Calypso + Calypso = Calypso²? [Calypso]

Invité
Informations


MessageSujet: Calypso + Calypso = Calypso²? [Calypso] Dim 16 Oct - 18:10

Deux zouaves étaient en train d'astiquer un souffre-douleur. C'était plus fort que lui, il ne pouvait pas laisser ça comme ça. Il attrapa par le paletot les deux escogriffes et les envoya manger la poussière un peu plus loin. Il choppa la victime par le col, la recolla sur ses deux pieds, lui tapota le dos et l'envoya pleurer chez sa mère. Le gamin se carapata sans demander son reste, sans dire merci. Indisciplinés les jeunes d'aujourd'hui. A croire que plus personne ne savait ce qu'était le respect des aînés. Bah, ce n'était pas son gros problème du moment. Après tout, l'académie était là pour ça, non? Il soupira, gardant un visage neutre et impassible. Une cloche retentit non loin de là et déjà un flot de masse humaine s'extirpa des bâtiments. La fin de journée s'annonçait plus que fructueuse. Il pouvait coffrer plus d'un déjà rien que par observer les jeunes. Certains sortaient une clope, voire autre chose à fumer, certains sortaient les seringues, d'autres les bouteilles. Ils se rassemblaient en petits groupes. Oh oui, restez bien ensemble, c'est par l'unité qu'on est plus fort, mais battez-vous aussi, vous serez plus faibles. Il hésita à aller les arrêter, mais il était là pour autre chose, il ne fallait pas rater l'occasion, c'était suffisamment rare pour qu'il se rapproche de l'académie, alors il les laissa se disperser.

L'homme s'appuya contre une voiture, la sienne, garée, juste à l'entrée, ainsi tous les étudiants devaient passer devant lui. Oh, il n'était pas le seul adulte qui attendait, loin de là. Il y avait pas mal de parents, et d'autres bonshommes en costard-cravate, lunettes de soleil vissées sur le nez, eux, c'était pas les papas mamans, eux, c'était les gros bras, les sbires, les gardes-du-corps. Bah, eux, ils faisaient moins de conneries que les petits imbéciles de l'académie, quoi que quand ils faisaient une bourde, elle était grosse. Mais bon, aujourd'hui, il n'était pas là pour les arrêter, pas plus qu'il n'était là pour chopper un ou deux gamins. Ca le démangeait fortement, mais aujourd'hui, il avait autre chose à faire. Vêtu le plus banalement du monde, jean, pull, casquette, il attendait, s'appuyant sur une berline noire. Max était là, il le savait, mais le policier se tenait un peu plus en retrait, loin des yeux, comme on disait si bien, pareil, appuyé sur une voiture, à une dizaine de mètre de là, lui aussi semblant attendre quelqu'un, il avait allumé une clope et il faisait comme si de rien était.

Aaron scruta les petites têtes blondes. Ah, les jeunes, qu'il n'aimaient pas ça. Ca faisait du bruit, c'était chiant, c'était fourbe et c'était des imbéciles. Enfin. Un visage le sortit de ses pensées. Un visage avenant, souriant, une jeune fille blonde, un regard océan. Il était sûr et certain de l'avoir croisé auparavant. L'agent se redressa, se dégageant de sa position par un coup d'épaule et fourra les mains dans ses poches de pantalon. Il n'avait pas quitté le visage de cette demoiselle, mais le sien, lui de visage, ne s'était pas défait de son air impassible. Il le connaissait ce visage. Il était certain de l'avoir croisé... Plus jeune, il y a si longtemps. C'était avant... avant tout ça, du coup... il n'arrivait pas à mettre un nom dessus. Il observa les autres étudiantes qui marchaient à côté d'elle. Elles étaient loin et il ne pouvait pas entendre ce qu'elles disaient, jusqu'à ce qu'il remarqua le mouvement des lèvres d'une d'entre elles... "Calypso". C'est ça qu'il avait appris pendant de longs mois, à lire sur les lèvres... Et Calypso, cela lui éveilla de fort lointain souvenirs. Calypso... Il en connaissait deux, de Calypso... L'une, c'était la Reine de la Zone Nord. C'était elle qu'il voulait voir. La deuxième, c'était... un souvenir ancien, une petite tête blonde, adorable comme personne, affectueuse qu'il avait croisé chez ce bon vieux Taylor. Calypso... celle-là, elle avait disparue, mais en y réfléchissant... D'accord qu'une gamine change avec le temps, mais c'était bien ce visage qui avait ravivé les souvenirs... Peut-être que...


- Calypso Storm?

La demoiselle passait tout prêt de lui. Il sortit les mains de ses poches, signe plus ou moins inconscient qu'il ne cachait rien dans ses poches, ni ne voulait l'attaquer avec un objet invisible. On ne savait jamais avec les gardes du corps. Il se doutait bien que la Reine de la Vermine nordiste devait avoir un ou deux homme à tout faire planqué dans la foule. Tant qu'à faire, autant ne pas s'attirer les foudres des gros bras.

- Est-ce que je peux vous parler cinq minutes?

Calypso
avatar
Calypso R. Storm
Informations
AVATAR : Lindsay Ellingson

ANNÉE D'ÉTUDE : 5ème année

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Sachez mes chers que vous vous trouvez face à la Reine de l'Académie. Reine que vous devrez acclamer, admirer parce que j'ai été élue par tout le monde comme étant la plus belle de cette fichue Académie. Mais ne vous réjouissez pas : beauté ne veut pas dire stupidité...
Ça fait six ans que je suis réélue, et je compte bien continuer jusqu'à mon départ.
Je suis également la Dirigeante en chef du Quartier Nord et je peux vous faire décapiter d'un simple claquement de doigt. Je suis également une prostituée de luxe et mes clients me sont entièrement dévoués alors dis un seul truc de travers sur moi et j't'envois en prison jusqu'à la fin de ta vie !

Allez sans rancune : je suis magnifique et intelligente, t'es rien face à moi !


CRÉDITS : Shiya

MESSAGES : 1900

Date d'inscription : 05/05/2011

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 22 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un incertain, je peux basculer d'un côté comme de l'autre


MessageSujet: Re: Calypso + Calypso = Calypso²? [Calypso] Mer 19 Oct - 21:48

Les cours n'en finissaient pas et Calypso finit par se demander s'ils n'avaient pas enlever les piles de l'horloges murales qui la narguait au dessus du professeur d'histoire en laissant ses aiguilles bloquées quelques minutes avant la fin du cours. Elle aurait très bien pu partir avant la fin et ainsi rentrer chez elle tranquillement mais elle avait un rôle : elle devait faire régner le calme dans sa classe et sur l'Académie entière. Le calme était quelque chose d'inimaginable dans Weins mais étrangement, la classe de Calypso ne pipait mot depuis plus de trois quarts d'heures. La Reine savait parfaitement qu'ils ne bougeraient pas tant qu'elle n'aurait elle-même bougé. C'était comme ça : on attendait que la Reine bouge pour oser bouger. Calypso tenait d'une main de fer l'Académie et même s'il y avait quelques petits crétins qui osaient encore remettre en cause son autorité, Calypso était et resterait dans l'Histoire de Weins comme étant la Reine la plus respectée de l'Académie. Il ne fallait pas se leurrer : avant qu'elle arrive, les reines étaient juste des poupées servant à ré-hausser l'image de bad-boy des anciens rois. Mais Calypso était arrivée, était devenue Reine puis avait été agacée d'être considérée comme une poupée gonflable, alors elle avait agit et l'année précédente, elle était devenue l'unique source de pouvoir de toute l'Académie Weins : les garçons se prosternaient à ses pieds pour devenir Roi et rien ni personne ne pouvait l'arrêter dans sa montée. D'année en année elle était élue et quoi qu'on puisse dire sur elle, on ne pouvait pas dire qu'elle faisait mal son boulot. La violence au sein de l'Académie avait considérablement diminué et on pouvait à présent se promener librement dans les couloirs sans risquer de se retrouver empalé sur une lame sans raison.
Le regard de Calypso était fixe et son attention était bien plus loin que la création des Etats-Unis. Comment étaient nés les USA, Calypso s'en foutait comme de sa première paire de chaussures. Tout ce qu'elle avait compris c'était que les américains étaient trop forts et avaient tués les méchants indiens. Et d'ailleurs elle trouvait pas ça très juste, la Calypso... Ils avaient l'air cool les indiens alors pourquoi on les avait tués ? C'était bien sûr une question à laquelle elle n'aurait pas de réponse puisque de toute façon, on ne décrivait que les "bons côtés" des USA en cours : à savoir qu'ils étaient trop forts, trop riches et trop intelligents ! Alors pourquoi était-on endetté ? Hum ? Encore une question qu'elle ne pourrait pas poser au prof sous risque de se faire enfermer pour "propos portant atteinte à la sécurité nationale". Enfin bref, le prof venait de poser une question et évidemment tout le monde était trop occupé à regarder l'horloge pour tilter qu'il venait de demander quelque chose. Et ce qui arriva arriva : la fin du cours fut là. Calypso se leva et presque immédiatement, toute la classe avait rangé ses affaires et la moitié était déjà dehors lorsque Calypso entreprit de partir. Elle ne pétait pas vraiment la forme et comptait rentrer chez elle et se poser comme un gros tas sur son lit et après elle irait zoner dans le quartier. Enfin c'était ce qu'elle avait prévue en tout cas. Evidemment ça échoua lorsque son prof l'appela alors qu'elle s'apprêtait à regagner sa liberté :

- « Mademoiselle Storm ? Mike Dames n'est pas venu en cours depuis quelques jours, pourriez-vous lui demander de venir ? »

Calypso soupira et répondit par l'affirmative. C'était aussi ça être Reine : devoir rappeler à l'ordre des crétins qui séchaient...
Les élèves se pressaient dans les couloirs comme si pousser comme un boeuf allait faire s'agrandir la porte d'entrée... Calypso resta à regarder le groupe essayer de passer la porte à dix avant de s'énerver.

- « Eh vous ! Vous êtes aveugles ou quoi ? Vous passerez pas à autant ! Mettez-vous par deux et le premier qui bouscule, je l'explose ! »

Dans un premier temps, un ange passa. Ensuite le groupe s'exécuta et partout retentir des chuchotements plus ou moins discrets : « Wouaaaah ! T'as vu c'est la Reine ! Elle est trop claaaasse ! » Et finalement le groupe passa la porte sans encombre et, pour éviter de s'attirer les foudres de Calypso, les suivants firent la même manœuvre et le débit de sortie s'en trouva beaucoup plus fluide.
La Reine marchait dans la cour afin de sortir le plus rapidement possible de l'Académie lorsqu'un grand brun l'interpella. Elle s'arrêta et attendit qu'il la rejoigne : c'était un membre de l'équipe de foot et elle l'appréciait. Ils parlèrent de tout et de rien jusqu'à ce qu'un mec adossé à une voiture interpelle Calypso :

- « Calypso Storm ? Est-ce que je peux vous parler cinq minutes ? »

Calypso se tourna vers lui et il sortit immédiatement les mains de ses poches comme en signe de neutralité. Qu'est-ce qu'il lui voulait lui ? Pour qui il se prenait à être adossé comme ça à sa voiture ? Il avait dû regarder trop de films policiers douteux. Pourtant sa tête rappelait quelque chose à Calypso. Elle avait l'impression que de son passé émergeait l'identité de la personne mais elle ferma aussitôt son esprit à cette recherche : elle refusait de laisser son passé remonter à la surface : ça faisait bien trop mal.

- « Me parler cinq minutes ? Ça dépends de combien tu payes. »

Elle le laissa planter là comme une vieille chaussette et tourna son attention vers un petit blond qui venait de passer le portail de l'Académie.

- « Eh toi ! Mike Dames ! Viens me voir, s'il te plaît. »

Le blond eut l'air affolé en entendant quelqu'un l'appeler par son prénom mais lorsqu'il vit Calypso, il fut carrément terrorisé : la Reine n'appelait pas pour rien. Elle attendit plus ou moins patiemment que le blonde soit devant elle. Il ressemblait à un voleur de bonbons prit la main dans le paquet...

- « J'peux savoir pourquoi tu viens plus en cours ? »
- « C'est que... Ma maman ne va pas bien et euh... »
- « T'arrêtes un petit peu tes mensonges ? Alors, pourquoi ? »
- « Il y a un grand qui n'arrête pas de me harceler... Il m'avait enfermé dans les toilettes aujourd'hui... »

Il avait l'air si piteux que la Reine en soupira. Elle avait l'impression de se retrouver en face d'un gamin sortant de primaire mais non, elle se trouvait bien en face d'un lycéen...

- « Qui ? »

Le garçon la regarda d'un air suspicieux mais dès qu'il croisa son regard, il baissa les yeux. D'un geste tremblant il indiqua discrètement un grand mec aux cheveux châtains qui était en train de rire avec sa bande de macaques. Calypso claqua des doigts et immédiatement le brun avec qui elle rigolait quelques minutes plus tôt bougea et se dirigea vers le fauteur de troubles. La Reine attendit que le châtain soit plaqué contre le mur, hors-jeu, pour aller le voir :

- « La prochaine fois que tu harcèles quelqu'un, je te ferais regretter d'avoir eu quelque chose entre les jambes. »

Les yeux du châtain s'agrandir de peur et lorsque le brun le lâcha, il détala comme un lapin. La Reine retourna vers le petit blond et le regarda droit dans les yeux.

- « La prochaine fois tu te démerdes. J'veux pas savoir si t'es harceler ou non, tu viens en cours un point c'est tout. Compris ? »

« Sinon c'est moi qui vais trinquer avec l'autre demeuré de Directeur... » pensa la Reine en soupirant.
Le petit blond acquiesça en souriant : la Reine grognait mais ne mordait pas. Du moins tant qu'on ne l'énervait pas trop... Il partit rapidement et lorsque Calypso se retourna, elle se trouva nez-à-nez avec l'homme qu'elle avait envoyé promener quelques instants plus tôt.

- « Eh bah... T'es en manque ou quoi ? » dit-elle, sarcastique.

C'était sa façon à elle de lui faire remarquer qu'il ne l'effrayait pas, que sa visite en soit le but ou non d'ailleurs. D'un geste elle congédia le brun qui la surveillait de loin. Calypso était une Reine et elle n'avait pas peur de ce qu'elle connaissait et cet homme là, elle l'avait déjà vu quelque part lorsqu'elle était enfant et ça, ça suffisait amplement à ne pas l'effrayer.

- « Je t'accorde cinq minutes seulement si tu dis à ton pantin d'aller se griller une clope ailleurs. » fit-elle en désignant un mec qui fumait un peu plus loin.

Pour qui la prenaient-ils, hein ? Calypso connaissait parfaitement les visages de tous les parents et proches des membres de l'Académie et ces deux là n'en faisait pas partit. Il ne fallait pas sous-estimer la Reine, sous peine de le regretter amèrement.

---------------------------------------------------------------------------

Texte : #cc3333

« Vous m'impressionnez en fait … car dans votre humanité à souffrir du passé, votre inhumanité à tuer et à diriger un lieu à présent vous rend simplement fascinante. Retenir des larmes, brider la tristesse pour la cacher en public alors que je sais au fond qu'il existe des bras où vous aimez vous reposer … ma chère ; vous êtes une vraie Reine. Et voyez je ne serai jamais un roi ...»
Jason Lecter
© chaussette


Jason et Calypso jouant aux échecs:
 


Calypso version "game of thrones:
 

Voir le profil de l'utilisateur http://projet-weins.forumgratuit.org

Invité
Informations


MessageSujet: Re: Calypso + Calypso = Calypso²? [Calypso] Mar 25 Oct - 18:38

Le policier qu'il était la laissa parader un moment. Ainsi la Reine de l'Académie ressemblait à ça? Franchement pitoyable. Elle tentait l'impossible pour que l'on fasse attention à elle. Non, vraiment, comment des gamins pouvaient être aussi débiles? En tout cas, c'était râté pour l'attention. Aaron baissa le regard pour regarder sa montre, ne prétant pas la moindre attention à ce qu'elle faisait. Elle avait tenté une approche sarcastique, à moins que cela ne soit son comportement naturel, auquel cas, elle était une belle petite péripatéticienne, comme on dit si bien. Mais bon, sa réputation de prostituée de luxe n'était plus à refaire.

Ses souvenirs revenaient lentement. Il se souvenait de cette petite Calypso, gaie comme un pinson, avec le vieux Taylor qui avait plus d'une fois invité Aaron et son épouse. A ce moment-là, elle était enceinte. Ah, nan, c'était trop difficile d'y penser, il ne pouvait pas, il était dehors avec plein de gens, pas question de craquer, il fallait redresser la tête. C'est ce qu'il fit en soupirant. Pile poil au moment où la jeune femme revenait de son incartade avec un p'tit blond et un grand brun. Nan, il était pas en manque, mais elle, il fallait qu'elle se calme. Il ne dit rien, car il savait qu'elle avait bien plus de puissance, de pouvoir qu'elle ne le laissait montrer.

Dans son fort intérieur, il bouillonnait. Pourquoi lui, un adulte devait plier devant une demoiselle, pas fichu de lui montrer un semblant de respect? Elle était peut-être Reine de mes c... (mot grossier, merci de fermer vos oreilles... et vos yeux), mais on mesurait l'étoffe d'un dictateur par le respect qu'il inculquait et pour le moment, elle ne lui démontrait rien de tout cela. Finalement, elle accepta, à une seule condition. Que son copain se barre? Tiens, donc, elle avait tout de même l'oeil. Max, au moment où elle parlait à Aaron, s'éclipsa dans la voiture aux vitres teintées et au même instant :


- Qui?

Oui, Aaron pouvait se la jouer buté quand on l'énervait aussi. Il n'était pas devenu un pro de la diplomatie, mais il s'appliquait, enfin, de temps en temps quand il était bien luné. Il n'avait même pas regardé dans la direction de Max, mais il savait bien que ce dernier avait disparu du champs de vision. Son "qui?" avait été ironique. Car elle non plus, il ne fallait pas qu'elle le sous-estime. Bon, puisqu'il avait cinq minutes, autant ne pas perdre une seule seconde. Il reprit, sans transition, allant droit au but.

- Ne vivant pas dans le Quartier Nord, j'aurai besoin d'un laissez-passez. Les rumeurs sont formelles, il me faut votre accord, à moins que vous ne vouliez un bain de sang dans bien peu de temps.

Calypso
avatar
Calypso R. Storm
Informations
AVATAR : Lindsay Ellingson

ANNÉE D'ÉTUDE : 5ème année

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Sachez mes chers que vous vous trouvez face à la Reine de l'Académie. Reine que vous devrez acclamer, admirer parce que j'ai été élue par tout le monde comme étant la plus belle de cette fichue Académie. Mais ne vous réjouissez pas : beauté ne veut pas dire stupidité...
Ça fait six ans que je suis réélue, et je compte bien continuer jusqu'à mon départ.
Je suis également la Dirigeante en chef du Quartier Nord et je peux vous faire décapiter d'un simple claquement de doigt. Je suis également une prostituée de luxe et mes clients me sont entièrement dévoués alors dis un seul truc de travers sur moi et j't'envois en prison jusqu'à la fin de ta vie !

Allez sans rancune : je suis magnifique et intelligente, t'es rien face à moi !


CRÉDITS : Shiya

MESSAGES : 1900

Date d'inscription : 05/05/2011

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 22 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un incertain, je peux basculer d'un côté comme de l'autre


MessageSujet: Re: Calypso + Calypso = Calypso²? [Calypso] Jeu 17 Nov - 15:53

Elle l'avait déjà vu quelque part, ça oui. Lorsqu'il répliqua un « Qui ? » moqueur, Calypso le reconnu aussitôt. Si quelques secondes plus tôt elle n'était pas sûre d'elle, là il n'y avait plus d'erreurs possibles. Calypso Storm, anciennement Calypso Taylor se trouvait en face de Aaron Blackwood, un vieil ami à son père. Elle ne l'avait plus revu depuis... huit ou neuf ans ? Mais tout de même, il avait sérieusement prit un coup de vieux... On ne le reconnaissait plus, ou du moins difficilement. Il avait la tête d'un homme qui a perdu ce qu'il avait de plus cher au monde. Calypso avait beau le regarder d'un air blasé, elle l'étudiait en même temps. Le Aaron Blackwood dont elle se rappelait était un homme souriant, drôle et il aimait tellement sa femme que la petite Calypso en avait été impressionnée. Que s'était-il passé pour qu'il devienne un homme aussi froid et distant ? La Reine aurait bien été tentée de lui révéler son identité et de pleurer dans ses bras. Du moins elle l'aurait fait s'il avait encore ressemblé à l'homme qu'il était avant. Vu ce qu'il était devenu, pleurer dans ses bras revenait à provoquer l'écroulement du Quartier Nord. Aaron Blackwood n'avait plus rien à voir avec ce qu'elle avait connu...

- « Ne vivant pas dans le Quartier Nord, j'aurai besoin d'un laissez-passez. Les rumeurs sont formelles, il me faut votre accord, à moins que vous ne vouliez un bain de sang dans bien peu de temps. »

Non... Vraiment plus rien à voir avec l'homme souriant que Calypso admirait tant. Mais qu'à cela ne tienne, Calypso avait changé elle aussi. Bien que son évolution n'ait pas été faite de son plein-gré cependant... Depuis des années elle devait se cacher derrière un masque et feindre l'autorité suprême. N'allons cependant pas croire qu'être Reine ne lui plaisait pas. Non. Calypso avait été Calypso Taylor, une gamine drôle, mignonne, tout simplement en or. Puis Calypso avait été Calypso Denson, une pauvre prostituée de bas-étage qui ne demande rien d'autre qu'un peu de paix. Aujourd'hui Calypso était Calypso Storm, la Reine de l'Académie Weins, une prostituée de luxe et la Dirigeante du Quartier Nord. Drôle d'évolution, non ? Dans son évolution, Calypso n'avait jamais rien demandé. Elle n'avait pas voulu être violée, elle n'avait pas voulu devenir prostituée, elle n'avait pas voulu devenir Reine puis prostituée de luxe. Non. Calypso n'avait jamais rien demandé et pourtant elle était devenu cette femme à l'air suffisant qui n'accorde sa confiance à personne. Évolution ou régression ? Certes elle était devenue une femme plus que désirable mais y avait-elle gagné quelque chose ?

- « Avant d'accorder un laissez-passez à qui que ce soit, il me faut savoir la raison de votre demande. Pour quelles raisons voulez-vous entrer dans le Quartier Nord ? » répondit-elle d'une voix vide de sentiment, elle réfléchissait à autre chose.

Cet homme, ce Aaron Blackwood de malheur, lui avait fait remonter à la surface des images qu'elle aurait préféré oublier. Elle allait encore devoir appeler Matthew ou Alex pour la calmer cette nuit. A chaque fois c'était pareil... Dès qu'on lui rappelait son passé, les souvenirs d'Andew la harcelait durant des semaines entières et chaque nuit elle se réveillait en sueur, en hurlant. Matthew devait y mettre toute sa force pour l'empêcher de se blesser. Peut être aurait-elle dû se laisser mourir ?
Soupirant, Calypso croisa les bras sous sa poitrine et regarda Aaron Blackwood. Ca ne lui ressemblait pas de se mettre ainsi à déprimer mentalement... Mais tout de même, il se prenait pour qui ce Blackwood ? Il demandait un laissez-passez tout en sous-entendant qu'il irait foutre la merde même s'elle ne lui en donnait pas un. Calypso n'était pas stupide et elle avait organisé le Quartier justement pour éviter que des rats de ce genre se mettent en tête de reconquérir le Nord. Il y avait toujours une équipe de cinq personnes, des échappés de prison ou autres, qui organisaient la défense de façon à ce que, jamais, le Quartier ne tombe. Les policiers avaient rapidement cessés de tenter des descentes dans le Quartier puisque,au final, ils étaient les seuls à crever. Les policiers ne "chassaient" plus dans le Nord alors pour quelle raison Aaron la menaçait ainsi ? Ferait-il parti de cette "police secrète" dont les rumeurs proclamaient la présence ? Calypso ne croyait que peu aux rumeurs mais, après tout, c'était déjà louche de demander un laissez-passez en menaçant en même temps alors bon. Pourquoi une Police Secrète n'existerait pas ? Gordon était prêt à tout pour obtenir ce qu'il voulait alors bon... Son portable se mit à sonner. Calypso jeta un œil sur le nom qui s'affichait à l'écran et, voyant qui s'était, elle décida de laisser sonner. Elle n'aimait pas spécialement qu'on réponde au téléphone en sa présence et s'appliquait donc à ne pas faire ce qu'elle détestait chez les autres. Ce cher journaliste n'avait qu'à attendre. Et puis si Aaron l'emmerdait trop, eh bien il verrait son nom dans tout les journaux assez rapidement.

---------------------------------------------------------------------------

Texte : #cc3333

« Vous m'impressionnez en fait … car dans votre humanité à souffrir du passé, votre inhumanité à tuer et à diriger un lieu à présent vous rend simplement fascinante. Retenir des larmes, brider la tristesse pour la cacher en public alors que je sais au fond qu'il existe des bras où vous aimez vous reposer … ma chère ; vous êtes une vraie Reine. Et voyez je ne serai jamais un roi ...»
Jason Lecter
© chaussette


Jason et Calypso jouant aux échecs:
 


Calypso version "game of thrones:
 

Voir le profil de l'utilisateur http://projet-weins.forumgratuit.org

Invité
Informations


MessageSujet: Re: Calypso + Calypso = Calypso²? [Calypso] Mer 7 Déc - 14:10

- Avant d'accorder un laissez-passez à qui que ce soit, il me faut savoir la raison de votre demande. Pour quelles raisons voulez-vous entrer dans le Quartier Nord ?

Raaah, nan, qu'elle ne l'oblige pas à sortir la plaque de sa poche. Mais bon, s'il le fallait, c'était pas ça qui allait le gêner. Si elle voulait se faire voir avec un policier alors que tout le monde sortait de l'Académie, c'était pas son affaire à lui. Il prit le temps de tirer de sa ceinture la plaque rutilante et le badge de son identité, ça c'était pour le grand brun, pour s'il lui venait des idées de sortir un pétard ou une mitraillette. On ne savait jamais avec les jeunes de maintenant. Le badge donnait son nom, son prénom, date de naissance, couleur préférée, taille de godasses... Enfin, plein d'indications d'ordre privé. La plaque rutilait d'ailleurs et plusieurs jeunes qui passaient par là, soit prirent la poudre d'escampette à la vue du métal brillant, soit se moquèrent ouvertement.

- Affaires confidentielles. Enquête policière.

Oui, le policier passait en mono syllabes ou presque. Il n'aimait pas s'étaler sur ce qu'il faisait, ça la concernait pas. Enfin, si, mais pas comme ça, pas maintenant. Et puis, il n'y avait pas que son affaire, avoir un laisser passer dans le Quartier Nord, c'était le sésame pour tout NYC. Elle ne répondit pas tout de suite, mais croisa les bras, signe de défense ou signe de repli. Et merde, il était allé trop loin, ça, ça voulait dire qu'il avait râté son entrée. Merde. Tant pis, il trouverait bien un moyen d'entrer dans ce foutu quartier, quitte à déclarer la guerre aux gorilles de la Reine. Il fallait aller voir Gordon. Il avait peut-être carte blanche, mais il voulait le prévenir avant de faire quoi que ce soit, après tout, Gordon vivait bien dans le Quartier Nord. Le téléphone de la jeune fille sonna. Il la laissa bidouiller les touches. Son regard tomba sur les cheveux de Calypso. Et dire qu'il l'avait prise dans ses bras, calinée comme un père l'aurait fait à sa fille. Mais c'était une autre époque. Il ne voulait pas y repenser. Il s'éclaircit la gorge et regarda sa montre. 3m54. Et merde. Tant qu'à faire, autant faire court. Quand celle qu'il avait connu gamine reposa ses iris sur lui, il soupira.

- Les cinq minutes sont passées, je vais vous laisser.

Trop difficile à parler. Il aurait bien voulu la coffrer, mais là, c'était Gordon qui l'aurait descendu, lui. Il était persuadé de ne pas avoir le laisser-passer, donc pas de temps à perdre, il avait des délinquants à chopper plus loin, surtout avec la sortie de l'Académie.

Calypso
avatar
Calypso R. Storm
Informations
AVATAR : Lindsay Ellingson

ANNÉE D'ÉTUDE : 5ème année

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Sachez mes chers que vous vous trouvez face à la Reine de l'Académie. Reine que vous devrez acclamer, admirer parce que j'ai été élue par tout le monde comme étant la plus belle de cette fichue Académie. Mais ne vous réjouissez pas : beauté ne veut pas dire stupidité...
Ça fait six ans que je suis réélue, et je compte bien continuer jusqu'à mon départ.
Je suis également la Dirigeante en chef du Quartier Nord et je peux vous faire décapiter d'un simple claquement de doigt. Je suis également une prostituée de luxe et mes clients me sont entièrement dévoués alors dis un seul truc de travers sur moi et j't'envois en prison jusqu'à la fin de ta vie !

Allez sans rancune : je suis magnifique et intelligente, t'es rien face à moi !


CRÉDITS : Shiya

MESSAGES : 1900

Date d'inscription : 05/05/2011

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 22 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un incertain, je peux basculer d'un côté comme de l'autre


MessageSujet: Re: Calypso + Calypso = Calypso²? [Calypso] Sam 10 Déc - 18:10

Aaron la regarda d'abord d'un air relativement perplexe puis il décrocha de sa ceinture la plaque policière avant de la mettre juste devant les yeux de Calypso. Lorsqu'il montra la plaque, les réactions dans la foule furent variées. Certains élèves prirent la poudre d'escampette de façon plus ou moins discrète, d'autres éclatèrent de rire et d'autres encore ne réagirent pas, se contentant de défier le policier du regard. Ceux là c'était ceux qui n'avaient rien à se reprocher et qui ne supportaient pas la vue des policiers. Des élèves n'aimant pas la police, l'Académie en était presque entièrement remplie. En même temps, quoi de plus normal ? Si les élèves arrivaient ici c'était généralement parce qu'ils s'étaient fait prendre par la police ou que leurs propos n'avaient pas plu à des vieux cons. Calypso y était entrée de force, poussée par Andrew mais là encore, elle représentait un cas plus ou moins particulier. Aaron n'avait pas l'air franchement ravi d'avoir à montrer sa plaque mais ce non-ravissement ne fut rien en comparaison de celui que ressentit la Reine lorsqu'il dit ceci :

- « Affaires confidentielles. Enquête policière. »

Il dû ressentir la colère de la blonde puisque la petite lueur de fierté qui luisait dans ses yeux s'éteignit rapidement. Depuis le début de la rencontre, il devait marcher sur des oeufs en terrain miné et il avait eut la mauvaise idée de poser le pieds en plein sur une mine. Game over...

- « Je commence à me demander ce à quoi vous pensez, vous les policiers. Suis-je sans cesse obligée de vous rappeler qu'à chaque fois que j'ai eu la sympathie de vous donner un laissez-passez pour une "enquête policière", vous n'avez pas pu vous empêcher de tenter de passer le Quartier entier au peigne fin et que vous avez à chaque fois, sans exception, tenté d'enfermer des familles entières qui n'avaient rien à se reprocher. A chaque fois que je laisse la police entrer dans le Quartier, ça se termine en bain de sang car elle ne sait pas respecter les règles qui y sont en place. »

Calypso se rappelait encore comment était le Quartier Nord avant qu'elle ne monte au pouvoir. Chaque jours la police faisait des rapts d'enfants sous prétexte qu'ils avaient fait quelque chose de mal tout en sachant pertinemment que les familles n'avaient pas les sous nécessaires pour récupérer leurs enfants. Puis Calypso était montée au pouvoir et elle avait donné une nouvelle vie au Quartier Nord. Quand Gordon avait exclus les familles à des centaines de kilomètres de New-York pour pouvoir avoir un moyen de pression, les familles du Nord n'avaient pas été éloignées. On chuchotait dans la rue que Calypso avait une liaison avec Gordon et jamais la Reine ne l'avait nié, comme elle ne l'avait jamais approuvé. Aujourd'hui le Quartier Nord était une forteresse où n'entrait que ceux qui en avait l'autorisation. La défense était remarquablement efficace et les dernières tentatives de la police s'étaient soldées par un échec cuisant.
Le Quartier Nord ne comptait pas que des familles mais aussi des anciens assassins, des dealers et autres qui, menacés par la police, avaient trouvé dans le Nord un refuge parfait. Mais la Reine n'était pas restée indifférente à ça et finalement le Nord n'était pas resté longtemps un refuge parfait pour les hors-la-loi. Les violeurs ne faisaient pas long-feu là-bas et le Nord était le Quartier de New-York avec le taux de viol le plus bas, atteignant presque les 1%. Les anciens assassins et voleurs qui étaient restés dans le Nord vouaient maintenant une dignité sans limite à leur quartier. Le Nord était puissant parce qu'il était uni. Chacun faisait tout son possible pour aider le Quartier : les dealers surveillaient les frontières aidés un peu plus loin par des anciens assassins qui, maintenant, s'occupaient d'éliminer les cafards qui essayeraient de forcer la frontière. Mais à l'intérieur-même du Quartier, la défense était encore plus stricte. Combien même on réussissait à passer la frontière puis les assassins, on ne venait que d'entrer dans la gueule du loup. La défense externe n'était rien en comparaison de la défense interne du Quartier... Les habitants du Quartier Nord se connaissaient, reconnaissaient directement les têtes étrangères et chacun appréciait son voisin. Vivre dans le Quartier c'était un peu comme vivre entouré d'amis. Oui le Quartier Nord était un bijou, une forteresse, un pays à lui tout seul.

- « Les cinq minutes sont passées, je vais vous laisser. »

Le policier commença à partir alors que, Calypso le savait, les cinq minutes n'étaient pas passées. Calypso soupira et pesa bien le pour et le contre avant d'élever de nouveau la voix.

- « En souvenir de celui et celle que nous étions autrefois, je peux encore une fois tenter de faire confiance à la police. »

Par ces simples mots, Calypso venait d'étaler son identité devant Aaron. Si quelques instants plus tôt les deux n'étaient pas sûr des personnes qu'ils avaient en face, maintenant Aaron devait être sûr que c'était bien la petite Calypso qu'il avait en face de lui.

- « Je pourrais vous donner un laissez-passez temporaire. Je n'en donnerai jamais des à durée longue à la police, désolée. Mais avant de donner quoi que ce soit je veux m'assurer d'une chose : Seriez-vous capable de respecter les règles ? »

---------------------------------------------------------------------------

Texte : #cc3333

« Vous m'impressionnez en fait … car dans votre humanité à souffrir du passé, votre inhumanité à tuer et à diriger un lieu à présent vous rend simplement fascinante. Retenir des larmes, brider la tristesse pour la cacher en public alors que je sais au fond qu'il existe des bras où vous aimez vous reposer … ma chère ; vous êtes une vraie Reine. Et voyez je ne serai jamais un roi ...»
Jason Lecter
© chaussette


Jason et Calypso jouant aux échecs:
 


Calypso version "game of thrones:
 

Voir le profil de l'utilisateur http://projet-weins.forumgratuit.org

Invité
Informations


MessageSujet: Re: Calypso + Calypso = Calypso²? [Calypso] Dim 15 Jan - 19:37

- « Je commence à me demander ce à quoi vous pensez, vous les policiers. Suis-je sans cesse obligée de vous rappeler qu'à chaque fois que j'ai eu la sympathie de vous donner un laissez-passez pour une "enquête policière", vous n'avez pas pu vous empêcher de tenter de passer le Quartier entier au peigne fin et que vous avez à chaque fois, sans exception, tenté d'enfermer des familles entières qui n'avaient rien à se reprocher. A chaque fois que je laisse la police entrer dans le Quartier, ça se termine en bain de sang car elle ne sait pas respecter les règles qui y sont en place. »

Peut-être, mais il n'était pas policier. Enfin si, mais pas que... Il était bien plus que cela, il appartenait à la Police Secrète et cette Police là n'était pas comme la police qu'on pouvait croiser tous les jours, cette police-là, elle était pure, sans aucune bavure, il y veillait personnellement. Il balancerait tous ceux qui défieront son autorité. Personne ne le trahirait. Tous voulait l'autorité suprême parmi la foule, tous suivait le gouvernement trait pour trait. Ceux qui foirait toutes leurs démarches, c'était la police courante, il y avait des taupes, des espions et des pourris. Alors si elle trouvait à reprocher quelque chose, c'était pas à ses policiers à lui. La Police Secrète était irréprochable. Bon, d'accord, un peu brute sur les bords, mais il n'y avait pas de bavure, oui, c'était ça qu'il fallait retenir. C'était bien ce qu'il avait envie de lui dire, mais il ne pouvait pas. Personne ne devait savoir pour sa division. Dire simplement "je ne suis pas n'importe quel policier", cela pourrait attirer une attention qu'il ne voulait pas. Alors il fallait accepter pour le moment et faire comme s'il appartenait au plus commun des mortels de la flicaille qu'il pourtant détestait par dessus tout. Quant aux familles entières, elle avait un peu raison. Il avait toujours arrêté quiconque suceptible de connaître quelque chose que cela soit un vieillard, une gamine, ou un clebs. Si, si, un jour, c'était bien ce qu'il avait fait, pour un camé qui ne voulait pas lui donner une information mais qui tenait au clébard comme à la prunelle de ces yeux, du coup, après trois jours d'arrêt pour l'animal, le drogué lui avait dit tout ce qu'il voulait. Et ce n'était pas des informations dans le vent, il avait réussi à stopper tout un traffic autour du Mall. Bref, il vallait mieux qu'il parte, parce qu'il n'était pas dans son assiette, indirectement Calypso lui faisait rappeler sa femme et ses enfants. Il se tourna vers la voiture de Max qui mit le contact et fit mugir le moteur.

- « En souvenir de celui et celle que nous étions autrefois, je peux encore une fois tenter de faire confiance à la police. »

Aaron se statufia. En souvenir d'autrefois. Mais qui ils étaient autrefois? Lui un mari attentionné, elle une gamine qui lui avait sauté plusieurs fois dans les bras. La douceur et la candeur de la gamine qui lui sautaient au visage, son sourire, ses cheveux blonds, sa fragilité de petite fille. Il avala sa salive, chassant les souvenirs loin de lui. Non, il ne voulait pas redevenir le faible homme qu'il avait été, cela était bien trop difficile. Il devait se reprendre. Son regard revint sur la jeune femme, lentement, la fatigue se lisant dans ses prunelles ternes et froides.

- « Je pourrais vous donner un laissez-passez temporaire. Je n'en donnerai jamais des à durée longue à la police, désolée. Mais avant de donner quoi que ce soit je veux m'assurer d'une chose : Seriez-vous capable de respecter les règles ? »

- Je serais franc, les règles, c'est moi qui les fait respecter. Je me fous royalement de vos règles. Que vous fassiez un joli petit coin de paradis dans une jungle, c'est votre problème, moi je suis là pour règler d'autres affaires. Il se trouve que dans votre île aux trésors, vous héberger des contrevenants. Je veux les arrêter puisque la loi du monde civilisé le veut. Vous m'accordez un laissez-passez, tant mieux, vous ne m'en accordez pas, je trouverais le moyen d'entrer et de foutre bien plus de merde que vous ne pourriez jamais l'imaginer. Si vous pensez que je suis en train de vous menacer, c'est comme ça, c'est la loi que vous ne faites pas respecter à l'intérieur de votre parc pour friqués, c'est la loi pour laquelle je travaille, c'est ma loi.

Il reprit le pas en direction de la voiture, un seul pas, mais immédiatement il fit demi-tour, nan, il n'avait pas fini.

- Nous ne serons plus jamais ceux que nous étions autrefois. Pas la peine de s'attarder. Tu n'es plus celle que je prenais dans mes bras et je ne suis plus celui que t'as connu non plus. Oublie-nous.

Il s'en mordrait les doigts s'il pouvait. Il se maudissait intérieurement. Il aurait tellement voulu la serrer dans ses bras. Mais il s'y refusait. Il s'était battu des mois et des mois pour ne plus être faible, pour ne plus jamais l'être et pour ne plus jamais subir ce qu'il avait subi. Encore une fois, il tourna les talons et prit la direction de la voiture, Max au volant. Ils allaient devoir trouver un autre moyen pour entrer dans ce foutu quartier nord. Aaron allait devoir parler à Gordon. Rah qu'il n'aimait pas ça.


Contenu sponsorisé
Informations


MessageSujet: Re: Calypso + Calypso = Calypso²? [Calypso]



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1