AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ


Tombent les masques [Calypso]

Invité
Informations


MessageSujet: Tombent les masques [Calypso] Lun 7 Nov - 11:03

Raffut, chahut, ça courrait dans tous les sens, ça criait, "j'veux une glace, m'man", "tu m'achètes ça, dit?", "comment qu'elle est trop belle, c'te robe, j'vais chercher m'man", "papa, regarde le manège, j'peux en faire, dis oui, allez dis oui". Son regard d'ébène traversa le hall du centre commercial. Il n'y avait pas grand chose qui l'intéressait pour dire la vérité. Mais s'il venait là, c'était bien pour une raison. Échapper aux deux hommes de main que sa mère lui collait au train. D'ordinaire, il se serait balader avec, mais il fallait bien avouer qu'il y avait des jours où se retrouver comme un petit garçon lui faisait du bien et il n'avait pas besoin des deux australopithèques. Il fallait les semer et quoi de mieux qu'un centre commercial. Fallait juste trouver le bon moment et le bon magasin. Toutefois, il fallait bien avouer que le bruit le dérangeait. Il n'aimait pas le bruit, ça lui picotait les oreilles. Il préférait une bonne partie de gô dans un endroit bien calme. Le jeune homme était le chasseur presque parfait. Silencieux, il marchait calmement, prenant en compte le moindre mouvement. Aux aguets, prêt à prendre la poudre d'escampette.

Les deux sbires surveillaient plutôt les gens qui passaient et non pas leur maître. Ils avaient pour mission de le protéger, au risque même de leur vie, comme tout boulot de garde rapproché. Le jeune maître yakuza n'était pas difficile, ni capricieux, par contre, leur patronne, la chef de famille, elle, elle était à craindre, aussi, ils faisaient leur boulot sans rechigner et sans rien dire. Katsuo traversa le hall, une première allée avec des magasins de fringues féminines qu'il ne regarda même pas. Ce n'était pas pour lui et ça ne l'intéressait pas du tout. Ce n'était pas vraiment ça qu'il cherchait. Il finit par arriver à un carrefour avec de nouveaux magasins et surtout beaucoup de gens, ça allait être beaucoup plus facile de s'enfuir avec tout ce monde. Sans prévenir, il prit le pas de course, se faufilant entre les passants, acheteurs et fana de lèche-vitrines. Les deux gardes, n'ayant pas prévu le coup, furent plus lents et marquèrent un temps de surprise, ce qui leurs fit perdre des secondes précieuses. Plus imposants, plus lourds, ils eurent quelques maux à fendre la foule.

Si bien que lorsqu'ils furent arrivés de l'autre côté du carrefour, Katsuo avait disparu. Ils décidèrent de se séparer sans même se parler, cela sera plus facile à retrouver le jeune maître. Vifs et observateurs, ils s'éloignèrent cherchant d'un regard perçant le jeune homme, mais pourtant sans le trouver. Où était-il donc? Madame Ichida allait les tuer si jamais ils avaient failli à leur tache. Jamais ils ne diraient cela à leur tyrannique souveraine et de toute manière, jamais Katsuo ne dirait à sa mère qu'il avait fui ses gardes. Non, tous ne voulaient que plaire à la matriarche, mais il fallait trouver le gamin quand même avant de rentrer, et ce au plus vite, car s'il lui arrivait quelque chose, la colère de la matrone serait incommensurable. Ils fouillèrent donc toutes les allées du centre commercial, ce dernier étant tellement grand que le jeune homme se savait tranquille pour un petit moment. Après tout, c'est au plus prêt de l'ennemi qu'on est le plus en sécurité non? Il n'avait pas fui bien loin, il s'était caché dans la plus proche boutique.

Boutique de farces et attrape. Halloween étant passé il n'y avait pas si longtemps pas mal de choses, surtout les costumes étaient en promotion. Et donc, il y avait pas mal de monde, quoi que dans ce coin de la ville, pas grand monde voulait acheter des choses au rabais. Néanmoins, quelques personnes sortirent du magasin et déjà, c'était beaucoup plus calme, surtout pour lui. Il erra quelques instants dans une des rangées, attrapa un masque de Scream, le mit devant son visage, se saisit d'une épée de zorro et fit une petite démonstration du Z qui veut dire Zorro, Zorro, Zorro! Il s'arrêta en plein geste, la pointe de l'épée en plastique venait de se planter sur le décolleté d'une demoiselle qui passait par là. Katsuo se redressa lentement, mais retira vivement le jouet qu'il replaça dans le seau où des dizaines d'épées en plastique se faisaient vendre pour 4$ et quelques. Il retira son masque aussi et le jeta plus loin, sans regarder où il atterrirait. Le masque s'échoua sur une pile de costumes Superman. Impassible, le jeune homme s'inclina très légèrement, ne lâchant pas la jeune femme des yeux. Même dans un monde peu civilisé comme les Etats-Unis d'Amérique, il préférait respecter toute personne dont il aurait offensé sans le vouloir. Traditionaliste, venant d'une famille conservatrice, il le ferait bien entendu à la manière de son pays d'origine.

Calypso
avatar
Calypso R. Storm
Informations
AVATAR : Lindsay Ellingson

ANNÉE D'ÉTUDE : 5ème année

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Sachez mes chers que vous vous trouvez face à la Reine de l'Académie. Reine que vous devrez acclamer, admirer parce que j'ai été élue par tout le monde comme étant la plus belle de cette fichue Académie. Mais ne vous réjouissez pas : beauté ne veut pas dire stupidité...
Ça fait six ans que je suis réélue, et je compte bien continuer jusqu'à mon départ.
Je suis également la Dirigeante en chef du Quartier Nord et je peux vous faire décapiter d'un simple claquement de doigt. Je suis également une prostituée de luxe et mes clients me sont entièrement dévoués alors dis un seul truc de travers sur moi et j't'envois en prison jusqu'à la fin de ta vie !

Allez sans rancune : je suis magnifique et intelligente, t'es rien face à moi !


CRÉDITS : m.bjs

MESSAGES : 1886

Date d'inscription : 05/05/2011

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 22 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un incertain, je peux basculer d'un côté comme de l'autre


MessageSujet: Re: Tombent les masques [Calypso] Jeu 17 Nov - 19:39

Que-que-que.... QUOIIIIIIII ? Nan mais merde de merde de merde ! C'était quoi le délire, là ? MERDE !
Bon... Reprenons depuis le début afin de bien comprendre l'état psychologique de mademoiselle Calypso Storm. Elle était sortie de chez elle avec ses deux gardes du corps : Adam, un géant noir, et Sven, un géant blond. Elle faisait bien petite Calypso entourée de ces deux géants de 1m94 et 1m96. Bah... jamais qu'une trentaine de centimètres en moins...
Bref ! Elle était sortie entourée de ses deux amis parce qu'elle avait du sale boulot à faire. Or elle n'était pas super forte en baston. Oui elle savait donner des coups de poings et des gifles magistrales mais seulement lorsque la personne en face d'elle était fixe. Calypso était une excellente prostituée mais une très mauvaise bagarreuse. Elle devait d'ailleurs se retenir de ne pas fuir lorsqu'on voulait se battre avec elle. Mauvaise en baston, elle faisait entièrement confiance à ses deux amis géants pour ratatiner quiconque l'ennuierait. Adam était un gigantesque noir qui avait failli servir de bombe humaine lorsqu'il était encore enfant. C'était actuellement un des meilleurs amis de Calypso. Ils avaient l'un pour l'autre une confiance sans limite et ils se confiaient tout. Calme, distant et réfléchis, Adam était un garde du corps extrêmement efficace car il réagissait rapidement et était prêt à tout pour protéger la dirigeante du Quartier Nord. Sven, quant à lui, était un suédois que Calypso avait rencontré lors d'un voyage à Stockholm. Il trainait dans la rue et Calypso lui était rentré dedans sans faire exprès. Il avait poussé une gueulante et Calypso lui avait rendu la pareil. Ça l'avait choqué : il était peu habitué à ce que des filles lui réponde de cette façon, et encore moins lorsqu'elles faisaient trente centimètres de moins. Il n'avait alors rien osé répondre, trop traumatisé par l’afflux d'insultes sortant de la bouche de cette gueule-d'ange blonde. Sven venait d'un Quartier craignos de banlieue et il traînait dans les rues de la capitale pour passer le temps. Calypso était pressée, elle s'était perdue et commençait à s'énerver. Leur rencontre avait était très... spéciale... Après avoir hurlé sur le suédois, Calypso s'était calmée d'un coup et lui avait demandé comment retrouver son hôtel. Le géant blond avait rit et avait proposé de la raccompagner. Calypso avait traîné avec lui les trois jours suivants et au moment de partir, elle lui avait proposé de l'accompagner. Sven avait d'abord refusé puis Calypso lui avait demandé ce qu'il voulait faire. Il avait répondu qu'il n'en savait rien. Alors elle lui avait proposé de devenir son bras droit. Sven avait refusé, prétextant que c'était trop demander à quelqu'un qu'on connaissait depuis seulement trois jours. Calypso avait haussé les épaules et lui avait fait remarqué qu'ils avaient tout le temps pour se connaître d'avantage. Ça avait fait rire Sven et finalement il lui avait répondu qu'il ne voulait pas être son bras droit, mais qu'il voulait devenir son garde-du-corps. « Pourquoi ? » Lui avait-elle demandé. « Pour t'éviter de te perdre bêtement. » avait-il répondu. Et ils étaient montés ensemble dans l'avion.Sven était quelqu'un d'intelligent, de très intelligent. Il était capable de flairer le piège à l'avance et, avec Adam, ils formaient une excellente équipe. Sven et Calypso passaient leur temps à s'envoyer promener gentillement et à se hurler dessus. Un peu comme un vieux couple. Mais aujourd'hui Sven était calme : c'était une mission importante, il n'avait pas le temps de taquiner la Reine.
A eux trois, ils avaient passé la nuit à traiter avec des petits gangs dans le Quartier Sud. Certains entretiens s'étaient bien passés, d'autres s'étaient finis dans le sang. Calypso était fatiguée de devoir parlementer avec des rats de ce genre. Si ça ne tenait qu'à elle, elle aurait ordonné l'extermination totale de tout ces petits gangs belliqueux mais bon, elle représentait le Nord et devait donc montrer une bonne image de la puissance nordique. Pour l'affaire, elle avait revêtue une robe en soie noire, des escarpins noirs verni et avait mit un long collier d'argent assorti à ses anneaux aux oreilles. Il faisait froid et elle avait donc mit son manteau préféré, un gros manteau en fourrure gris-blanc. Ainsi habillée et ainsi escortée, elle ressemblait à une princesse nordique. C'était d'ailleurs le but de la manœuvre.
Le soleil avait fini par se lever et ils étaient rentrés rapidement au Quartier Nord. Juste le temps de manger un bout puis ils repartirent continuer les entretiens. Ils étaient dans le Centre Commercial lorsque Adam fit remarquer à Calypso les deux mecs à l'air paumé plus loin. Ils avaient l'air d'avoir perdu quelque chose... Entrant dans une boutique avec d'anciens costumes de Halloween, Calypso ouvrit son manteau et parla avec un vendeur. Quelques instants plus tard il revint et remit dans les mains de la Reine un petit paquet qui n'était assurément pas un paquet de costumes stupides. Elle s'apprêtait à sortir du magasin pour continuer sa "tournée'' lorsqu'un crétin se prenant pour Zorro avait planté son épée en plastique dans son décolleté. Si la situation n'avait pas été aussi éprouvante, Calypso se serrait contentée de lui planter l'épée en travers du gosier mais elle était au bord de la crise de nerf. Elle était sur ses gardes depuis le milieu de la nuit et là, un stupide crétin la faisait sursauter en plantant son épée en plein dans le décolleté. Si ça s'était passé à un autre moment, Sven aurait rit puis aurait explosé la tronche de la personne tenant l'épée. Mais seulement ils étaient tout les trois au bord de la crise de nerf et Sven posa sa main sur l'épaule de Calypso. Il avait bien sentit qu'elle s'apprêtait à éclater en sanglots. Calypso tenait généralement plutôt bien le stress mais là c'était vraiment trop. Ce petit coup d'épée mal placée avait été la goute d'eau qui fait déborder le vase. Adam avança d'un pas tandis que Sven regardait l'asiatique d'un air peu sympathique. Mais contre toute attente l'asiatique ne quitta pas les yeux de Calypso et se courba en avant. Oh ! Ce qu'elle pouvait détester ces asiatiques avec leurs stupides courbettes !

- « T'es qui, toi ? »

Demanda Calypso avec une voix où perçait une rage mal contenue. La blonde était pressée mais elle n'était pas décidée à laisser passer ça. Sven et Adam étaient d'ailleurs du même avis : la main du blond n'avait pas quitté l'épaule de Calypso et le noir avait porté les mains à ses deux flingues. Ils avaient tous les trois les nerfs à fleur de peau et les provoquer serait la chose la plus stupide à faire...




« Vous m'impressionnez en fait … car dans votre humanité à souffrir du passé, votre inhumanité à tuer et à diriger un lieu à présent vous rend simplement fascinante. Retenir des larmes, brider la tristesse pour la cacher en public alors que je sais au fond qu'il existe des bras où vous aimez vous reposer … ma chère ; vous êtes une vraie Reine. Et voyez je ne serai jamais un roi ...»
Jason Lecter
© chaussette


Jason et Calypso jouant aux échecs:
 


Calypso version "game of thrones:
 

Voir le profil de l'utilisateur http://projet-weins.forumgratuit.org

Invité
Informations


MessageSujet: Re: Tombent les masques [Calypso] Mer 7 Déc - 15:32

Il resta muet un moment, il ne savait pas trop comment prendre cela. Les réactions américaines étaient bien loin de celles, japonaises, de son enfance. Il avait fait quelque chose de pas très acceptable, mais il s'était excusé, non, en se pliant devant la jeune femme. Il l'avait reconnu, c'était évident, qui ne connaissait pas la Reine du Quartier Nord? Mais tout ce qu'elle avait trouvé à dire, c'était de lui poser la question sur son identité, d'une manière bien plus rude, que son simple geste. Du moins, c'était ce qu'il pensait. Mais comment réagir face à cela. Il étudia son visage, un beau visage angélique qui lui semblait bien tendu, le regard jetant des couteaux ou des éclairs. Les deux hommes derrière elle, c'était pareil. L'un retenait la jeune femme, l'autre s'apprêtait à utiliser ses flingues, ou autres choses encore cachées sous sa veste. Instinctivement, le jeune homme voulut faire de même, mais se retint, car répondre par de la méfiance reviendrait à engendrer la violence et ce n'était pas ce qu'il voulait. Mieux valait donc répondre le plus tranquillement du monde à la question qu'elle avait posé.

- Personne d'autre, qu'une humble personne qui présente ses excuses à une jeune femme qu'il a offensé.

Parfait anglais, presque pas d'accent significatif. Oui, il avait bien étudié l'accent américain, il avait bien pratiqué aussi avant de venir ici. Peut-être un peu pompeux, mais il ne voulait pas paraître offensant, du moins, c'est ce qu'il croyait. Il étudiait encore le visage des trois protagonistes. Fatigués, aux aguets. C'était lisible, c'était même évident. Il ne voulait pas les gêner, mais en contre partie, il était curieux. Très, car il voulait découvrir bien plus que ce qu'on montrait. Les magasins étaient très intéressants, certes, mais rien ne valait le business derrière les rideaux. D'un coin de l'oeil, il aperçut l'un de ses propres gardes du corps qui passaient par là. Il fit un pas vif sur le côté, de manière à ce que le grand black le cache de la vitrine. Mis à part cela, il ne fit aucun geste brusque, les deux hommes semblaient être sur les nerfs, il ne voulait pas les affoler. Son regard se posa sur le paquet que tenait la jeune femme. Ce n'était pas un emballage de Noël ou d'anniversaire. Quelque chose de pas net. Oh qu'il appréciait les Terres de l'Oncle Sam. Il voulait en savoir plus. Le visage neutre, il ajouta.

- Afin de me faire pardonner, pourrais-je vous offrir mon aide? D'une quelconque manière?

Calypso
avatar
Calypso R. Storm
Informations
AVATAR : Lindsay Ellingson

ANNÉE D'ÉTUDE : 5ème année

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Sachez mes chers que vous vous trouvez face à la Reine de l'Académie. Reine que vous devrez acclamer, admirer parce que j'ai été élue par tout le monde comme étant la plus belle de cette fichue Académie. Mais ne vous réjouissez pas : beauté ne veut pas dire stupidité...
Ça fait six ans que je suis réélue, et je compte bien continuer jusqu'à mon départ.
Je suis également la Dirigeante en chef du Quartier Nord et je peux vous faire décapiter d'un simple claquement de doigt. Je suis également une prostituée de luxe et mes clients me sont entièrement dévoués alors dis un seul truc de travers sur moi et j't'envois en prison jusqu'à la fin de ta vie !

Allez sans rancune : je suis magnifique et intelligente, t'es rien face à moi !


CRÉDITS : m.bjs

MESSAGES : 1886

Date d'inscription : 05/05/2011

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 22 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un incertain, je peux basculer d'un côté comme de l'autre


MessageSujet: Re: Tombent les masques [Calypso] Ven 23 Déc - 19:58

- « Personne d'autre, qu'une humble personne qui présente ses excuses à une jeune femme qu'il a offensé. »

Elle aurait voulu le baffé, lui foutre un coup dans sa tête de con, lui tordre les couilles de sorte qu'il ne puisse plus jamais marcher, le tuer... Calypso sentit que la colère commençait à lui monter à la tête et elle se retint de ne pas montrer les crocs. Inspirant profondément, elle sera plus fort le paquet contre son corps. Sven lui lança un regard interrogatif mais elle se contentant de secouer la tête. Soudain, le japonais esquissa un mouvement bref et la Reine comprit qu'il se cachait de quelque chose. Tout d'un coup, un déclic se fit dans sa tête et elle comprit que les deux colosses à l'air paumé de tout à l'heure étaient ses gardes du corps. Mais qui était-il pour se balader ainsi avec deux armoires-à-glace ? Au regard que lui lança Sven et au petit sourire qu'il affichait, Calypso comprit qu'il était arrivé à la même conclusion que lui. Adam, de son côté, ne quittait pas des yeux le japonais mais la blonde savait qu'il avait fait fonctionné son cerveau lui aussi. Elle s'apprêtait à faire signe à Adam de se décaler pour que les gens de l'extérieur, et donc les gardes du corps, voient le japonais à l'intérieur du magasin lorsqu'il dit quelque chose qui perturba Calypso.

- « Afin de me faire pardonner, pourrais-je vous offrir mon aide? D'une quelconque manière ? »

Il avait louché de façon trop évidente vers le sac que tenait Calypso et la Reine avait encore le sang trop chaud pour ne pas laisser tomber ça. Elle ne supportait pas qu'on s'insère dans ses affaires et vu la tronche de l'asiatique, il avait bien envie de savoir ce que contenait le sac. Mais ce que contenait ce sac ne regardait que la Reine et elle n'aimait pas l'air suffisant de ce japonais.

- « Te faire pardonner ? Fais-toi harakiri, tiens ! »

Sven tenta d'étouffer son rire en toussant et Adam sourit pour la première fois de la journée. Calypso sentait une sorte d'électricité lui parcourir le corps et elle plongea son regard dans celui de l'asiatique. Une fois la fausse quinte de toux de Sven dissipée, le silence retomba sur le magasin. La Reine était sur les nerfs, et c'est en partie pour cette raison qu'elle avait dit ça. Elle contrôlait sa façon de parler, pesait ses propos avant chaque phrase depuis la veille et elle commençait à en avoir assez. Remettant ses cheveux bien en place et lissant ses vêtements, déjà parfaitement lisses, Calypso s'accorda un petit moment de répit. Cette discussion lui permettait de changer d'univers, de dire franchement ce qu'elle pensait et ça lui faisait du bien. Néanmoins trop d'heures de parlé diplomatique l'obligèrent à dire ceci :

- « Navrée pour la blague. Mais en quoi quelqu'un comme toi pourrais m'être utile, hum ? »





[HJ : c'est tout petit panique3 je ferais mieux la prochaine fois, promis xD]




« Vous m'impressionnez en fait … car dans votre humanité à souffrir du passé, votre inhumanité à tuer et à diriger un lieu à présent vous rend simplement fascinante. Retenir des larmes, brider la tristesse pour la cacher en public alors que je sais au fond qu'il existe des bras où vous aimez vous reposer … ma chère ; vous êtes une vraie Reine. Et voyez je ne serai jamais un roi ...»
Jason Lecter
© chaussette


Jason et Calypso jouant aux échecs:
 


Calypso version "game of thrones:
 

Voir le profil de l'utilisateur http://projet-weins.forumgratuit.org

Invité
Informations


MessageSujet: Re: Tombent les masques [Calypso] Dim 25 Déc - 21:31

Visiblement, il irritait les trois personnages, tout le contraire de ce qu'il voulait en vérité. Il baissa le regard un court instant, le temps de réfléchir sur sa conduite, mais il redressa vivement les yeux quand elle insinua l'harakiri. Il fronça les sourcils. C'était une insulte en son clan, en sa personne, en sa nationalité, en sa culture, il aurait eu une arme sur lui, il aurait tranché la gorge à l'espèce de macaque qui s'étouffait dans son rire, et se serait sans doute querellé avec ses propres gardes du corps pour avoir l'honneur de torturer les deux autres, la fille et l'homme. Mais il ne fit rien, ravala sa fierté. A croire que les américains étaient de très mauvais blagueurs. Peut-être avait-il lui même offensé la jeune femme. Il ne savait pas vraiment. Rien ne parut sur son visage alors qu'il attendait presque impatiemment qu'elle ne quitte les lieux. Après ce qu'elle lui avait dit, elle ne semblait pas avoir envie de lui parler encore. Il alla jusqu'à faire à nouveau un pas sur le côté, cette fois des plus calmement afin de lui laisser toute la place possible pour qu'elle puisse sortir. Il en profita pour jeter un regard dans la vitrine, mais non, ses deux gorilles étaient loin à présent. La Reine de la Ville, ou plutôt d'un bout de la ville, ne tarda pas à se reprendre, se redressant, s'arrangeant et se recoiffant, chose qu'elle n'avait nullement obligation de faire, tout étant déjà presque parfait. Elle finit par reprendre parole et il la fixa intensément, sans dévier des pupilles fatiguées.

- Quelqu'un peut ressembler à un jeune garçon que l'on tutoie dans un magasin de costumes d'halloween sans pour autant être inutile. Les apparences sont trompeuses, Mademoiselle Storm.

Oui, il connaissait son nom, la réputation de la jeune femme s'était répandue partout dans la ville et même au delà des frontières, du moins, de ce qu'il en restait, plus ou moins. Il ne cherchait nullement à être offensant, du moins, il l'espérait. Il avait une envie irrésistible de l'aider, sans doute quelque chose provenant d'une curiosité extrême, mais en même temps, s'infiltrer dans les affaires des autres n'était nullement louable d'honneur dans le code des yakusa. Il ne savait pas trop bien s'exprimer, afin de faire comprendre ceci, surtout qu'il avait des choses à cacher, tout comme, il supposait elle en avait également. Etant donné la situation dans laquelle il se retrouvait, il ne pouvait pas faire grand chose, si ce n'était lacher l'affaire. Il n'était pas connu de la jeune femme, il n'avait pas ses gardes du corps, la situation pouvait tourner au drame, mieux vallait ne pas attirer les foudres de la Reine des lieux et surtout des deux compères qui lui collaient aux basques. Il fallait se reprendre. En quoi pouvait-il être utile? Que savait-il faire pour détendre l'atmosphère? Le problème était là. Il pouvait tout faire, si elle le lui demandait. Né dans la tradition japonaise, et surtout yakusa, il avait appris à ne jamais rien montrer, pourtant, il était curieux de ce qu'il pourrait faire d'autre. Il ne demandait qu'à apprendre. Avec les américains, cela fonctionnait différemment. Il pouvait voir les signes évidents d'un sommeil bien trop court et d'un manque de caféine, sur leur visage. Même le magnifique visage de la jeune femme semblait... éteint aujourd'hui. Il décida donc de changer du tout au tout. Quitte à se ridiculiser, il n'en aurait pas honte, au contraire, cela était une force. Il afficha soudainement un sourire angélique. Dans son jean banal, son t-shirt de "Fan des années 80" et ses cheveux presque rouges et coiffés en brosse, il ressemblait encore plus au jeune garçon auquel, quelques secondes plus tôt il avait dit ressembler.

- Je peux... manger du brocoli et prétendre que c'est bon, je peux courrir un cent mètres, je peux parler composer une sérénade, je peux conduire un hors-bord, je peux bricoler une Tour Eiffel en allumette ou je peux chasser un ours polaire à main nue... Tout dépend de vos besoins, je suis tout ouï.

Calypso
avatar
Calypso R. Storm
Informations
AVATAR : Lindsay Ellingson

ANNÉE D'ÉTUDE : 5ème année

DISPONIBILITÉ RP :
  • Disponible


COMMENTAIRES : Sachez mes chers que vous vous trouvez face à la Reine de l'Académie. Reine que vous devrez acclamer, admirer parce que j'ai été élue par tout le monde comme étant la plus belle de cette fichue Académie. Mais ne vous réjouissez pas : beauté ne veut pas dire stupidité...
Ça fait six ans que je suis réélue, et je compte bien continuer jusqu'à mon départ.
Je suis également la Dirigeante en chef du Quartier Nord et je peux vous faire décapiter d'un simple claquement de doigt. Je suis également une prostituée de luxe et mes clients me sont entièrement dévoués alors dis un seul truc de travers sur moi et j't'envois en prison jusqu'à la fin de ta vie !

Allez sans rancune : je suis magnifique et intelligente, t'es rien face à moi !


CRÉDITS : m.bjs

MESSAGES : 1886

Date d'inscription : 05/05/2011

CASIER JUDICIAIRE
ÂGE: 22 ans
CAMP: Sans idées fixes
JE SUIS: un incertain, je peux basculer d'un côté comme de l'autre


MessageSujet: Re: Tombent les masques [Calypso] Ven 13 Jan - 17:20

- « Quelqu'un peut ressembler à un jeune garçon que l'on tutoie dans un magasin de costumes d'halloween sans pour autant être inutile. Les apparences sont trompeuses, Mademoiselle Storm. »

Oh il la connaissait ! En même temps qui ne la connaissait pas ? Hum ? Elle n'était pas Reine du Quartier Nord pour rien, hein ! Elle était connue, crainte, respectée, admirée, enviée... bref, c'était une Reine. Mais la tête de l'asiatique ne lui revenait pas. Elle ne se rappelait pas l'avoir déjà vu. Pourtant il avait une espèce d'assurance qui laissait apparaître le fait qu'il n'était pas étranger au sombre monde de New-York. Qu'il connaisse Calypso n'était pas étonnant et le contraire aurait été vraiment étrange. Pour plusieurs raisons, Calypso ne tiqua pas lorsqu'il dit son nom de famille. Elle était entourée de deux excellents gardes du corps, il était seul, elle n'avait rien à croire. Combien même il rappelait ses deux gorilles, ils n'auraient pas le temps d'arriver en cas d'attaque. Même si les gardes du corps pouvaient être énervants, il valait mieux éviter de les quitter lorsqu'on quittait son territoire. Heureusement pour elle, Calypso s'entendait bien avec ses deux gardes du corps et n'avait, de ce fait, aucune difficulté à rester avec eux des heures entières. Mais elle comprenait parfaitement combien la présence de gorilles pouvait être énervant. Après tout à l'Académie, il y avait toujours des garçons assez stupides pour se prétendre ses protecteurs et pour la coller à longueur de journée... Heureusement que l'idée de frôler le Quartier Nord faisait suffisamment peur à ses "gardes du corps" pour qu'elle n'ait pas besoin de se les taper en plus sur le chemin de l'Académie. Adam et Sven étaient d'excellents gardes du corps et pour rien au monde Calypso n'en aurait changé. Néanmoins il n'y avait rien de plus énervant que d'avoir à ses côtés constamment des armoires à glace sans cervelle... Avec Sven et Adam elle pouvait parler, rire et entretenir une conversation... Tandis qu'avec les mini gardes du corps de l'Académie, si elle leur parlait, ils paniquaient... Une bande de couillons.
L'asiatique changea tout un coup d'expression et se mit à lui faire un grand sourire. Le même genre de sourire que pourrait faire un gamin en découvrant des cadeaux aux pieds de son lit... Calypso le regarda d'un air un peu perplexe : il avait l'air franchement un peu étrange habillé avec un tee-shirt à l'effigie d'une période vieille de plus de cent ans et ses cheveux rouges coiffés en brosse. Mais Calypso avait l'habitude des gens aux allures étranges alors elle lui laissa le bénéfice du doute.

- « Je peux... manger du brocoli et prétendre que c'est bon, je peux courrir un cent mètres, je peux parler composer une sérénade, je peux conduire un hors-bord, je peux bricoler une Tour Eiffel en allumette ou je peux chasser un ours polaire à main nue... Tout dépend de vos besoins, je suis tout ouï. »

Alors là... Calypso éclata de rire, presque immédiatement suivie par ses deux gardes du corps. Mais ils avaient beau rire, les deux hommes gardaient un œil sur l'asiatique : des excellents gardes du corps, ça oui... Les gardes du corps finirent par se calmer alors que la Reine continuait de rire jusqu'à en avoir les larmes aux yeux. Ça faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas rit à ce point. Elle avait été tellement stressée avec tous ces rendez-vous plus ou moins secrets qu'en entendant la tirade de l'asiatique, elle n'avait pas pu s'empêcher de rire aux larmes. Ce n'était pas de la moquerie mais un vrai rire, pour une fois. Lorsqu'elle se fut calmée, Calypso regarda l'asiatique en souriant.

- « Tu commences à me plaire... Suis-moi et on verra ce que je peux faire de toi. »


Elle commença à partir avec ses deux garde du corps lorsqu'elle s'arrêta et se retourna vers l'asiatique, derrière elle.

- « Et ne t'inquiète pas pour tes deux gorilles, Sven va les emmener voir ailleurs. »

Elle échangea un regard avec Sven qui quitta la boutique avant le trio et se dirigea vers l'endroit où les deux gorilles avaient disparus quelques minutes plus tôt. Le géant nordique s'aventura dans la foule et disparut bientôt du champ de vision de Calypso. Elle leva la tête pour croiser le regard de Adam à côté d'elle et il hocha la tête à sa question muette. Ils se mirent en route et Calypso se fit la réflexion qu'elle était encore la plus petite du groupe. Adam frôlait les deux mètres et l'asiatique devait atteindre les 1m80 environ... En temps normal Calypso faisait environ 1m68 mais aujourd'hui avec ses petits talons, elle devait faire... 1m73 ? Elle avait volontairement choisi de ne pas mettre des talons trop haut sachant qu'elle allait devoir marcher beaucoup et que c'était plus facile de le faire avec des talons pas trop élevés mais du coup les deux hommes la dépassait en taille, largement... M'enfin, plus c'est petit plus c'est mignon, non ? Le trio entra dans un café situé un peu plus loin et Calypso s'installa à une table, près de la fenêtre. Adam alla s'assoir au comptoir de manière à laisser la Reine seule avec l'asiatique mais aussi de manière à pouvoir les surveiller et pouvoir agir rapidement s'il le fallait.
En s'asseyant, Calypso croisa les jambes et ses pieds frôlèrent subtilement les jambes de l'asiatique. Calypso lui sourit, claqua des doigts et un serveur vint immédiatement prendre leur commande. Elle demanda un café noir et laissa l'asiatique faire sa commande après elle. Elle le détaillait du regard, comme si elle cherchait à enregistrer mentalement les moindres plissements de sa peau.

- « Alors dis-moi, qui es-tu donc réellement ? Je doute que tu sois un banal étudiant, sinon je ne t'aurai pas amené ici... Tu m'as l'air beaucoup plus intéressant que ça... »

Oui, parfaitement, Calypso était en pleine séance de drague. La Reine avait besoin d'évacuer tout le stress qu'elle avait emmagasiné depuis le début de la journée et rien de mieux pour cela qu'une bonne séance de drague. Appuyant son visage sur sa main droit, elle se pencha vers l'asiatique et passa son index gauche sur la joue de celui-ci.

- « Un aussi beau visage doit bien avoir un prénom, non ? Ou alors c'est vraiment du gâchis... »




« Vous m'impressionnez en fait … car dans votre humanité à souffrir du passé, votre inhumanité à tuer et à diriger un lieu à présent vous rend simplement fascinante. Retenir des larmes, brider la tristesse pour la cacher en public alors que je sais au fond qu'il existe des bras où vous aimez vous reposer … ma chère ; vous êtes une vraie Reine. Et voyez je ne serai jamais un roi ...»
Jason Lecter
© chaussette


Jason et Calypso jouant aux échecs:
 


Calypso version "game of thrones:
 

Voir le profil de l'utilisateur http://projet-weins.forumgratuit.org

Invité
Informations


MessageSujet: Re: Tombent les masques [Calypso] Dim 15 Jan - 22:16

Ca on pouvait dire que Katsuo n'était pas comme n'importe quel larbin que Calypso avait pu croiser. Il ne venait pas du même monde pour commencer, il n'avait pas vécu comme tout les autres et il n'était pas à la recherche de cette envie de plaire. Il était né au Japon, pays où l'honneur est la première des vertus qu'on enseignait aux gamins. Ensuite, il avait grandi avec une cuillère en or dans la bouche, de ce fait, il n'avait jamais demandé quoi que ce soit puisqu'il l'avait déjà. Enfin, il ne savait pas ce que c'était que cette manie de se montrer dans les bons jours de quelqu'un. Ce n'était pas naturel, du moins, c'était ce qu'il croyait, mais il ne connaissait rien d'autre, comment pouvait-il se douter que d'autres comportements existaient. Mais ça, c'était déjà des réflexions assez philosophiques et ce n'était nullement le moment d'y réfléchir puisque la dame semblait assez pressée. Il proposa toute sorte de capacité qu'il pouvait accomplir, toutes ces dernières n'ayant que de but que de la faire réagir, d'une manière ou d'une autre. A vrai dire, il ne s'attendait pas forcément à la réaction qui prit de court la jeune femme à bout de nerfs, tout comme ses sbires derrière elle. Elle se mit à rire aux éclats et le jeune homme en fut plus que content, après les quelques secondes de surprise. D'abord, il avait cru qu'elle réfléchirait à ses propos. Et il s'attendait même à ce qu'elle lui balance un truc du genre "fais-toi seppuku", par pur défi, il aurait sorti le petit tanto avec lequel il ne sortait jamais sans, et qui était soigneusement caché dans ses vêtements, mais elle avait ri. Et cela avait plu à Katsuo. Elle semblait ne jamais vouloir s'arrêter alors que les deux gorilles en avaient fini. Ils se tenaient droits et sages alors que la petite donzelle se tenait les côtes d'avoir trop ri. Un large sourire s'accaparait du visage du japonais alors que ce dernier attendait dans le silence. Il avait beau dire des conneries et paraitre bien plus jeune que son âge, il n'en était pas moins observateur et toujours sur ses aguets. Mais il ne quitta pas des yeux la jeune femme, cela aurait été lui manqué de respect s'il avait regardé ailleurs.

- « Tu commences à me plaire... Suis-moi et on verra ce que je peux faire de toi. Et ne t'inquiète pas pour tes deux gorilles, Sven va les emmener voir ailleurs. »

- Faites attention, ils ont la gachette facile. Je ne voudrais pas créer le chaos dans le centre commercial, cela ne serait pas bon pour nos images respectives. Laissez-les moi en vie.

Puis il suivit Calypso se laissant fondre dans la foule et oubliant que ses deux hommes se mordaient les doigts de ne pas le retrouver. La Matrone allait les tuer si jamais ils ne rentraient pas à l'heure. Katsuo le savait aussi, mais il voulait savoir ce qu'était la vie des américains, il trouverait une excuse si jamais sa mère tyrannique lui demanderait des comptes. Le japonais suivit sans un mot, mais regardant partout, pour une fois il allait pouvoir observer sans être contraint à la discrétion. Calypso conduisit les deux hommes dans un café à une petite dizaine de mètres de là, les gens sur le chemin regardait la jeune femme comme si elle était Héra réincarnée. Katsuo connaissait la mythologie grecque pour l'avoir étudié et il avait véritablement l'impression que les gens qui la reconnaissaient l'adulaient. Il s'aperçut que les badauds n'avaient d'yeux que pour elle et qu'importe qu'un grand gamin aux cheveux rouges l'accompagne, ils ne le voyaient pas. Cela plut encore plus au japonais qui eut un sourire amusé avant d'entrer dans le café. Elle choisit une table comme si elle était la Reine Suprême. Peut-être était-ce ainsi dans les restaurants et les cafés américains, il ne savait pas, mais la suivit et prit place en face d'elle, s'asseyant, le dos droit. Il n'était pas très à l'aise sur une chaise et une table comme ça, il préférait largement les tables traditionnelles de son pays, bien qu'il dut s'adapter aux tables de l'Académie, il n'était à l'aise que par terre. Il vérifia les autres tables pour voir si les gens mettaient leurs pieds sur la chaise, mais personne n'était avachi sur leur banquette, mieux vallait ne pas le faire alors. C'est alors qu'il sentit la jambe de la jeune femme contre la sienne, ce qui le fit tourner la tête immédiatement et il replaça son attention sur Calypso. Un serveur arriva immédiatement à l'injonction bruyante et ferme de la Reine du Quartier Nord. Le serveur inscrivit un café noir sur son calepin et se tourna vers le japonais.

- Pareil.

Il ne savait pas quoi répondre et n'avait jamais gouté un café noir. Le thé, le sake, la bière, oui, ça il connaissait, mais les choses occidentales, ça non, il n'avait pas eu le droit, il connaissait simplement de nom.

- « Alors dis-moi, qui es-tu donc réellement ? Je doute que tu sois un banal étudiant, sinon je ne t'aurai pas amené ici... Tu m'as l'air beaucoup plus intéressant que ça... »

- Je vous remercie.

Il se mit à penser aux geisha de son pays. Souvent les hommes d'affaires, lors des diners de négociation employaient des geishas pour tenir la conversation, pour leurs arts chantant ou dansant. Les geishas étaient des perles, des trésors de la nature et les vraies geisha au talent pur se faisaient bien rares. Il avait pris part à quelques uns de ces réunions autour d'une table juste avant de venir s'installer ici et Calypso lui faisait penser à ce genre de femme. Attention, ce n'était nullement une insulte, car les geishas sont particulièrement bien respectées et sont de véritables oeuvres d'art vivantes. Mais que fallait-il répondre à cela.

- Mais pourtant, je suis étudiant, je suis aussi représentant pour la classe d'escrime et de judô. C'est moins connu que le football américain ou le baseball et nous n'avons pas de majorettes, mais c'est bien plus intellectuel. Et non, je ne suis pas un simple étudiant.

Il laissa son regard se poser sur le paquet de Calypso, mais n'ajouta rien à cela, de plus son regard n'était pas insistant, mais indiquait silencieusement que lui aussi pouvait traiter d'affaire sur la table. Il sentit bientôt la main de Calypso sur son visage et sourit de nouveau comme le gamin qui vient de s'apercevoir qu'il a plein de cadeaux.

- Je suis Katsuo. Mon prénom a une écriture particulière, elle signifie "héros de la victoire".


Contenu sponsorisé
Informations


MessageSujet: Re: Tombent les masques [Calypso]



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1