. Enfin surtout quand je suis amoureuse. Mais pour le moment, je me moque pas mal de trouver le grand amour. Je ne veux pas m'impliquer sentimentalement dans une relation sérieuse, et celui qui un jour fera de moi ce qu'il voudra, ne semble pas vouloir se montrer !


• • •


YOU & YOURSELF

Ton p'tit nom/pseudo : Poupinete
Ton âge : 17 ans
Un ou plusieurs comptes sur le forum ? Un seul
Comment as-tu connu le forum ? Obsession27
Et comment tu le trouves ? Vraiment pas mal ! :)
Quelque chose à ajouter ?
mouton



Invité
Informations


MessageSujet: Re: GALE • « T'es aussi exité qu'un acarien au salon de la moquette ! » Mar 26 Juil - 20:56

Bienvenue parmi nous Gale I love you
Le titre de ta présentation m'a bien fait rire ! :D
Pour le contenu, tout est parfait, quelques fautes d'orthographes traînent par ci, par là mais tout est bien écrit ! Je ne te demanderais qu'une seule chose avant de te valider, j'aimerais que tu rajoutes quelques lignes sur pourquoi tu es arrivée à Weins, par exemple ça peut être par rapport à ton état psychologique que tu jugeais toi même trop faible pour intégrer une école classique ou dans le même esprit, tu as été dans plusieurs écoles et tu n'a jamais trouvé ta place donc tu as intégré Weins dans l'espoir de t'y faire des amis, à toi de voir ;)
Si tu as la moindre questions n'hésites pas à m'envoyer un mp ou à poser ta question ici !


Invité
Informations


MessageSujet: Re: GALE • « T'es aussi exité qu'un acarien au salon de la moquette ! » Mar 26 Juil - 23:30

Merci calin !

Alors pour les fautes je pense que c'est inévitable... (Surtout dans mon cas ^^)
En ce qui concerne mon arrivée à Weins, j'allais y venir. Je trouve de toute façon que ma présentation n'est pas encore complète, d'ailleurs ton exemple m'inspire beaucoup ! :)

Je finis tout ça demain ;)


Invité
Informations


MessageSujet: Re: GALE • « T'es aussi exité qu'un acarien au salon de la moquette ! » Mer 27 Juil - 12:52

Tes fautes ne sont vraiment pas énormes, donc pas de souci à se faire de ce coté là, cela n’empêche en rien la bonne lecture de ta présentation, ne t'en fais pas ;)
Contente de savoir que mon exemple t'ai donné une idée, j'attends de voir ça avec impatience :D


Invité
Informations


MessageSujet: Re: GALE • « T'es aussi exité qu'un acarien au salon de la moquette ! » Mer 27 Juil - 15:33

Voilà ! Je pense avoir terminé. Bon, je pense que pour cette partie là, il y a plus de fautes... (Honte à moi, je n'ai pas relu...)


Invité
Informations


MessageSujet: Re: GALE • « T'es aussi exité qu'un acarien au salon de la moquette ! » Mer 27 Juil - 16:24

Super cette dernière partie, exactement ce qu'il fallait ;)
Et te voilà donc validée. Parcoure les différents liens ci dessous pour aller recenser ton avatar et faire tes diverses demandes (de liens, de logements, etc..)


J'en profite pour te dire une nouvelle fois bienvenue parmi nous. I love you
N’hésite pas à rejoindre la chat box de temps en temps, on pourra faire plus amplement connaissance, il y a souvent quelqu'un qui traîne dessus et qui pourra t'accueillir ;)


Invité
Informations


MessageSujet: Re: GALE • « T'es aussi exité qu'un acarien au salon de la moquette ! » Mer 27 Juil - 16:30

Tristan est un modèle pour nous tous incline
Bienvenue parmi nous :D Bon jeu & au plaisir de te retrouver en rp :D


Invité
Informations


MessageSujet: Re: GALE • « T'es aussi exité qu'un acarien au salon de la moquette ! » Mer 27 Juil - 16:39

BIENVENUUUUUE!!!
pom-pom girl

Ouais! Encore une lycéenne! En plus, ton perso a l'air drôle, ça promet! XD


Invité
Informations


MessageSujet: Re: GALE • « T'es aussi exité qu'un acarien au salon de la moquette ! » Mer 27 Juil - 17:19

Encore merci à Tristan ! (Je l'avais pas encore dis, mais là... IAN L )

Et puis merci à vous deux calin


Contenu sponsorisé
Informations


MessageSujet: Re: GALE • « T'es aussi exité qu'un acarien au salon de la moquette ! »



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1