AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ


|| Frederic Host Version Two || TERMINEE.

Invité
Informations


MessageSujet: || Frederic Host Version Two || TERMINEE. Mar 20 Sep - 8:51


FREDERIC HOST
« Ne remarques tu pas l'absence de ce que tu devrais remarquer ? »





« it's your life! »

NOM : Host
PRÉNOM : Frederic
DATE DE NAISSANCE : 8 mai 2982
À : Tallinn
NATIONALITÉ : Estonien & Américain
SIGNE PARTICULIER : Fume environ un paquet par jour

Poste vacant ; scénario ou inventé? PV à la base
Célébrité choisie : Ashley Stymest
Groupe : Ex-Toxicos, Lycéens
Code du règlement : Of course! Hula Nao

Crédits :
© White Rabbit (icons) || © Rose (avatar)





HISTOIRE

« ll y a deux histoires : l'histoire officielle, menteuse, puis l'histoire secrète,
où sont les véritables causes des événements. » — Balzac.

La première fois que Javannah Bail rencontra Kris Host, elle avait vingt deux ans.

Elle venait de décrocher sa licence de langue avec mention et elle était entourée de ses amis, eux aussi diplômés. Javannah était issue d’une famille très aisée, elle était belle, jeune, mi blonde mi rousse et avait un corps avec des formes non négligeables. Ce soir là, elle portait une robe saumon qui moulait sa peur. Elle était magnifique et comme il était prévu qu’elle conduise pour ramener ses amis, elle n’avait pas bu.

Kris était rentré dans la fête universitaire accompagné d’autres élèves de première année. Il avait tout juste dix neuf ans, était venu d’Estonie à la base pour ses études. Après avoir passé quatre ans au lycée, il avait obtenu une bourse de sport et venait de terminer son second semestre. Il n’aurait pas du être à cette soirée, réservée aux diplômés. Il allait certainement redoubler, il était déjà accro à ses six joints par jour et planait presque quatre jours sur sept. Kris n’aurait donc jamais du rencontrer Javannah.

On ne peut pas dire que ce fut le coup de foudre. L’une, depuis la piste de dance, entendait ses copines râler contre ces imbéciles de première année. L’autre, depuis le bar, avala un premier verre. Ce fut le premier regard.

Le premier contact eut lieu deux jours plus tard. Les valises de Javannah étaient prêtes, elle attendait un taxi devant le campus. Elle avait totalement oublié ce garçon qu’elle avait à peine vu à la soirée. Elle ne pensait qu’à s’en aller de la fac. Son portable à la main, elle entendit un bruit de roulette derrière elle. Kris aussi partait. Il rentrait en Estonie. Ils eurent un regard, un sourire. Il engagea la conversation en s’allumant une cigarette. Il lui en proposa une, elle refusa. Elle passa une main dans ses cheveux et répondit à ses questions. Quand le taxi arriva, il l’aida à charger ses affaires.

Elle repartit à Tampa (1), il repartit à Tallinn (2).

Kris rencontra une autre fille, Jan, et oublia Javannah. Javannah se fit engager en tant que traductrice et commença à parcourir le monde en oubliant Kris.

En septembre, le jour de la rentrée universitaire, Kris Host était absent. Il était resté à Tallinn avec Jan et à part fumer de l’herbe, coucher et manger, ils ne faisaient pas grand-chose, au dam de leurs parents. Venant d’une famille modeste, Kris se retrouva rapidement fauché. Sa sœur prit alors les choses en main et le mit à la porte. Jan quitta sa famille et ils se retrouvèrent à la rue en plein hiver.

Deux mois plus tard, Javannah arriva en Estonie avec son employeur. Ils avaient une réunion de travail le lendemain mais en attendant, elle était libre. Elle aurait pu rester à l’hôtel ou aller au restaurant ou étudier en profondeur la langue. Mais elle avait préféré sortir à la recherche d’un parc où flâner tranquillement. Elle n’aurait pas dû revoir Kris Host. Kris Host aurait aussi préféré qu’ils ne se revoient pas non plus. Mais il commençait à faire froid et Jan l’avait lâché pour vivre avec un autre mec pourri. Et il priait depuis quatre jours pour qu’une âme charitable le fasse dormir ailleurs que sous un banc du parc.

Au début, ils ne devaient être qu’amis, le temps du séjour de Javannah à Tallinn. Puis ils ne devaient que s’embrasser. Puis ils ne devaient que coucher en se protégeant. Ce ne fut pas comme dans tous les contes de fées où tout le monde est heureux. Ils avaient des problèmes, notamment à cause de la drogue. Kris avait déjà fait deux cures de désintoxication mais il ne parvenait pas à se débarrasser de son addiction à la cocaïne. Il pensait que ce n’était pas grave tant qu’il ne se piquait pas. Il était amoureux et à chaque fois que Javannah le fixait, il voulait changer. Et elle était amoureuse et à chaque fois que Kris la prenait dans ses bras, elle pardonnait.

Javannah avait vingt six ans quand elle tomba enceinte.

Ils avaient des projets. Kris entra dans une troisième cure, ils devaient se marier, rentrer en Amérique, avoir d’autres enfants. Mais Jan Bullotz en décida autrement.

Javannah était heureuse d’être enceinte. Elle n’avait pas voulu savoir quel sexe il aurait, elle se contentait d’attendre, même si elle aurait voulu que son bébé naisse en Amérique. Kris sortit de cure le 6 mai 2982 et son enfant naquit deux jours plus tard à quatre heures du matin. Frais, reposé, décidé à en finir, Kris fut ému, touché par la petite boule chaude qui portait son nom et son sang.

Javannah insista pour lui donner le nom de son grand père et Kris l’arrangea à sa sauce. Frederic Host venait donc de naître.

Au début, tout allait bien. Ils vivaient à trois, tranquillement. Kris arrêta complètement la drogue, Javannah recommençait à rêver de mariage et de rentrer à Tampa et leur bébé passait du stade de petite boule chaude au stade de chose bougeante et bruyante. Souriant, Frederic s’éveillait vite et voulait tout toucher. Il appréciait le contact avec les cheveux de sa mère et les mains de son père, grandes et rugueuses.

Le jour des dix mois du petit garçon, Kris ne rentra pas à la maison.

Selon le dossier policier numéro 18914 de l’année 2983, Kris Host, sous l’influence d’une masse extrême de cocaïne, frappa Jan Bullotz du poing droit, avant de lui planter vingt trois fois le couteau dans la poitrine, la tuant. L’accusé plaidera coupable et évoquera la folie de la victime et le don qu’elle avait de pousser les hommes à bout. Il écopera de dix ans de prison.

Le premier anniversaire de Frederic se passa sans son père.

Dévastée, Javannah hésita sur la conduite à suivre. Elle pouvait retourner à Tampa, seule avec son fils. Mais Kris avait besoin de lui et il l’aimait. Elle choisit de rester, de s’endurcir, de l’aimer et de chérir son fils.

Dire si Kris aimait son fils ou pas était compliqué. Il accepta de se marier avec Javannah mais déjà, l’éloignement lui pesait et il devenait plus dur au fur et à mesure des jours qui passaient. Elle lui manquait et il attendait les samedis, jour de visite. Ses parents l’avaient renié depuis trop longtemps et sa sœur en avait fait autant. Et quand ses yeux croisaient ceux de Frederic, quand le petit garçon tendait la main pour toucher la barrière transparente, Kris se sentait tellement coupable qu’il aurait préféré qu’il n’existe pas. Tout aurait été plus simple.

A huit ans, Frederic était un petit brun plutôt frêle et fin, mais souriant et débordant d’énergie. Sa mère l’avait surnommé « sa petite pile ». Il maitrisait l’anglais et l’estonien, était parmi les élèves les plus doués de sa classe, n’ignorait rien du passé de son père et attendait lui aussi les samedis avec impatience. Au fil du temps, il apprit les lois de la rue, qui, même dans son quartier haut placé, étaient les mêmes. Aves ses amis, il se rendait souvent dans les bas fonds de Tallinn tester les limites de leur courage, et il était le plus téméraire. Chef d’une bande de gamins, il courait vite pour échapper aux adultes, notamment aux commerçants auxquels ils volaient des bonbons ou des gâteaux.

Peu après les onze ans de son fils, Kris Host franchit la porte de l’appartement familial. Il prit sa femme dans ses bras et embrassa la vie qu’il aurait du avoir. Il n’eut pas un regard pour Frederic, qu’il avait appris à nier. Il comptait repartir de zéro, mais ses résolutions ne tinrent pas.

Frederic remarqua un changement étrange. Sa mère ne prenait plus soin de lui comme avant, elle pleurait plus et leur lieu de vie était de plus en plus vide. Les hurlements de son père le réveillaient la nuit. Il se mit à chercher du réconfort dehors mais même les jeux des rues n’avaient plus la même saveur. Il ne comprenait pas et la chaleur de l’été ne l’aidait pas. Son père n’était pas celui qui lui parlait depuis l’autre coté de la vitre.

Et ce soir de fin octobre, alors qu’il commençait à faire de plus en plus froid, ce fut la planète entière qui changea. Aujourd’hui encore, Frederic refuse de se souvenir de cette nuit là. Il était allé traîner dans les mauvais quartiers, avait gagné une bagarre contre un autre gosse et il rentrait chez lui. C’était bientôt l’anniversaire de sa mère. Il avait tourné la clé dans la serrure. Les pièces étaient sombres et froides. Il n’avait pas peur du noir mais quand il avait vu le sang à terre, il avait frissonné. Ses mains s’étaient mises à trembler. Il avait appuyé sur l’interrupteur et son autre main s’était serrée. Son imagination avait pensé à un homme méchant, violent, dont sa mère lui avait toujours dit de se méfier. Il avait vu à la place son père, allongé à terre, dans une flaque de sang alors que des pilules de diverses couleurs et de la poudre blanche étaient éparpillés sur le sol.

La voisine des Host avait entendu un hurlement strident et était montée quatre à quatre, son mari et ses fils adolescents sur ses talons. C’est qu’elle la connaissait, cette voix. C’était celle du petit Frederic, à qui elle faisait des cookies pour son anniversaire et des pulls pour Noël. A son tour, elle avait vu le cadavre, le sang, les drogues et les larmes de Frederic.

Il avait fallu dix neuf minutes à Javannah pour arriver et une heure et treize minutes à l’ambulance.

Ce qu’il s’est passé par la suite, Frederic ne s’en souvient plus. Il sait juste qu’il n’est jamais retourné dans les bas fonds de Tallinn. Il apprit le sens du mot overdose et deux mois plus tard, alors que l’avion se posait à Tampa, il avait l’impression que, plus jamais, maman ne reparlerait estonien. Il fit la connaissance de ses grands parents, de sa tante, de son oncle et ses deux cousines plus âgées.

Ils ne restèrent pas longtemps à Tampa. Javannah détestait tout ce qui lui rappelait Kris. Ils partirent pour New York. Si elle avait cru que vivre dans une nouvelle ville sauverait son fils, elle se trompait, même si cette décision était sans doute la meilleure à prendre.

Mais New York était pire que Tallinn. La vie dans son école du quartier Ouest était dure. Frederic dut mettre ses larmes de coté et brandir ses poings pour hurler aux autres que du haut de ses presque douze ans, de son mètre cinquante et ses quarante kilos, il était un dur. Il tomba dans une spirale de violence et de folie qui le mena tout droit à l’Académie Weins, au grand dam de sa mère.

Au début, ce fut pareil. Il commença d’en bas et il montait les échelons de la hiérarchie de la rue. Mais cette fois, il jouait dans la cour des grands et devait faire face aux adultes. Lui aussi avait ses armes. Rien ne lui faisait peur. Il apprit la répartie, le sarcasme et le sourire. Il était capable de rire au nez d’un homme du double de son âge et cet homme se laissait avoir.

Il toucha sa première cigarette cinq mois après son arrivée et immédiatement, un jeu nouveau commença. Pour se faire un nom, il devait faire plus et de plus en plus vite. A treize ans, il fumait un paquet en trois jours. L’argent coulant du compte en banque de sa mère, il n’avait pas de soucis à se faire. Pour lui, ce n’était qu’un jeu parmi les autres. Sa triste célébrité commençait à augmenter. Il se fit non seulement une réputation de dur, mais aussi de fêtard. On le respectait, on avait peur de sa carrure trop maigre.

La première fois qu’il toucha de l’herbe, il eut un mouvement de recul. Il n’avait pas oublié que cette saloperie avait tué son père. Il ne testa pas par envie ou par peur de se faire traité de nul, mais pour voir où étaient situées les limites de ses capacités. Et l’effet fut tellement délectable qu’il recommença, encore, encore et encore, sans se poser de questions. Et les pilules suivirent, la poudre blanche, puis, un an plus tard, l’héroïne.

Il ne rentrait chez lui qu’un soir sur trois. Dans des éclairs de lucidité devenant rares, il avait persuadé sa mère de le laisser vivre seul et elle avait accepté. Javannah voyait bien que quelque chose n’allait pas chez Frederic, n’allait plus. Mais comme il veillait à rester plus ou moins clean devant elle, elle ne posait pas de questions. Il était tout ce qui lui restait, elle n'avait pas envie de faire quoi que ce soit qui pourrait aller au contraire de son sens. Elle refusait d'admettre que Frederic ressemblait trop à Kris pour son bien.

A l'Académie Weins, la vie n’était pas non plus évidente. A l’aide de ses mains et de ses seringues, Frederic Host était désormais quelqu’un à craindre. Devenir célèbre ne l’intéressait plus, être le Roi n’était plus qu’un rêve ancien de gosse. Il ne parlait plus que l’anglais. La petite pile avait grandi pour devenir une bombe atomique à retardement. C’était ainsi que certaines filles le surnommaient : « la bombe ». Car elles étaient nombreuses à être attirées par lui et il le leur rendait bien. Il persuada certaines qu’il était loin d’être mauvais une fois nu sous la couette et cela ajouta à sa renommée. Avec les garçons, c’était différent, il fallait ruser. Mais Frederic était borné, très borné, il pouvait se permettre de passer quatre jours de séduction si cela en valait le coup.

Le gouvernement lui passait au dessus. Il s’en foutait. Bien sur, il râlait constamment mais une monarchie ou une démocratie lui auraient fait le même effet. Il n’avait jamais les idées assez claires pour s’en soucier. Il râlait aussi contre ces « enfoirés de flics », ces « salopes de Cheers » et ces « tapettes de Sportifs » mais au final, il n’en avait absolument rien à foutre. Quiconque savait boire, fumer, se piquer ou coucher était susceptible d’être dans la liste de ses amis, et si quelqu’un était capable de faire tout cela, dans celle de ses meilleurs amis.

Sa dépendance augmentait avec le temps.

A la surprise générale, il avait obtenu une place de choix auprès de la reine du Quartier Nord, qu’il connaissait par cœur, en tant que Chevalier. Au début, même s’il avait trouvé cela ridicule, il s’était montré digne de ce grade, même avec une désinvolture extérieure qui lui était propre. S’il était capable alors de tout, ses limites sautèrent encore d’un cran.

Et, bien que prévenu, il eut sa première overdose à dix sept ans.

Elle lui fut dévastatrice. Il resta six jours dans un coma profond. Javannah priait, criait, faisait tout pour que sa « petite pile » lui revienne. Elle bénit la Reine de lui apporter soutien, force et aide. Elle bénit les médecins, les infirmières et le service hospitalier entier. Elle bénit le directeur de l’établissement de désintoxication qui avait accepté de prendre Frederic en charge. Et elle maudit Kris Host. Elle organisa tout, depuis l’assurance jusqu’au déménagement en passant par prévenir l’Académie. Elle vendit les deux appartements au nom de Host, changea leurs numéros de téléphones portables et partit sans prévenir personne pour Los Angeles.

La cure de désintoxication rappelait à Frederic son père, à la différence que c’était lui qui était enfermé. Forcé de suivre certaines règles, on l’obligea à vivre selon un mode de vie qui n’était pas le sien et qu’il n’aimait pas. Il montra clairement sa mauvaise volonté. La drogue faisait partie de lui et il avait peur de vivre sans. Il ne voulait pas vivre sans. Il fit néanmoins plusieurs rencontres d’hommes et de femmes désireux de s’en sortir, et le déclic se fit. Il réalisa sa grande faiblesse et se plia. Il suivit les séances de psychiatrie. Il comprit qu’il était passé à coté de sa vie.

A la fin des six semaines les plus longues de sa vie, Frederic était redevenue la petite pile. Toujours débordant d’énergie, il était résolu à rester lui-même, perturbateur et capable de toutes les conneries possibles. Il avait fait une croix sur la cocaïne, l’héroïne et les pilules mais gardait son addiction au tabac. Il se coupa les cheveux et repartit pour New York. Javannah insista pour lui prendre une chambre à l’intérieur même de l’Académie Weins. Elle lui interdit d’être seul et pour son propre bien, Frederic obéit. Il savait qu’il n’avait pas bien le choix et d’un autre coté, il sentait sa peur de retomber s’agrandir.

(1) Troisième plus grande ville de l’Etat de Floride, Etats-Unis.
(2) Capitale de l’Estonie.



• • •


CARACTÈRE

« Un homme de caractère n'a pas bon caractère. » — Jules Renard.

Perdu et perturbé. Il ne sait plus du tout où il en est. A l'heure actuelle, il n'a pas trouvé de point de repère dans sa vie et ne sait donc plus quoi faire. Si la drogue lui donnait des ailes, il ne sait pas comment les retrouver. Il avance doucement, comme s'il découvrait sa vie. Il a l'impression d'être un étranger à son propre corps et envisage un voyage en Estonie pour se retrouver. Il ne sait pas de quoi il a envie. Il a peur d'arrêter la cigarette et de recommencer à se droguer. Il sait que cela ne serait pas bon pour lui mais voudrait également retrouver les sensations qu'il aimait.
Joie et masquarade. Mais il ne montre rien de tout ça. Il montre à tous un joyeux sourire de gamin. Il est heureux d'être encore en vie et sait qu'il a encore plein de choses à faire. Il adore ne rien faire de ses journées et découvrir des nouvelles choses. Il se balade souvent seul, les yeux dans le vide. Il tache d'être joyeux et voudrait même aider les autres, parfois. Il est capable de faire la fête longtemps et s'amuse beaucoup. On remarque ce changement en lui. Il apparait vraiment comme un gosse de dix sept ans, un adolescent pas préssé d'être adulte.
Insolent et méchant. Il se fout également de la gueule de tout le monde. Il est insultant et méchant envers ceux qu'il n'aime pas. Il peut envoyer chier le monde quand il le veut et pourquoi il le veut. Il fait exactement ce qu'il veut avec les humains et aime beaucoup faire tourner les autres en vrille. Il peut être vraiment méchant par contre quand on fait souffrir ceux qu'il a décidé de protéger ou d'aimer. Il est légèrement possesif.
Amoureux et célibataire. Il n'a jamais connu de vraie histoire d'amour. Il virevolte, par ci, par là, se pose trois mois, trompe et se fait jeter parfois ou jette sans scrupule. Il couche à droite puis à gauche. Il ne fait aucune différences entre les filles et les garçons. Il aime beaucoup les aventures d'un soir. Il aimerait lui aussi se poser à vie, pouvoir chérir quelqu'un tranquillement.
Secret et effacé. Il tache de ne pas trop s'investir dans ses relations. Une seule personne connait actuellement toute son histoire. Il ne parle pas beaucoup de lui, et n'aime pas vraiment en parler. Il sait rester dans le sourire ou sourire en disant que tout va bien. Il peut persuader ou convaincre les autres qu'il va bien, qu'il continue à aller bien, mais ne fait pas plus d'affirmations. Il cache certaines parties de son histoire et personne ne l'a jamais entendu parler estonien.
Adorable et dingue. Toujours à la recherche des pires conneries à faire, il continue de vivre et aime chercher des formes dans les nuages.


• • •


YOU & YOURSELF

Ton p'tit nom/pseudo : :D
Ton âge ::D
Un ou plusieurs comptes sur le forum ? Deux
Comment as-tu connu le forum ? :D
Et comment tu le trouves ?:D
Quelque chose à ajouter ? :...:




Invité
Informations


MessageSujet: Re: || Frederic Host Version Two || TERMINEE. Ven 23 Sep - 17:31

Bon bon bon... C'est NUL! :gr: *sort*

C'est magnifique tout ça mon petit Freddienouchet! :kyah:
J'ai juste validé ton code et modifié les quelques petites fautes qui s'étaient glissées dans ta fiche (quelles vicieuses, celles là alors!)


PS : Et, dis moi... L'histoire du père qui tue après s'être drogué, ça me fait penser à quelqu'un... J'me trompe? siffle:

Encore une fois, c'est trop bon comme fiche! bave

Cheerleader
avatar
H. Allegra Lockhart
Informations
AVATAR : Teresa Palmer

ANNÉE D'ÉTUDE : Troisième année

DC : Tess Sayers, Spencer J. Fitzpatrick, Zélis Jaeger-Hyde

DISPONIBILITÉ RP :
  • Indisponible


COMMENTAIRES : « Mirror, mirror on the wall, tell me, who has the sickest mind of them all? »

CRÉDITS : korrigan (avatar) || alaska + tumblr (signature)

MESSAGES : 610

Date d'inscription : 10/04/2011

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 22 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un incertain, je peux basculer d'un côté comme de l'autre


MessageSujet: Re: || Frederic Host Version Two || TERMINEE. Ven 23 Sep - 22:25

Re-bienvenue mon tendre chéri 456

EDIT - je t'ai mis en violet mais t'es toujours dans les deux groupes hein.






i did something bad
@ ALASKA.


Voir le profil de l'utilisateur http://projet-weins.forumgratuit.org/

Invité
Informations


MessageSujet: Re: || Frederic Host Version Two || TERMINEE. Sam 24 Sep - 14:25

Bouh j'suis en violet >_< j'avais prévu le truc, mais ça fait bizarre.

OK qui veut un rp ? What a Face J'offre au premier venu :kyah:

Merci :kyah:

Et pour les fautes, HEIN, voilà.

Calypso
avatar
Calypso R. Storm
Informations
AVATAR : Lindsay Ellingson

ANNÉE D'ÉTUDE : 5ème année

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Sachez mes chers que vous vous trouvez face à la Reine de l'Académie. Reine que vous devrez acclamer, admirer parce que j'ai été élue par tout le monde comme étant la plus belle de cette fichue Académie. Mais ne vous réjouissez pas : beauté ne veut pas dire stupidité...
Ça fait six ans que je suis réélue, et je compte bien continuer jusqu'à mon départ.
Je suis également la Dirigeante en chef du Quartier Nord et je peux vous faire décapiter d'un simple claquement de doigt. Je suis également une prostituée de luxe et mes clients me sont entièrement dévoués alors dis un seul truc de travers sur moi et j't'envois en prison jusqu'à la fin de ta vie !

Allez sans rancune : je suis magnifique et intelligente, t'es rien face à moi !


CRÉDITS : m.bjs

MESSAGES : 1876

Date d'inscription : 05/05/2011

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 22 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un incertain, je peux basculer d'un côté comme de l'autre


MessageSujet: Re: || Frederic Host Version Two || TERMINEE. Sam 24 Sep - 20:32

Je suis la première venue apparemment drague

On s'donne rendez-vous dans un bar freddie-chou et moi ? sadique

J'te laisse commencer le RP où Calypso va apprendre à Freddie qu'il va devoir habiter près de chez elle. Ils se retrouvent après deux mois d'absence, ça te va ? :D
(je tiens à préciser pour le RP que Calypso est en retard suite à un petit problème avec un de ses clients siffle:)

Re bienvenue hug




« Vous m'impressionnez en fait … car dans votre humanité à souffrir du passé, votre inhumanité à tuer et à diriger un lieu à présent vous rend simplement fascinante. Retenir des larmes, brider la tristesse pour la cacher en public alors que je sais au fond qu'il existe des bras où vous aimez vous reposer … ma chère ; vous êtes une vraie Reine. Et voyez je ne serai jamais un roi ...»
Jason Lecter
© chaussette


Jason et Calypso jouant aux échecs:
 


Calypso version "game of thrones:
 

Voir le profil de l'utilisateur http://projet-weins.forumgratuit.org

Invité
Informations


MessageSujet: Re: || Frederic Host Version Two || TERMINEE. Sam 24 Sep - 21:54

N'i ouais *-* J'vais l'faire *-*

Vive les bars sadique


Invité
Informations


MessageSujet: Re: || Frederic Host Version Two || TERMINEE. Sam 1 Oct - 19:04

C'est long et j'suis franchement pas motivée. But i'm sure i'm gonna love it babe! ♥


Contenu sponsorisé
Informations


MessageSujet: Re: || Frederic Host Version Two || TERMINEE.



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1